Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Bipolarité juvénile : quels symptômes maniaques évocateurs

16/09/2010

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Diagnostic

Besoin de mieux définir la bipolarité juvénile, au moins proposer les critères essentiels de ce trouble, encore mal connu et peu dépisté
septembre 2011
Depuis le milieu des années 1990, les troubles bipolaires juvéniles (BPJ) ont reçu une attention accrue à la fois dans la presse populaire et des revues universitaires. Ainsi la fréquence de diagnostic des troubles bipolarité chez les enfants et les adolescents a augmenté de manière assez importante. Toutefois, rappelons que ce diagnostic a été longtemps négligé voir même ignoré en pédopsychiatrie. Malgré cet intérêt récent, les troubles bipolarité adulte restent difficiles à diagnostiquer, car les systèmes aidant au diagnostic ne sont pas du tout adaptés et la bipolarité juvénile n’est pas identique à la bipolarité adulte.

Un travail récent a été réalisé par l’équipe de l’ Université de Columbia à New York. L’équipe de Galanter et al ont interrogé des pédopsychiatres pour avoir une idée sur leur façon de reconnaître les troubles BPJ. Ainsi 100 pédopsychiatres ont été approchés par mail puis téléphone. Ils sont été sélectionnés au hasard â partir de cinq régions majeures de l’organisation professionnelle des pédopsychiatres américains. 53% des spécialistes contactés ont accepté de participer.

L’étude a consisté de demander aux spécialistes de désigner 10 symptômes indicatifs de la BPJ. Par la suite, des analyses descriptives ont été conduites pour :

1) connaître la manière dont les symptômes de la bipolarité juvénile étaient classés,

2) vérifier la conformité avec les critères du DSM-IV-TR (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, 4th Edition, Text Revision)

3) mettre en évidence des modèles cliniques alternatifs servant de guide pour le diagnostic de bipolarité juvénile

Les pédopsychiatres ont considéré comme symptômes les plus évocateurs de bipolarité juvénile : la labilité, les idées de grandeur, les antécédents familiaux de bipolarité, les éléments psychotiques, les conduites agressives et l’humeur exaltée ou euphorique. A noter que 4 items de 6 ne sont pas inclus dans les critères du DSM-IV-TR.

Seulement 39,6% des spécialistes ont signalé des symptômes suffisants pour répondre aux critères du DSM-IV-TR, ce qui correspond au statut "DSM positif". Ce statut s’avère être associé à la région des participants (9% seulement des pédopsychiatres de New York versus 45% des autres régions font référence au DSM), au fait d’avoir une moindre expertise (<10 ans de pratique en pédopsychiatrie), et enfin à un niveau plus faible de confiance en leurs propres capacités à reconnaître la cyclothymie juvénile.

La méthode de reconnaissance clinique de la bipolarité juvénile varie selon les pédopsychiatres dont la majorité utilise un mélange de symptômes reconnus dans le DSM-IV-TR et d’autres non inclus dans celui-ci. La référence en pratique au DSM-IV-TR semble dépendre des niveaux faibles d’expertise et de confiance en soi.

D’autres études sont requises pour mieux comprendre et améliorer les décisions diagnostiques des pédopsychiatres face à la BPJ. Dans ce contexte, nous citons des travaux des experts de la BPJ, comme Danner et al (2009). Ils recommandent:

  • Examiner lʼimpact du niveau de développement de l’enfant sur la présentation clinique des manifestations bipolaires (par exemple, la prévalence des comportements normatifs, les restrictions environnementales exercées sur le comportement des jeunes, le passage en puberté, l’irritabilité, la durée des symptômes)

  • Explorer les facteurs susceptibles de peser sur ’évolution et l’altération du fonctionnement (par exemple, les fonctions neuro-cognitives, les handicaps futures)

  • Evaluer les cas sub-cliniques qui ne répondent pas aux critères complets du trouble bipolaire selon le DSM-IV-TR

  • Prendre des décisions à partir des bilans et des évaluations appropriés permettant de différencier la BPJ des maladies psychiatriques ou somatiques, des effets potentiels des médicaments ou de la consommation de drogues, qui pourraient mieux expliquer les symptômes bipolaires

  • Repérer les troubles concomitants (notamment le TDAH ou déficit de lʼattention)

  • Avoir les ˮbonsˮ informateurs

  • Utiliser les mesures d’évaluation (échelles, questionnaires, modèles d’entretien clinique)


  • Le CTAH reste en contact avec les experts comme Eric Youngstrom, un des responsables de la task force DSM-V pour la BPJ et tente de donner sur ce site des idées sur l’avancement des idées dans ce domaine.

    SOURCES
  • Galanter CA et al. J Child Adolesc Psychopharmacol. 2009 Dec, 19 (6) :641-7.

  • Danner S et al. Clin Child Fam Psychol Rev 2009 Sep; 12 (3) :271-93.


  • Voir check-list de PBJ extrait du livre ˮCyclothymie : Troubles Bipolaires des enfants et adolescents au quotidienˮ, chez J Lyon, 2007

    janvier 2013