Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Charge allostatique, cortex préfrontal et amygdale

15/07/2014
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Traitements

Le maintien de lʼactivité amygdalienne serait responsable de la persistance dʼaffects négatifs à la suite dʼun événement stressant.
Des défauts dʼextinction des médiateurs de stress après la fin dʼune menace constituent une source potentielle de charge allostatique. La capacité dʼextinction serait liée à des différences individuelles dʼasymétrie dʼactivité cérébrale basale dans les régions préfrontales, au profit de lʼhémisphère gauche.
Dans ce contexte, lʼhypothèse de travail repose sur lʼidée que les patients manifestant des difficultés dʼadaptation présenteraient une asymétrie dʼactivité préfrontale au profit de lʼhémisphère droit (le centre des émotions). Il convient également de souligner que ces différences individuelles dʼasymétrie préfrontale ne sont une propriété stable que chez lʼadulte, ce qui témoigne de lʼexistence dʼune plasticité fonctionnelle – et probablement structurelle – du cortex préfrontal durant lʼenfance et la prime adolescence. Enfin, les mécanismes qui médiatisent la capacité dʼextinction relèvent probablement dʼune connectivité fonctionnelle entre cortex préfrontal et amygdale, la région préfrontale exerçant, en situation physiologique, une action inhibitrice sur lʼactivité de lʼamygdale. En lʼabsence dʼinhibition physiologique en provenance du cortex préfrontal gauche, le maintien de lʼactivité amygdalienne serait en effet responsable de la persistance dʼaffects négatifs à la suite dʼun événement stressant.

Par ailleurs, la question des relations qui unissent différents secteurs du cortex préfrontal entre eux et avec le complexe amygdalo-hippocampique pourrait sʼavérer critique dans lʼexamen des substrats neurobiologiques des processus psychologiques. Les rôles respectifs du cortex préfrontal dans ses composantes médiale (motivation, approche), latérale (contrôle exécutif, cognitions dʼordre supérieur) et de lʼamygdale (expérience et expression émotionnelles de la peur) dans les constructions conceptuelles du ça (motions pulsionnelles), du surmoi (jugement « moral ») et du moi (rapport à la réalité) constituent un axe de recherche important. Une activité tonique dʼune amygdale non inhibée pourrait expliquer lʼexistence de symptômes émotionnels résultant de conflits dont le contenu nʼest pas directement accessible à la conscience.

Lʼhypothèse dʼune voie descendante, inhibitrice, courant du cortex préfrontal vers lʼamygdale vient de trouver confirmation dans une étude en résonance magnétique fonctionnelle chez des patients souffrant dʼétat de stress post-traumatique. Les auteurs ont comparé la réponse de lʼamygdale et du cortex préfrontal médial à la présentation dʼexpressions faciales de peur ou de bonheur – stimuli affectifs non liés au trauma – chez 13 hommes souffrant de syndrome de stress post-traumatique (PTSD) et chez 13 autres hommes, eux aussi exposés à un événement traumatique mais ne souffrant pas dʼun trouble psychiatrique (groupe témoin). Ils ont mis en évidence, dans le groupe PTSD, une exagération de lʼactivation amygdalienne en réponse aux expressions apeurées par comparaison aux expressions heureuses, une réduction de lʼactivité dans le cortex préfrontal médial et une corrélation négative entre les niveaux de changement dʼactivité de ces deux régions. De plus, il y avait une corrélation négative entre la sévérité des symptômes de PTSD et les changements de signal dʼactivité dans la région préfrontale médiale. Enfin, par comparaison au groupe témoin, il existait dans le groupe PTSD un défaut dʼhabituation de la réponse amygdalienne droite aux stimuli apeurés versus heureux, mais cette différence nʼatteignait pas la signification statistique selon les critères fixés a priori par les investigateurs. Des travaux antérieurs, réalisés dans le même laboratoire notamment, avaient déjà révélé lʼexistence dʼune hyperréactivité isolée – cʼest-à-dire nʼimpliquant aucune connectivité fonctionnelle – de lʼamygdale dans le PTSD, en réponse à des stimuli dʼexpression faciale apeurée, non liés au contexte traumatique et de plus présentés de sorte à ne pas permettre une reconnaissance consciente des stimuli (durées de présentation subliminales, de 33 millisecondes, au lieu des 200 utilisées dans des paradigmes de présentation « ouverte »). Ces données indiquent que des indices spécifiques impliquant la peur, mais pas nécessairement le rappel du contexte traumatique, suffisent, même sans accès conscient, à évoquer une activation amygdalienne. Celle-ci ne serait pas modulée, puisque dʼautres régions cérébrales nʼont pas vu leur niveau dʼactivation se modifier, ce qui pourrait confirmer lʼabsence dʼimplication de structures corticales, notamment préfrontales, dans des processus non conscients de traitement émotionnel. Ces résultats, en revanche, ne permettent pas de dégager des hypothèses quant au rôle éventuel de lʼactivité amygdalienne dans la genèse interne dʼexpériences émotionnelles « spontanées », cʼest-à-dire, plus probablement, répondant à des stimulations en provenance du milieu intérieur, somato-sensorielles ou sous la forme de diverses modalités dʼétats de la conscience.

Lʼhippocampe, quant à lui, représente lʼune des principales cibles des effets délétères de la charge allostatique. Il se trouve, en effet, au centre de processus de plasticité cérébrale en réponse au stress, et ce même chez lʼadulte. Ces processus de plasticité permettent dʼexpliquer certaines des composantes des phénomènes de sensibilisation biologique et des effets à long terme du stress sur la mémoire (biologique, cognitive et émotionnelle). Lʼhippocampe, structure sous-corticale située dans les profondeurs du lobe temporal à proximité de lʼamygdale, exprime deux types de récepteurs aux stéroïdes surrénaliens et est sous lʼinfluence des hormones gonadiques, androgènes et œstrogènes. Le stress chronique induit une atrophie dendritique dans plusieurs sous-structures hippocampiques, probablement par lʼaction dʼaminoacides excitateurs (glutamate, NMDA). Cette atrophie peut être prévenue par la phénytoïne (bloquant du glutamate). Autre manifestation de plasticité cérébrale longtemps insoupçonnée, la neuro-genèse qui se produit dans lʼhippocampe adulte est inhibée par le stress psychosocial, les glucocorticoïdes – probablement via les récepteurs NMDA –, alors que la sérotonine (5HT) et lʼIGF1 (facteur de croissance ressemblant à lʼinsuline) la stimulent.

Références

  • Post extrait et adapté de lʼarticle de
  • Alain Ronson. Stress et charge allostatique. Bulletin du Cancer, 2006, 93 (3) : 289-95.

    juillet 2014