Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Des gênes et des thérapies pour stabiliser les bipolaires et les cyclothymiques

7/02/2012
Auteur : Melle Majdalani

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Rythmes

La thérapie interpersonnelle et des rythmes sociaux participe à la stabilisation de la bipolarité et de la cyclothymie.
Les études confirment l’importance et l’efficacité d’une thérapie basée sur la régularité de la routine ainsi que sur les relations interpersonnelles dans le trouble bipolaire notamment de type I (en combinaison avec la pharmacologie) mais également de type II (même en monothérapie). Les recherches actuelles sont très favorables à l’étiologie génétique de la sensibilité du système circadien et de son incidence patente sur l’humeur.

L’hypothèse d’Ellen Frank proposée aux personnes présentant un trouble bipolaire de type II, notamment dans la définition qu’elle propose, pourrait être appliquée à la cyclothymique comme détaillée dans la dernière partie.

Le gène « RORB» responsable du dysfonctionnement du rythme circadien


Des gènes régulant les rythmes circadiens (rythmes dʼenviron 24 heures) seraient impliqués dans la physiopathologie du trouble bipolaire chez les enfants, selon Niculescu. « Le trouble bipolaire est souvent caractérisé par des anomalies du rythme circadien, et ceci est particulièrement vrai chez les enfants ».

Une diminution du sommeil a été identifié comme lʼun des symptômes précoces permettant de distinguer le trouble bipolaire du trouble déficit dʼattention et hyperactivité (TDAH).

L’étude des gènes RORA et RORB chez 152 enfants ayant reçu un diagnostic de trouble bipolaire, a révélé la présence de quatre altérations du gène RORB liées avec le trouble BP précoce.
Le gène RORB est surtout exprimé dans lʼoeil, la glande pinéale et le cerveau. Son expression varie en fonction du rythme circadien dans certains tissus, sachant que des souris dépourvues de ce gène montrent des anomalies de ce rythme.

Le gène « Clock » responsable de manie


Les épisodes de manie dans le trouble bipolaire peuvent être liés à une mutation dʼun gène contrôlant lʼhorloge biologique, selon une recherche effectuée par Colleen McClung à lʼuniversité du Texas à Dallas.

Il a étudié chez des souris le gène Clock lié au rythme circadien (ce quʼon désigne par le terme horloge biologique) qui affecte le sommeil, lʼactivité, les hormones et lʼappétit.

Des souris dont le gène était modifié ont ainsi été comparées à des souris avec un gène normal. Les souris dont le gène était modifié manifestaient un comportement maniaque. Ces souris étaient hyperactives, moins anxieuses et moins déprimées. Par exemple, elles étaient moins craintives lorsquʼelles étaient placées dans un espace ouvert. Elles dormaient moins et montraient une plus grande activité du cerveau en réponse à lʼeau sucrée, la cocaïne et une légère stimulation électrique du cerveau.
Finalement, lorsque les chercheurs ajoutaient du lithium à leur eau, ces souris abandonnaient leur comportement maniaque et commençaient à agir comme les souris ayant un gène normal.

Rythme circadien (Horloge biologique) sensible, importance de la régularité : Pour une psychothérapie basée sur le rythme


Le trouble bipolaire est caractérisé par une perturbation de lʼhorloge biologique (qui régule les cycles de veille et sommeil), une horloge fragile qui doit être soigneusement protégée, selon Ellen Frank. Le sommeil doit être particulièrement soigné car il a un grand impact sur la maladie : on récupère plus difficilement et plus lentement d’un changement dans la routine ou d’un manque de sommeil quand on est bipolaire que quand on ne l’est pas.


Une psychothérapie centrée sur les changements dans le mode de vie pour régulariser son horaire peut soulager les symptômes du trouble (Ellen Frank). Plusieurs recherches avaient déjà montré que les perturbations dans les routines quotidiennes pouvaient rendre plus susceptibles de vivre de nouveaux épisodes (de manie/hypomanie ou de dépression). Les recherches actuelles montrent quʼaider les gens à atteindre et maintenir des rythmes sociaux, incluant un horaire de sommeil régulier et une activité physique adéquate, prévient les rechutes thymiques.


Les personnes atteintes de trouble bipolaire (BPI, BPII et Cyclothymie) qui bénéficient dʼune psychothérapie qui les aide à maintenir une routine quotidienne régulière et à composer avec le stress, préviennent mieux les rechutes.

Dans la "thérapie interpersonnelle et du rythme social", on utilise un outil pour enregistrer et contrôler la régularité des activités quotidiennes (repas, activité physique et sommeil).
Cette psychothérapie consiste à aider à comprendre comment les changements dans les routines quotidiennes et la qualité des relations et des rôles sociaux (comme parent ou conjoint par exemple) affectent l’humeur. Après avoir identifié les situations qui peuvent déclencher des épisodes thymiques, les sujets apprennent à mieux composer avec les événements stressants et à maintenir des relations plus positives. Ces apprentissages sont au trouble bipolaire ce que lʼapprentissage dʼune alimentation différente est au diabète.


La thérapie des rythmes sociaux appliquée à la cyclothymie


L’instabilité, un élément fondamental dans la bipolarité.
Selon Goodwin & Jamison, le modèle de l’instabilité est fondamental dans les troubles bipolaires ; il l’est encore plus dans le cadre de la cyclothymie, qui est un tempérament dans ses fondements instables émotionnellement et qui confinent avec l’âge et les évènements de vie au trouble qui est loin d’être une bipolarité atténuée mais une forme à risque très importante, handicapante et débilitante, responsables de plusieurs parcours de vie chaotique, avortés et sources d’une grande souffrance.
Les différentes composantes et difficultés de la thérapie basée sur les rythmes sociaux et interpersonnelles telles que proposées par le Dr Franck appliquées à la cyclothymie
  • Explication de l’importance de la régularité des rythmes sociaux :
    Les cyclothymiques ont souvent des rythmes décalés (sommeil, repas etc.), très instables et eux aussi sont souvent réticents aux changements et à la mise en place d’un rythme plus stable. Eux aussi ont du mal à reconnaître le lien entre les couchers réguliers et les réveils fixes et leur incidence directe sur l’humeur ainsi que le lien entre l’hypomanie et la dépression. En effet, ils voient souvent dans l’hypomanie (notamment dans sa version soleil) le moyen de rattraper le retard accumulé lors de phases dépressives.
    D’où l’importance de la psychoéducation.

  • Apprendre à régler le niveau de stimulation en fonction des états thymiques (quelque soient leurs durées)
    Vu les variations quotidiennes ou plus espacées dans le temps, il leur est également important d’augmenter le niveau de stimulation quand l’humeur baisse ou lors de périodes favorables à la dépression ou hypomanie et de le baisser en période d’hyperactivité. Les cyclothymiques connaissent également un fonctionnement dichotomique (noir ou blanc) et apprennent des comportements plus nuancés. Entre « tout faire » et « ne rien faire », il existe plusieurs alternatives à adapter aux moments et aux situations en cours. Une grande partie de la thérapie consiste à apprendre à naviguer dans des eaux intermédiaires.

  • Difficulté à identifier et catégoriser les états affectifs
    Les patients pensent souvent que les variations d’humeur sont très aléatoires. Ils apprennent donc à reconnaître les différents types de situations capables d’altérer leur humeur ainsi que les signes pathognomoniques de dépression, d ‘hypomanie et d’état mixte.
    Dans la cyclothymie également, il est important d’apprendre à prendre conscience (comme le précise le Pr Koukopoulos) des changements de niveaux d’énergie

  • Problèmes interpersonnels liés aux idées de grandeur et la prétention
    En dehors des phases hypomaniaques/maniaques, il est trouvé souvent dans les schémas des cyclothymiques :
    Les patients sont souvent grandioses autant dans leurs plaintes, leurs symptômes, leurs souffrances que dans la surestimation de soi (de manière souvent camouflée) ; ce qui peut engendrer de la colère dans l’entourage pouvant mener à des ruptures dans les relations interpersonnelles (notamment affectives) et à de grands conflits et difficultés au travail. Ce schéma est également plus facilement abordable dans le cadre d’une relation thérapeutique solide et suffisamment longue.

  • Problèmes liés à la régulation de l’affect :

    1) En raison souvent de la cyclicité rapide de l’humeur, mais aussi de l’intensité et de l’hyperéactivité, on retrouve chez les cyclothymiques instables et changeants de grandes difficultés de gestion émotionnelle. Nous sommes étonnés que le Dr Frank parlent de cette instabilité chez les BPII ? Il serait intéressant de réévaluer sa population à travers le questionnaire de cyclothymie

    2) Non acceptation et non reconnaissance des états hypomaniaques,

    3) Difficulté à distinguer les épisodes distincts (notamment mixte) de leurs déclencheurs

    4) Les patients ne sont pas capables de souvenir de leur dépression lorsqu’ils sont euthymiques ou hypomaniaques et vice versa

    5) Les patients tentent de régulariser leur humeur par l’abus de drogues, y compris les substances comme le café, l’alcool et le cannabis

  • Références


  • Frank E., Kupfer DJ., Thase ME., Mallainger AG., Swartz HA., Fagiolini AM., Grochocinski V., Houck P., Scott J., Thompson W., Monk T. (2005), Two-year outcomes for interpersonal and social rythm therapy in individual with bipolar I disorder, Archives of General Psychiatry, 62(9) : 996-1004

  • Frank E., Swart H., Boland E. (2007), Interpersonnal and Social Rhythm Therapy : an intervention addressing rhythm dysregulation in bipolar disorder, Dialogues in Clinical neuroscience, vol.9, No. 3

  • Holly A., Swart H., Frank E. (2008), Psychothérapie interpersonnelle et des rythmes sociaux dans le trouble bipolaire II : structure du traitement et exemples cliniques, Santé mentale au Québec, vol.33, No. 2, p.151-184

  • McClung C. (2007), Circadian Genes, Rythm and Biology of Mood Disorder, Pharmacol Ther., 114(2) :222-32

  • McGrath CL., Glatt SJ., Sklar P., Le-Niculescu H., Kuczenki R., Doyle AE., Biederman J., Mick E., Faraone SV., Niculescu AB., Tsuang MT. (2009), Evidence for genetic association of RORB with bipolar disorder, BMC Psychiatry, 12;9:70
  • février 2012