Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

09: Je me sens la seule excentrique au milieu de normalité !

1/01/2009

Témoignages > Cyclothymie > Moi, ma cyclothymie...Moi ?

C’est la première fois qu’on me reproche ouvertement mon caractère. Cet entretien avec mes responsables a été un vrai cauchemard.
J’en arrive aux deux semaines affreuses que je viens de passer.

Pour résumer, j’ai essayé d’organiser une soirée sympa pour mes trente ans avec mes collègues. Si vous avez déjà essayé de planifier un événement ou quoi que ce soit pour un groupe, vous savez dans quelle galère je me suis jetée. Hé bien imaginez le truc pour une cyclo comme moi, obsédée par la perfection et en attente d’une soirée hors du commun et remplie d’amour ? Une catastrophe sentimentale !

Pour choisir la date il a fallu une semaine, en changeant à chaque fois pour un tel ou un tel. Et puis finalement c’est tombé sur vendredi dernier, le vendredi où toutes les écoles de France et de Navarre organisaient leur kermesse. Mes collègues ayant tous des enfants, ils se sont désistés les uns après les autres, jusqu’à ce qu’il n’en reste que huit sur quarante. Puis sur les huit, trois sont venus.

J’ai donc "fêté" mon anniversaire à quatre. D’accord on a bien rigolé, mais de retour chez moi, mon humeur a changé, et j’ai sombré dans la déception et le tragique.

Cette semaine, pour la première fois, je suis en arrêt maladie. Je n’ai jamais voulu arrêter mon travail : je voulais toujours arriver à faire la part des choses, à séparer mes problèmes personnels d’humeur, et mon boulot. Mais là j’ai atteint mes limites.

Je n’ai pas voulu retrouver tout le monde lundi, alors que personne n’est venu à mon anniversaire. Et puis il y a cette histoire de prime. Nos chefs nous ont attribué (ou pas, en ce qui me concerne) des parts d’après nos résultats. Les miens sont bons, sauf que ?

C’est la première fois qu’on me reproche ouvertement mon caractère. Cet entretien avec mes responsables a été un cauchemard. Je n’avais jamais imaginé que ma cyclothymie pourrait poser problème "professionnellement". Hé bien voilà, nous y sommes. J’y suis.

Voilà que maintenant, j’ouvre trop ma gueule, il m’arrive d’être négative, trop critique. J’ai des résultats en dents de scie, je suis irrégulière. Normalement on peut compter sur moi, mais il y a des périodes où je ne travaille plus, où je ne fais plus rien. Et puis j’ai trop d’histoires personnelles. Çà se voit, je discute trop avec certains, j’oublie que je suis là pour travailler.

Je ne sais pas quoi dire pour ma défense. Je me demande comment on peut résumer trente ans de parcours cyclothymique à son employeur, comment on peut parler d’une maladie que personne ne connaît. On ne peut pas. Alors je ne dis rien.

Me voilà avec un problème de plus. J’ai donc demandé une semaine de calme à mon médecin. Bientôt je vois l’autre psychiatre. Lundi prochain est un autre jour.

Pour moi, chaque matin est un autre jour, où tout est possible, bon, mauvais, imprévisible. Avant, je trouvais le monde injuste et contre moi. Aujourd’hui je ne sais plus si c’est moi qui doit faire des efforts, les autres, les deux, personne. Je ne sais plus rien.

C’est dur, parce que je suis partagée. Il y a une partie de moi qui dit : "Grandis, ma fille. Grandis, ça suffit, maintenant. Tu es trop. Voilà , oui, c’est le mot : trop. Trop sensible, trop exigeante, trop sévère, trop possessive, trop rêveuse. Trop, c’est trop."

Et puis : "Et puis pourquoi ? Hein ? Pourquoi ? Je suis ce que je suis. Personne ne fait l’effort de changer, personne ne se remet en question. Pourquoi moi ? Pourquoi c’est à moi de m’adapter ? De me calmer ? De faire dans la demi-mesure ? Est-ce que le reste du monde a déjà fait un effort pour moi en retour ?"

A ces questions, pour l’instant on ne fait que me répondre : "Parce que tu en souffres. Parce que tu es malheureuse." Oui, c’est vrai. Je suis malheureuse. Contrairement aux autres, c’est une chose qui m’arrive. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi on n’accepte pas cela, alors qu’on accepte que je sois éblouissante, drôle, sulfureuse. On prend toujours le bon de moi, et jamais le mauvais. On accepte toujours que je sois délurée à une soirée et que j’entraîne tout le monde vers la déconne, mais jamais que je crie : "Vous n’êtes qu’une bande de dégueulasses ! Vous n’êtes pas venus à mon anniversaire et je vous déteste pour toujours !"

Je ne sais plus comment me comporter, ce que je dois dire, taire, modérer, changer, expliquer, faire accepter. Avant je maudissais le monde entier de ne rien comprendre à ma personne, et même, je trouvais les autres moins bien que moi. Mine de rien, je n’étais pas malheureuse comme cela. Je préfère l’époque où j’étais en colère. Aujourd’hui je vois que je suis malade, que tout me déçoit tout le temps mais que c’est surtout moi qui suis décevante, que cela vient de moi, que c’est moi qui ai un problème, que je suis seule excentrique au milieu de normalité.

Je suis fatiguée de moi-même.

Le nouveau blog de Régis s’appelle : J’aime ma cyclothymie parce que Il voudrait que j’écrive un texte et le mettre en ligne.

Je dirais que le jour où j’arrive à l’écrire, ce sera la fin de ma dépression ou la partie négative de ma cyclothymie.

septembre 2012