Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M


Jeudi 24 février 2005

10h00 :


Finies les pensées qui défilent. Un peu de manie côté mutilations et tout plaquer mais c’est du domaine du raisonnable. C’est la dépression qui l’emporte. Moral â zéro, aucune énergie, etc? J’ai même pas la force d’écrire en fait.



J’aimerais tant rester sous la couette et dormir â temps plein. Déjâ quatre mois passés dans cette entreprise et aucune possibilité de prendre des vacances. Fait chier. Ca me gave royalement. J’ai bien envie d’aller voir un médecin peu scrupuleux et me faire arrêter, ce serait â moitié légitime tout de même. Le must serait d’aller â la clinique pour me requinquer un peu, c’est tout juste si j’arrive â me lever pour bosser, de plus l’un des signes significatifs chez moi c’est la difficulté â me laver, d’ailleurs je ne prends une douche qu’un jour sur deux ou sur trois. C’est pas bien du tout, je sais bien, mais dans certains états, on n’arrive vraiment pas â faire plus. Je devrais certainement réajuster les dosages du lithium et de l’effexor pour remonter la pente mais j’ai pas envie. Je connais la souffrance de la dépression depuis tellement d’années que j’ai fini par l’apprivoiser quand elle est encore supportable ou l’engloutir sous des calmants. De toute façon je suis prostrée, figée, les meilleures blagues ne me font plus sourire, je suis insensible â la musique, â tout. Décidément, ce mois ci, j’ai fait une superbe courbe de haut en bas, impressionnante. Quand je pense â tous ceux qui sont malades du neurone ou du reste du corps, je me demande comment font-ils pour vivre avec. J’ai l’impression d’être parmi cette minorité qui ne se bat pas contre un processus. Je crois que ce week-end, je ne vais pas rentrer â la maison, je vais me saouler pour oublier que je suis un déchet, dormir où je peux, et je ne connais pas la suite ou alors tout bonnement demeurer dans ce sentiment de vide, je me sens totalement vide de vide, le néant. Je pourrais recevoir n’importe quelle nouvelle, bonne ou mauvaise, cela ne me ferait ni chaud ni froid, absolument rien de rien. J’essaye de faire un effort pour écrire, pour coucher des mots intelligents mais plouf, ça ne vient pas. Peut-être que si je me brûlais ou me coupais, ça m’aiderait â me réveiller ? Je ne pense pas, au contraire je ne sentirais pratiquement pas la douleur. Alors, comment se réveiller ? Se booster avec de l’Effexor ?



Mouais, bof. Putain de bordel de merde ! J’arrive pas â écrire quelque chose d’intéressant, c’est pitoyable !

Pourtant il y a tant de choses, des milliards et des milliards, â dire sur tout et n’importe quoi ! C’est tout de même dingue de ne penser strictement â rien, mis â part se fustiger sur place ! Je sais que c’est un symptôme Borderline, c’est frustrant car on voit le gen (=les gens, mais j’adore cette formule) s’activer autour de soi et on se voit figée sur place, nonobstant on est tellement pris dans les sables mouvants qu’on se laisse aspirer sans se débattre, hors comme il y a quasi absence de sentiments, on ne culpabilise pas outre mesure de se laisser aller. Ce sont les joies de l’état limite ! Olé ! Prosper youpla boom ! c’est le roi du pain d’épice ! Prout prout prout que je t’aime, viens ici mon petit ami, j’ai un secret â te dire dans l’oreille, que je t’aime, que je t’aime â la folie, youpi ! Goldorak gooooooooooo !


La vache ! J’en suis réduite â remplir la page avec des inanités, comme d’habitude en fait. Bon alors je vais vous parler des dix états selon bouddha. Avant tout il faut bien visualiser qu’ils sont tous contenus les uns dans les autres et qu’en aucun cas, être dans l’un signifie que les autres sont absents? Pfff, j’en ai tellement appris sur le bouddhisme que je ne sais plus trop par quoi commencer et â vrai dire, il m’est beaucoup plus facile de l’expliquer â l’oral, ne serait-ce que par le fait de l’interaction avec les autres avec qui on trace les lignes conductrices, des pistes. Sans interaction avec les autres il est impossible d’être son propre guide, même en dévorant des livres, il est foncièrement vital pour la pensée d’être mise â l’épreuve par les autres, sans quoi cela revient â vivre sans boire ni manger ni dormir. Le gen a tendance â faire son possible pour éviter tout conflit, confrontation d’opinions car il se sent visé personnellement dans son ? ego ? ce qui a pour conséquence directe de limiter le nombre possible de ponts â jeter vers d’autres. Plus les gens restreignent le cercle de leurs liens, plus ils s’exposent â s’endormir sur leurs conceptions, convictions, idées? Au contraire, le gen qui ne craint pas la Ré-Action pour ce qu’il sait différencier la personnalité de la discussion, même houleuse, met bien des chances de son côtés afin de s’enrichir. La preuve en est que l’on peut constater, en divers domaines et époques, que les personnes qui marquent, â petite ou grande échelle, sont celles qui ont créé nombre de ponts avec leur environnement quelque soit le moyen.


Enfin, comprenne qui pourra parce que lâ encore j’ai fait très fort comme â chaque fois que j’essaye de mettre sur papier mes convictions. C’est d’un confus ? On m’a souvent dit que j’avais l’immense art d’être la seule â me comprendre â l’écrit, ce qui n’est faux. Malgré des efforts sincères, je n’arrive toujours pas â être claire et c’est pire sur Internet car je dois dire les choses â plusieurs reprises avant que les autres ne percutent. C’est dommage de ne pas savoir s’exprimer alors que c’est plutôt bien rangé dans ma caboche ; et encore, ici je me limite, sinon, avec ma tendance â faire des trucs tordus pour de rire, ce serait la misère.


En conséquence de quoi, il apparaît clairement, que, je dois persévérer, peu importe mon état. Vaste programme et trop ambitieux pour moi, ça me donne envie de roupiller de suite.