Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Génétique des troubles bipolaires : place des Tempéraments

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Tempéraments

Quel rôle joue la génétique dans la bipolarité et les tempéraments ?
La génétique de la bipolarité est un domaine assez vaste et complexe (plus de 4000 publications récentes sur ce sujet).
L’expérience clinique nous montre que ce trouble est majoritairement "familial", mais pour l’instant la recherche n’a pas encore identifié les gènes responsables. Cependant, une revue des publications récentes permet de retenir certaines données importantes, notamment utiles pour les patients bipolaires qui sont des futurs parents ou qui le sont déjà (et qui se posent des questions sur le risque de transmission).

Psychopathologies des enfants de bipolaires


Pour cela, il convient de se référer aux études ayant évalué la psychopathologie des enfants des parents bipolaires en comparaison aux enfants de parents non bipolaires avec un suivi prospectif sur de longues périodes :
  • Les enfants de parents bipolaires présentent plus de troubles (plus de 78%) que les enfants de parents non bipolaires (24%)

  • Les troubles observés incluent des dépressions précoces, des anxiétés, des troubles des conduites

  • Un état de désinhibition (activation) caractérise les membres des familles bipolaires (est-ce un noyau dur de la bipolarité : impulsivité, instabilité, hyperactivité, hyperréactivité )

  • Besoin de séparer entre bipolarité-I, biplarité-II et probablement la cyclothymie (d’où l’importance de connaître le spectre clinique de la bipolarité)

  • Importance de la co-morbidité pour comprendre le spectre familial de la bipolarité, notamment l’abus de substance, l’alcoolisme, les syndromes psychotiques, l’histoire de tentative de suicide et le niveau bas de fonctionnement social

  • L’âge précoce des premiers symptômes est également une donnée capitale.

  • Chez les parents "sains" des sujets bipolaires (étude américaine à UCSD, Université de San Diego)


    L’idée etait d’explorer les dérèglements du tempérament chez les sujets à risque de bipolarité, parents sains de patients bipolaires (PSBP). Ils ont été comparés à un groupe de bipolaires en rémission et un groupe témoin sain.
    Quatre variables (TD, TC, TI et TA) montrent des différences significatives. Le groupe PSBP a un score de TC plus bas que les bipolaires, mais plus élevé que le groupe témoin.

    Les groupes BP et PSBP ont des scores de TA plus élevés que le groupe témoin. Le score TH est plus élevé dans le groupe témoin. On peut conclure que même chez les parents apparemment sains de patients bipolaires, il existe une instabilité cyclothymique mineure qui toucherait l’humeur, la confiance en soi, le sommeil, les intérêts et les niveaux d’énergie. Ces traits peuvent représenter un marqueur de vulnérabilité, éventuellement à utiliser pour identifier les sujets à risque de développer un trouble bipolaire. L’enjeu est de pouvoir définir proprement des sous-échelles de tempéraments et mettre en exergue les traits ou combinaisons de traits qui sont les plus prometteurs.

    Tempéraments chez les descendants des patients BP-I (étude turque)


    Il s’agit de comparer les mesures des tempéraments chez des sujets souffrant de trouble bipolaire (BP) et leurs proches, par rapport à un groupe témoin et leurs proches. Au moins un tempérament dominant a été trouvé chez 26% des BP, 22% des proches BP, contre 6.0% et 10.0% dans les groupes contrôles. Le TH était le plus fréquent chez les BP et proches. Il est probable que le TH soit impliqué dans la génèse du trouble BP-I.

    Tempéraments chez les volontaires sains (étude française)


    Un échantillon de 177 volontaires, sains et sans symptômes psychiatriques, a été divisé en 3 sous-groupes : 100 avec histoire familiale négative (HFN = absence de troubles affectifs), 37 individus avec une histoire familiale positive (HFP) et 40 sujets avec au moins un parent avec un trouble BP-I (PBP) (étude de Chaironi). Les deux derniers ont été définis comme groupes à risque. Les résultats montrent des niveaux différents de la cyclothymie entre le PBP et les autres. De plus la cyclothymie était plus fréquente dans le groupe HFP versus HFN. Ainsi une aggrégation de la cyclothymie est présente dans les familles présentant des troubles de l’humeur et spécialement un trouble bipolaire. Ce qui autorise d’inclure la cyclothymie dans les indices phénotypiques caractérisant la bipolarité. Il s’agit d’un modèle d’interface entre la génétique moléculaire et comportementale.

    Au total, on peut considérer la cyclothymie (traits d’un tempérament) comme un facteur génétiquement transmissible d’une vulnérabilité aux troubles bipolaires, notamment aux formes instables du trouble BP-II. En revanche, le tempérament hyperthymique se comporte soit comme un facteur de protection soit comme un facteur impliqué dans la génèse du trouble BP-I.