Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Le Sport, question existentielle

1/01/2009

Témoignages > Se soigner

LE sport, le sport, toujours le sport. Mais trouver le truc, cʼest mon Anapurna.
J’ai encore lu cette semaine dans un magazine qui me veut du bien, que seule l’assiduité dans l’activité sportive donnait des résultats satisfaisants pour la santé de l’individu. L’individu que je suis n’est ni sportif ni assidu. D’autant plus qu’un autre magazine qui me veut également du bien, précisait que reprendre le sport à la quarantaine est risqué surtout de façon brutale et excessive. Bien qu’ayant la quarantaine, et pouvant être sur certains côtés excessive surtout pour le temps réservé à l’ordinateur ou au nombre de tablettes de chocolat consommées en quelques semaines, sinon jours et pour être franche en quelques heures, je ne m’aventurerai pas à faire preuve de brutalité en me lançant dans l’activité sportive même pour me faire du bien.

Je ne sais pas pour vous, mais sentir du plomb qui coule dans les veines rend le plus tenace et le plus courageux de l’espèce humaine récalcitrant au mouvement. Je vais vous dire moi, ce que ça fait que de se bouger le popotin lorsque la simple idée de marcher avec un vent qui vous secoue la chevelure est déjà un acte de résistance et d’effort qui relève de l’ascension de l’Anapurna. Pourquoi l’Anapurna ? je réserve le plus haut sommet du monde pour des évènements plus drastiques, alors j’ai choisi le 10ème plus haut qui se situe dans l’Himalaya au Népal.

Pour tout vous avouer, je reste en admiration devant ces humains qui passent des journées entières à s’accrocher à de la roche pour finalement en redescendre par la suite et recommencer, une autre fois et ainsi de suite. Ca ressemble au mythe de Sisyphe, ce boulet qui est poussé jusqu’au sommet pour débouler jusqu’en bas de la descente. Permettez-moi de faire une analogie entre les sommets himalayens et la dictature de changements hyperboliques de mon état intérieur, comme ces monstres du cinéma qui ont d’abord une face tranquille, puis leur visage et corps se métamorphosent en un monstre surpuissant et incontrôlable. Or, ce qui quelques mois plus tôt me met dans un état tantôt agréable et en forme, me transformera quelques mois plus tard, en belle au bois dormant languide, aboulique, que sais je encore ,torpide sans qu’aucun cocktail vitaminé ou cocktail Molotov composé de taurine/caféine ne puisse me sauver d’un baiser magique.

Zut alors c’est quoi cette vie, de devoir être l’alpinistes des vertigineux sommets de ma personne, accomplissant l’exploit de surmonter des montagnes infranchissables, de réunir toutes les ressources d’énergie, de témérité, de vaillance et même j’ose le dire de l’héroïsme, alors que de l’extérieur il s’agit tout simplement de me lever du lit à l’heure, d’aller prendre ma douche, choisir ma tenue sans que ça devienne un choix cornélien, et de partir à l’heure. Alors, parlons de sport, vous connaissez la procrastination ? "Il ne faut jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le surlendemain." (Léo Campion)

Moi, je dis, le sport c’est une affaire trop sérieuse pour me lancer à la légère. Déjà que je suis toute vacillante et périclitante suite à une journée (parisienne certes) avec d’abord le cauchemar éveillé que procure le transport en commun, puis le travail en compagnie des gens qu’on n’a pas choisi, et enfin car il faut bien se rendre la vie difficile, un tour au supermarché avant de rentrer chez soi. Alors, il est où le bonheur et la motivation de réveiller des sensations réconfortantes par un effort supplémentaire ?

Bon d’accord, je ne suis pas sportive. Mais je donnerai tout et n’importe quoi pour faire partie de la grande famille des dopés et musclés de ce monde.

"Il faut s’y mettre après c’est une question de durer" dit toujours le gentil journaliste qui est payé pour me coacher au travers de sa feuille de chou. Ben oui, justement, c’est bien de ça qu’il s’agit, de la persévérance. Ce qui dans cette immense géographie de mon intériorité faite de sommets et de gouffres, se traduit par une opiniâtreté, une lutte contre soi-même et de l’acharnement contre tout ce qui compose mon bien être. Etre cruel envers soi n’est pas source d’épanouissement, je le clame haut et fort.

En fait, je ne sais pas pour vous mais je préfère descendre les escaliers plutôt que de les monter, et pourtant il paraît que ce sont les mêmes muscles qui sont sollicités. Je fais ça tous les matins, je prends l’ascenseur pour monter sommet de l’immeuble et je descend tous les étages à pied au moment de partir au travail. Ca y est je me sens mieux, j’ai fait les 10 étages à pied . Vous voyez, quand on veut on peut !

février 2012