Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M



Mercredi 20 octobre 2004


12h00 :



Suite du post "pourquoi autant de plaintes sans fin"



Je n’en peux plus. Je fais tout ce que je peux pour trouver du courage, de la volonté, de la raison, de l’objectivité. J’essaye de me raccrocher autant que possible â des principes philosophiques assez simples car pousser la réflexion, faire marcher le cerveau est impossible. Je me raccroche â quelques automatismes pris pour combler le vide du quotidien. Je me dis une fois de plus que ce n’est qu’un passage, un sal moment â passer.



Mais tous ces efforts demandent une énergie démesurée de surpassement de soi. Hier encore je suis allée chez des gens pour visionner un film sur la dernière femme kenyane â avoir remporter le prix Nobel de la paix. Rien â faire, pas une seule idée intelligente ou constructive ou analytique ne se présentait â moi alors que tout le monde était en effervescence et émettait des paroles fort justes.


Et toujours ces flots de pensées, d’images, de sons incohérents, incapables de s’emboîter correctement, de se lier par la logique. Rien qu’un déballage continu, un fleuve en crue incontrôlable. C’est bien loin des daydreaming (rêverie diurne), très loin.


Je suis obligée de prendre du Melleril et autres calmants, sans quoi je ne parviens pas â m’octroyer des instants calmes et une stabilité factice, histoire de reprendre mes esprits de façon â se tourner vers un cerveau quelque peu sorti d’une ébullition si harassante et surtout démentielle que je ne dors pratiquement plus depuis plusieurs jours. Combien de temps encore avant que j’arrive au seuil de tolérance que j’ai involontairement dépassé â deux médicaments.



Je reste toujours intimement convaincue que pour qui ne connaît pas la dépression ou l’état mixte, aucune description ne peut donner un aperçu de ce que c’est ; tout comme je ne peux imaginer ce que c’est que d’être paralysée physiquement ou d’être en apesanteur et bien d’autres maux ou merveilles, ou encore de connaître un véritable état maniaque poussé alors que j’ai vu plus d’une fois ma mère y plonger. J’ai souvent regretté d’être née, même si j’ai déjâ éprouvé un sentiment de reconnaissance sincère d’être en vie. Je pense souvent â en finir même si je demande, parfois, sans réfléchir, â Y. de me surveiller.



Demain je vais vous voir et je pense déjâ au fait que vous allez me donner des explications dont je suis avare sans parvenir â les retenir. Je pense au fait que bientôt je vais commencer un travail et que, dans cet état, je ne vais parvenir â rien faire de bon.


Je n’en peux plus de tout donner pour être plus forte, plus courageuse, plus tenace, plus et toujours plus â chaque instant, â chaque fois que je vois quelqu’un pour parler ou dépanner son ordinateur. Je me damnerais pour revenir un bébé, je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond, stopper la machine ne serait-ce que quelques semaines, ne serait-ce que pour offrir un sourire qui vient du coeur. Je ne sais plus comment m’aider car je suis la seule â détenir ce pouvoir. Je n’aspire même plus â retrouver ces doux mois de légère manie dont je suis séparée depuis quatre ans. Ces mois d’effervescences intellectuelles, d’imagination fertile, de cette conscience que tout est possible, de don et de respect envers tout le monde, de ces journées où â aucun moment on ne s’ennuie ni ne regarde le côté face de la pièce dont le côté pile est un fait de journées si belles, si humaines, si emplies de rires, si pleines d’envolées de l’esprit que tout est d’une facilité â ne jamais tarir l’envie d’apprendre et de réfléchir.



Je sais que suis en train de me plaindre tel une gamine gâtée qui pleurniche parce qu’on lui a refusé un bonbon. Je sais que je ne devrais même pas écrire tout ceci car cela n’a strictement aucun intérêt pour autrui. Je sais que gémir n’apporte rien pur soi et épuise les autres. En réalité j’ignore totalement pourquoi je déblatère toute cette bave. Raconter ma vie en toute impartialité me fatigue d’avance et, qui plus est, cela ne donne aucun renseignement précieux.


Alors â demain pour un lynchage mérité en bon et du forme, qui sait, me fustiger quand je suis plus bas que terre peut peut-être fournir une solution.