Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

L’erreur diagnostique entre TOC et dépression mixte

19/09/2010
Auteur : M Trybou

Anxiété / TOC > Diagnostic

Cet article explique la différence entre les obsessions des TOC et les obsessions que l’on trouve que certains dépressifs (excitation mentale) bipolaires.
Il arrive souvent que des patients viennent nous voir pour ce qu’ils pensent être des TOC : ils ont des pensées très envahissantes, qui les martèlent sans cesse, avec une forte angoisse. Il y a clairement ce qu’on appelle des obsessions. Par contre, contrairement aux autres personnes souffrant de TOC, ils n’ont pas un scénario catastrophe très clair ni de rituels précis. Cela ressemble à un bombardement de pensées floues et continues, un enlisement sur une pensée en boucle, et non à une obsession construite avec de l’angoisse et des rituels pour se rassurer d’un danger probable.

Et cette erreur de départ peut entrainer un mauvais diagnostic et donc des années de mauvais traitement médicamenteux. En effet, la dépression mixte s’aggrave sous antidépresseurs. Elle fait partie des troubles bipolaires, et nécessite un traitement par thymorégulateurs.

Définitions


Un TOC

La personne est envahie par une pensée de catastrophe, ou de maladie, ou de saleté, ou sexuelle, ou de faire du mal, etc, construite sur des "et si". Elle est bombardée sans cesse, avec une forte angoisse, et provoque des rituels précis (lavages, symétrie, vérifications, répétitions, ruminations, ?) pour tenter d’écarter le danger et diminuer l’angoisse. Un TOC commence le plus souvent dans l’enfance ou l’adolescence, ou chez certaines femmes après un accouchement. Les TOC répondent bien aux antidépresseurs.

Une dépression mixte


Cʼest une dépression (tristesse, manque d’envie, vide intérieur, fatigue) mélangée à un côté volcanique, bouillonnant et impulsif dans le corps et/ou la tête, comme une énergie qui pousse de l’intérieur (ce qui est paradoxal avec le côté vide et sans énergie d’une dépression classique) et provoque une pile électrique dans la tête. La dépression mixte peut arriver à tout âge, mais le plus souvent les personnes souffrant de dépression mixte racontent que leurs obsessions sont arrivées à plus de 40 ans.

Différencier TOC et dépression mixte


Il arrive que certaines personnes aient des TOC et aussi une dépression mixte. Ce sont de vrais TOC car ils ont un scénario clair et des rituels bien définis mais il sera néanmoins nécessaire de prendre en compte la dépression mixte qui est en parallèle car l’agitation cérébrale de celle-ci alimente les TOC.

Voici deux cas de dépression mixte, avec les éléments principaux soulignés :

Cas 1 : dépression mixte


Madame xxx décrit un surmenage professionnel qui a abouti à une invalidité, des crises de spasmophilie durant deux ans, et de graves problèmes physiques qui l’ont épuisé. Les fortes douleurs entraînent une phase d’excitation et d’hyperactivité durant 3 mois avec euphorie, irritabilité, diminution du besoin de fatigue, augmentation du débit de parole et hyperactivité. Cette phase aurait abouti à un placement en maison de repos.

Quelques mois après, des obsessions apparaissent sur la peur "de perdre ses mains", juste après une crise de spasmophilie. Madame xxx a beaucoup de mal à expliquer cette obsession. Elle a l’impression de ne plus sentir ses mains, comme si des sensations avaient disparu, ou étaient différentes, mais ne peut clairement l’expliquer. Elle les regarde sans cesse, dans tous les sens, et semble presque incapable de les poser tranquillement sur ses genoux, comme si les regarder pouvait changer quelque chose à la catastrophe : "Je les analyse sans cesse." Madame xxxx reconnaît l’absurdité de ses pensées, mais l’angoisse due aux sensations lui parait inexplicable et terrifiante. Cela l’envahit toute la journée, elle ne fait qu’y penser. Elle n’a pas de rituel clair, et ne sait même pas ce qui pourrait la rassurer.

Des examens neurologiques ont été faits, ainsi qu’une ponction lombaire, mais tout semble normal. Une dépression mixte est trouvée avec une grande tristesse, un manque d’envie, un mauvais appétit, des insomnies, une grande agitation dans le corps et l’esprit, des difficultés de concentration, et une forte impulsivité avec de la violence physique retournée sur soi. La fille de la patiente se dit avoir été choquée de voir sa mère se frotter jusqu’au sang "comme si elle était devenue hystérique", ce qui a entraîné une hospitalisation en psychiatrie.


Cas 2


Madame xxxx consulte à ce jour pour évaluation d’obsessions continuelles.

Les obsessions se seraient développées à 45 ans alors que j’étais aux USA. J’étais mal, déprimée, et sans savoir pourquoi j’ai pris des choses dans un magasin sans payer, comme une impulsion incontrôlable. Et j’ai développé des ruminations sur cela, sur pourquoi j’ai fait cela. Ce sont des histoires qui défilent sans cesse, avec tout ce qui tourne autour. C’est très confus car ce sont des flashbacks permanents. Dés que j’en parle cela me refait déprimer, et ça tourne toute la journée. Quand je n’ai pas la réponse je m’effondre, sans même savoir ce que j’attends comme réponse. C’est de la remémoration sans savoir ce que je cherche car il n’est même pas question de réassurance ?. Madame xxx a de fortes angoisses dans les magasins car cela reprovoque des obsessions sur les USA.

Madame xxxx décrit un "tempérament mélancolique de base" depuis l’enfance, sans aucun déclencheur. Une première dépression aurait duré plusieurs semaines après le premier accouchement à 30 ans. Une seconde dépression est décrite à 45 ans, aux USA, renforcée par la culpabilité d’avoir pris des choses dans un magasin. Cette dépression aurait duré plusieurs années et se serait enchainée avec une troisième à 48 ans en raison des soucis professionnels du mari de Madame xxxx. Madame xxxx se sent triste, déprimée, fatiguée, avec des variations de l’appétit, insomnies, difficultés de concentration, ralentissement, agitation cérébrale, autodévalorisation, idées noires, phases volcaniques et impulsives en dépression, irritabilité, crises d’angoisse, isolement, dépenses d’argent. L’Effexor aurait aggravé la dépression. "Les antidépresseurs aident quelques mois puis ce sont comme des bonbons". Seropram aurait eu un bon effet. Seroplex, Effexor, Zoloft, Zoloft +Abilify auraient un effet court.

mars 2012


Rapports entre TOC et bipolarité : aperçu historique
Historique du TOC, Troubles Bipolaires et de leur comorbidité
Les troubles apparentés aux TOC : lien avec la bipolarité ?