Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Le DSM-V va-t-il enterrer la cyclothymie ?

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

Que le DSM-V lʼenterre ou non, la cyclothymie prend un sens et surtout une "utilité" pour orienter les choix et les plans thérapeutiques.
J’étais au dernier congrès IRBD (9ème édition) qui s’est tenu à Lisbonne du 6 au 8 mai 2009. C’est un RDV annuel où se rejoignent des experts internationaux des troubles bipolaires pendant 3 jours.
C’est une occasion propice pour les échanges soit à travers les conférences, les présentations des études scientifiques, soit en privé et en petits groupes, des échanges entre collègues comme Angst, Karam, Swann, Perugi, Erfurth, Koukopoulos
Des échanges amicaux, non formels et surtout riches en idées et hypothèses
C’est la partie que j’affectionne le plus dans ces congrès internationaux.

Lors des ces échanges, le Pr Jules ANGST (pas besoin de le présenter) et le Pr Eric YOUNGTRUM (psychologue et expert des troubles bipolaires chez l’enfant) ont signalé une nouvelle qui m’a alerté et qui mérite d’être discutée : comme les psychiatres aux Etats Unis n’utilisent pas le diagnostic de l’Cyclothymie’, cette entité risque de disparaître dans la prochaine édition des DSM, le DSM-V (attendu en 2011-2012) !

Est-ce la fin de la cyclothymie ?
En France, on est avant-gardiste ! Les psychiatres français l’ont enterrée juste après sa naissance (référence à la thèse de Pierre Kahn, 1909).
Côté DSM, tant que le système clinique repose sur le repérage des épisodes, la cyclothymie, dans sa définition comme alternance d’épisodes mineurs de dépression et d’hypomanie, ne verra jamais son succès auprès des psychiatres ou des chercheurs.
Cette définition est vraiment mauvaise.

La cyclothymie est avant tout un tempérament affectif particulier, une constitution psychopathique, presque inséparable de celle des formes frustes ou atténuées de la psychose maniaco-dépressive qui, selon certains experts, n’en sont que le grossissement ou l’amplification.
Selon Hecker (1898), Deny et Khan (1909), et Akiskal (1977), cette constitution cyclothymique est essentiellement caractérisée au point de vue clinique par des variations et des oscillations continuelles du ton affectif ou de l’humeur qui s’expriment par un sentiment général de bien-être ou de mal-être, lequel réagit et retentit â son tour sur tous les modes de l’activité psychique (cognitive, émotionnelle, psychomotrice et interpersonnelle).

Vient la remarque pertinente de Jules ANGST : comment définir la cyclothymie ? quels sont les critères alternatifs au DSM-IV ? quelles sont les mesures pertinentes (score seuil sur le questionnaire TEMPS-A) ?
On sait les difficultés de définir des scores seuil ou de trouver les critères pertinents, déjà pour les "épisodes" dépressifs et hypomaniaques. A ce sujet, ANGST nous a montré que le simple fait d’introduire des changements dans l’évaluation cliniques des épisodes hypomaniaques (comme inclure les cas d’hypomanie associée aux antidépresseurs et mettre l’hyperactivité comme critère principal à la place des symptômes purement thymiques comme l’euphorie ou irritabilité) le pourcentage de la bipolarité est radicalement changé. Le rapport Bipolaire / Unipolaire passe à presque 1/1 ! exactement comme dans les études cliniques montrant qu’environ 40 à 50% des dépressifs sont bipolaires.
Ce changement de la prévalence de la bipolarité a été validé par la comorbidité avec l’abus d’alcool (uniquement corrélée avec le spectre BP et non la dépression), l’histoire familiale de bipolarité, le taux de criminalité et de suicide Cela a été donc montré dans 3 grandes études épidémiologiques (2 aux USA : NCS-R et NCS-A et une à Munich).

Dans cette discussion, j’ai répondu à Jules ANGST que si la définition de l’épisode hypomaniaque suscite tant de changements et de complexités, celle de la cyclothymie serait encore plus conflictuelle et difficile. En effet, il s’agit de définir un tempérament aux frontières du pathologique, qui commence à un âge jeune et dure sur la vie avec une très forte comorbidité.
Cela dit, les tentatives pour définir la cyclothymie continuent. Pour l’instant, le score seuil sur le questionnaire TEMPS-A (score de 10 ou plus), s’avère utile, fiable et valide.
Dans mon expérience clinique, en plus de ce score, l’histoire "Test de la bipolarité" élaborée avec Marie (forum bipolaire-info) paraît aussi judicieux et utile (score de 25 ou plus sur un total de 50 items).
De plus, la cyclothymie prend toute son importance quand on a la découvre chez des patients venant consulter pour :
- dépression récurrente et/ou résistante
- trouble anxieux complexe (TOC, Trouble Panique, Phobie Sociale ) ou résistant
- trouble boulimique
- abus d’alcool ou addictions chimiques (cocaïne )
- trouble du contrôle des impulsions (jeu pathologique, achats pathologiques, kleptomanie )
- trouble de la personnalité type "Borderline"
Dans ces conditions, la cyclothymie prend un sens et surtout une "utilité" pour orienter les choix et les plans thérapeutiques.
Donc, une idée de considérer la cyclothymie comme une variante de spécification à utiliser face aux troubles dépressifs, anxieux, addictifs et impulsifs.

Il ne s’agit pas d’une entité diagnostique catégorielle mais plutôt dimensionnelle.
Tout comme l’hypomanie, sa définition dimensionnelle se montre de loin plus valide et pertinente que de la mettre dans une "case" catégorielle rigide (certes spécifique mais pas du tout sensible).
Le CTAH est en train de travailler sur ces points méthodologiques et sur la validation de la cyclothymie comme une entité dimensionnelle (qui va du normal au pathologique) transnosologique (qui dépasse de loin le cadre des dépressions majeures).
A suivre

avril 2012