Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

18 : Ma réactivité aux psychotropes

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M

Lundi 4 avril 2005 (suite)



A propos de l’Abilify,

Y. et moi avons ? une idée ? car vous m’aviez dit qu’il n’avait pas convenu non plus â d’autres de vos patients. Evidemment, nous ne sommes pas neuropsychiatres donc de nombreux paramètres nous échappent, ça va de soit.

Mais voilâ , en supposant que l’Abilfy ne marche pas en France mais aux Etats-Unis, on peut introduire l’hypothèse de la différence de culture. Nous avons pensé en particulier â l’angoisse permanente ? de défendre leurs libertés par la force ? ? avoir une arme pour se défendre de tout ? ? la crainte du voisin qui lui aussi en a une ? etc? etc? Tout leur climat de méfiance, de défense, d’angoisse dans la violence. Je ne fais pas référence aux derniers évènements, mais â une culture qui existe depuis le début des colonies.

Evidemment, en France, nos angoisses sont portées sur d’autres sujets.

En partant de cette différence de sociétés, on déduit qu’au niveau du fonctionnement du cerveau, il y a une différence aussi. Le langage est une preuve flagrante, par exemple, en Chine, le mot ? je ? n’existe pas. Rien que cette différence de langage est totalement liée â une autre façon de penser, appréhender la vie, etc? donc un autre fonctionnement au du métabolisme au niveau du cerveau.

Par conséquent, la question est : un médicament peut-il plus ou moins bien être efficace pour des tas de raisons toutes liées entre elles dont celle de la différence continentale ?



Sinon, je vais bien, je suis stable, manque d’énergie, mais je m’en contrefous totalement parce que je l’utilise pour lutter contre les pensées négatives (aller toujours plus loin dans les bêtises, tenter le diable) et les flashs (hyper-vigilance : scènes atroces) et les pulsions (voitures et métro), bien que tous ces parasites se fassent de plus en plus discrets et sporadiques, lâ aussi je vous tire mon chapeau pour me tirer de ces mauvais pas que je ressens comme des handicapes constants.



Je ne prends pas le Risperdal

car je n’aime pas du tout être dans le coton, brouillard, mais je l’ai toujours sur moi au cas où je monterais ou en cas de crise d’angoisse. Ces crises sont disparues depuis la remise du Lamictal â 400mg. Il n’est peut-être pas encore venu le temps de le mettre â 200mg ou bien c’est moi qui ai du mal â me dire que ce demi-sevrage nécessite d’en passer par lâ et que même si c’est inconfortable au point de ne plus pouvoir passer le seuil de la porte, c’est une phase â accepter de vivre avant que d’être bien même â 200mg ?).

Si vous trouvez que je fais une erreur monumentale avec le Risperdal, surtout dites-le moi !!! Je ne veux pas tout saboter pour une question de confort purement égoâ?ste !!!

Rien que d’en parler, finalement ça me fait peur.



Je me répète encore et toujours mais je suis une grande trouillarde depuis gamine, il a fallut plus d’une fois me menacer de la fessée pour me faire passer des caps comme monter debout sur une chaise, sur un vélo, sur des skis, et même jusqu’â m’exprimer. J’aimerais vraiment me débarrasser de ma peur bleue des descentes d’escaliers.



Le sevrage de l’Effexor est pénible

en ce qui concerne les vertiges qui ne sont pas moindres. J’espère que ça va vite se tasser car c’est très désagréable, même en le prenant un jour sur deux. Mais je n’en fais pas tout un foin pour autant. Encore une fois, plus le temps passe plus j’accepte de vivre les symptômes sans m’en faire des montagnes, je relativise, je développe plus d’armes personnelles, je cognitive en résumé.