Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Lifecharting ou agenda de l‘humeur

19/09/2010

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Evolution / Risques

Un lifecharting est une méthode graphique d’évaluation régulière et quotidienne de la bipolarité qui permet aux bipolaires de faire face aux événements en réagissant rapidement.

Principe du lifechargting


Le lifecharting permet de visualiser et de suivre les changements des états d’humeur / énergie - activité au quotidien sur des périodes variables de plusieurs mois ou années.

Exemple : dessiner un graphique avec une ligne centrale (niveau 0 ou neutre) puis noter tous les soirs au moment du coucher, l’état d?humeur et d’activité (note entre -5 à +5), et ajouter quelques idées ou remarques (un événement important, un conflit, un oubli de médicament, se coucher ou se lever trop tard, une nuit agitée, de l’alcool, du sport...) qui sont susceptibles d’induire un changement de l’état dʼhumeur.
  • Entre + 3 et + 5 : je suis trop en hypomanie, trop excité, trop irritable.
  • Entre + 1 et + 2, c’est une excitation pas encore trop inquiétante; hyperactif mais sans prise de risque.
  • Autour de 0, rien de notable.
  • Entre - 1 et - 2, je sens le début d’une dépression
  • Entre - 3 et - 5, ma dépression est sévère: incapacité d?assurer les tâches quotidiennes.

  • Quand l’humeur a peu changé dans la journée, mettre une note moyenne. Quand l’humeur a beaucoup varié dans une journée, préciser les deux notes les plus extrêmes (exemple : - 3 et +2 ), puis le nombre de variations dans la journée

    Exemple (extrait de notre livre "soigner sa cyclothymie", Odile Jacob, 2009)


    Nous pouvons voir dans cet exemple que le stress des dossiers, le lundi, a provoqué un coup de blues important (-4). Pour lʼinstant, cela nʼest pas encore trop alarmant. Nous n’avons pas la note du dimanche précédent, mais on peut aussi imaginer qu’il s’est passé quelque chose ce week-end qui expliquerait cette note basse en tout début de semaine. C’est fort probable car le patient a eu du mal à se lever le matin (45 minutes pour sortir du lit). La nuit de lundi à mardi a permis à lʼhumeur de remonter (le réveil est lui aussi moins dur), et le déjeuner entre collègues a fait passer à ce patient la barre du 0. Il est donc, mardi après midi, de bonne humeur (+2) sans pour autant être en hypomanie.
    Cette bonne humeur perdure jusquʼau mercredi midi, sans aucun souci pour se lever le matin. Un conflit avec son collègue Robert et l?oubli du médicament le mardi soir provoquent une chute importante (-5) que le patient perçoit comme un début de déprime. En effet, -5 est une note très basse et si on compte bien il a fait une chute importante (de +2 à -5, soit 7 points) en quelques heures. Nous apprenons trois choses de Sylvain : les conflits sont redoutables pour lui (pour l’humeur et les ruminations), lʼoubli de ses médicaments se fait ressentir en quelques heures à peine, et la dépression se manifeste avant tout par une difficulté à se lever le matin.
    Il rumine jusque tard dans la nuit, ce qui perturbe son sommeil. Son état de tristesse continue le jeudi matin, avec une grande difficulté à se lever.

    En voyant son petit tableau de monitoring, Sylvain se dit qu’il faut agir et il a alors le réflexe de faire du sport (nous verrons ensemble dans quelques pages pourquoi il a raison) et de téléphoner à une personne importante de son entourage (sa mère). Son humeur remonte rapidement et se stabilise jusquʼau samedi. Samedi soir, il va en discothèque et rentre chez lui à 4 heures du matin, se couche à 5h. Son humeur est redescendue. Il a visiblement un peu trop tiré sur la corde. Il aurait par exemple pu rentrer plus tôt et ne pas se lever trop tard le dimanche matin. On peut donc penser que le souci pour se lever lundi matin était dû aussi à une sortie tardive le week-end précédent. Visiblement, pour Sylvain, le manque de sommeil est fatal.

    Vous et votre courbe de lʼhumeur


    Avec cette méthode, vous serez capable de détecter les signaux d’alarme qui peuvent annoncer la survenue d’une phase de dépression ou d’hypomanie. Une analyse comme celle-ci demande une pratique de plusieurs semaines. Exercez-vous, vous y arriverez très rapidement. L’étape suivante est de savoir quoi faire quand vous avez repéré ces signaux de dépression ou d’hypomanie.

    Nous rappelons que la cyclothymie comporte des variations et des oscillations continuelles de l’humeur et des niveaux d’énergie et activité (dans la semaine voire au cours de la même journée). Votre agenda sert à :
  • Prendre conscience de votre état pour savoir sur quel pied danser
  • Communiquer aux autres votre "météo émotionnelle" à travers des codes, des chiffres, des images...
  • Faire la part entre une baisse adaptée de l’humeur et un début d’épisode dépressif
  • Faire la part entre une humeur euphorique sympathique (quelques symptômes d’hypomanie soleil) et un véritable épisode hypomaniaque.

  • L’objectif est de devenir un "bon" évaluateur de sa cyclothymie, ce qui facilitera le repérage des débuts des rechutes, par conséquent la mise en place des actions pour :
    " Briser le cercle léthargique de la dépression dès qu’elle pointe son nez
  • Lister toutes les raisons pour passer à l’action ; n’oubliez pas de vous récompenser dès que vous y arrivez
  • Ne pas alimenter la dépression. Attention à ce système qui diminue votre énergie, qui vous fatigue rapidement et vous fait perdre le plaisir ou l’intérêt que vous éprouviez dans vos activités quotidiennes. Moins vous en faites, pire vous vous sentez !!!
  • Une solution : L’action, l’action et toujours l’action ! Il est important de se stimuler, de bouger, de faire du sport ou d’effectuer des activités simples qui d’habitude vous procurent du plaisir. Les planifier et y aller par étape (ne pas hésiter à préparer des "to do" listes et à faire appel à des amis pour la réussite de votre action).

  • " Bannir ce qui met de l’huile sur le feu de l’hypomanie en réduisant la stimulation de son corps, de son esprit et de l’environnement proche.

    " Gérer, d’une manière plus constructive, les conflits interpersonnels au sein de la famille, des proches et dans le secteur professionnel en :
  • s’entraînant à des stratégies de communication et à des habiletés sociales à travers des jeux de rôle et des techniques d’affirmation de soi
  • s’immunisant contre les effets négatifs des critiques : passer outre à travers l’auto-dérision ou d’autres moyens de distanciation émotionnelle



  • Une histoire pas à pas, de mère en fille, toujours la même
    Le DSM-V, Définition contre méthodologie de diagnostic