Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

L’histoire extraordinaire d’une jeune femme bipolaire

1/01/2009

Témoignages > Bipolarité

Jʼai soutenu ma soeur dans sa bipolarité.

Je ne sais pas quand ça a commencé exactement, mais je sais que j’étais au courant au début des années 80 ; elle avait 16 ou 17 ans, c’était aux alentours de mon 13ième anniversaire. Elle fait une tentative de suicide. Plusieurs cachets de paracétamol. Une vraie envie de mourir ou un appel au secours, je n’en sais rien. Premier psychiatre. Verdict, diagnostic ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais est qu’elle a eu le certificat de "bonne santé mentale" exigé par le pensionnat privé où nous étions scolarisées. Elle réussi tout de même son bac un an plus tard avec d’excellentes notes puis débute dans une fac réputée en Angleterre ? l’histoire se déroule là-bas.


On ne se voit pas beaucoup vu pendant cette période. Je pense qu’elle aime la fac mais je sais que tout ne se passe pas bien tous les jours. Lors d’une année en entreprise pendant ses études elle choisi de travailler dans une grande compagnie pharmaceutique sur un projet d’études sur la dépression chez les rats.


Elle réussit ses études et décroche un boulot dans une autre compagnie pharmaceutique. C’est à peu près à ce moment que je rentre à la fac moi-même. On se voit de temps en temps, elle vient me rendre visite, je vais chez elle. Elle commence à me confier des bribes, des histoires de ce qu’elle vit.


Je ne sais pas combien de tentatives de suicide il y a eu à cet époque mais je sais qu’elle a failli y passer plus d’une fois. Quand on ouvre ses veines dans les toilettes d’une gare desserte on devrait mourir. Le hasard a fait que quelqu’un est passé par là ce jour là.


Elle a maintenant une bonne vingtaine d’années, soit 10 ans de dérive, de haut et de bas, de boulimie et anorexie, de tentatives de suicide et d’automutilations. Les médecins ont défilés au gré de ses déménagements et hospitalisations de courtes durées suite à des tentatives de suicide. On arrive enfin à un diagnostic de maniaco dépressif (nous sommes au début des années 90).


Avec le diagnostic on lui prescrit, enfin, un traitement adéquat, le lithium. Il y a aussi les autres molécules qu’on connait tous, des neuros, des antidépresseurs, des somnifères et des anxios. Avec ce cocktail elle réussi à trouver un semblant de stabilité. Ce n’est pas parfait, loin de là mais elle s’en sort. Il y a une ou deux tentatives de suicide encore pendant les périodes de dépression mais les grosses manies sont de l’histoire ancienne. Elle fonctionne bien. Elle reprend ses études pour se reconvertir en professeur des sciences dans un lycée difficile près de Londres.


Mais comme beaucoup de bipolaires elle n’aime pas prendre son traitement. Elle se plaint, ça lui ralenti, la lecture est difficile, elle grossit. Elle ne voit pas souvent son psychiatre, c’est comme ça en Angleterre. Les généralistes et les infirmières spécialisés en psychiatrie sont présents, elle voit son psy deux ou trois fois par an, peut être plus en temps de crise. Elle réussi à le convaincre de lui laisser arrêter son lithium. Elle est soutenue dans cette démarche par son médecin généraliste.


La balançoire redémarre pour ne plus jamais s’arrêter. Pendant dix ans elle va de grosses crises de manies avec HO aux profondes dépressions avec tentatives de suicides à répétition. Les automutilations augmentent, bientôt il n’y a plus un centimètre carré de peau saine sur ses bras. A force de multiplier les TS elle manque d’y passer plusieurs fois. Pas un médecin, pas un psy ne demande une hospitalisation digne de ce nom. Elle y va de temps en temps, ça dure 3 ou 4 semaines, ou alors elle arrive à négocier l’hôpital de jour. Elle est intelligente, elle sait manipuler et convaincre qu’elle va prendre ses cachetons, arrêter de boire, jeter ses lames.


Pendant des années je l’a soutiens, cette jeune femme est ma soeur. Je lui fais son éducation ? il faut prendre un thymo, elle peut noter ses humeurs sur un tableau pour voir l’évolution selon les événements et les traitements, elle peut se renseigner sur Internet. Elle peut y arriver, je l’ai fait moi, je suis bipolaire aussi et je suis stable. Je lui trouve un spécialiste en Angleterre ? mais qui ne consulte que dans le privé. Elle ne va pas le voir, en Angleterre il faut choisir entre le privé et le public. En rentrant dans le privé elle perdra le soutien du public qui est si important pour elle.


Elle se trompe de soignant, elle me prend pour son psy, son infirmière psychiatrique, son assistante sociale. Je commence â redouter ses coups de fils. A des centaines de kilomètres de là, de l’autre côté de la manche je dois parfois contacter la police anglaise qu’ils aillent la récupérer au milieu d’une route à quatre voies (faire la ligne blanche est une de ses occupations préférées en temps de crise), ou demander à la "cellule de crise psychiatrique" de lui rendre visite car je sais que ça ne va pas et qu’elle ne demandera jamais de l’aide. Je dois prendre la décision de me protéger, de penser à ma propre santé, ma stabilité si durement gagné ; je démissionne.


Je lui dis les quatre vérités, soignes-toi ou tu vas y arriver un jour. Un jour maman va me téléphoner pour m’annoncer pas une énième tentative de suicide mais ta mort. Je vais devoir m’acheter une tenue d’enterrement et prendre l’avion pour assister à tes funérailles.


Il y a une dizaine de jours j’ai reçu ce coup de fil. Elle s’est suicidée en se noyant dans la mer. J’ai acheté ma tenue pour les funérailles, en vêtements de grossesse. Ma fille ne connaitra jamais sa tante. Je vais bientôt prendre l’avion pour lui dire un dernier adieu.


Voilà ce qui se passe quand les médecins, les psychiatres qui en savent moins sur la bipolarité qu’un bon nombre de bipolaires, laissent leurs patients arrêter leur traitement. Ces médecins sont des criminels qui ne seront jamais jugés et jamais condamnés.


On est bipolaire à vie. Quand on se soigne cette vie peut être vivable, même heureuse. Quand on ne se soigne pas elle est souvent terrible, invivable. Si invivable qu’on ne voit pas d’autre solution que l’écourter et en finir.


Commentaire (Dr H.)


Dans certains films, on précise "il s’agit d’une histoire vraie" - Ce témoignage est une "vraie histoire" qui témoigne de la qualité souvent "douteuse" des soins administrés aux patients bipolaires (en France et ailleurs) et de la sévérité de la cyclothymie - Encore une fois, nous précisons qu’il ne s’agit pas d’une forme "light" de bipolarité mais d’un trouble assez sérieux qui menace la vie des patients et altère leur santé mentale et physique.
(cf posts consacrés au risque suicidaire et cyclothymie dans "Espace Experts")

novembre 2011

novembre 2012