Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Age de début de la bipolarité : une variable importante

21/01/2013
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Diagnostic

Lʼâge de début de la bipolarité semble avoir un impact sur la nature et la fréquence des symptômes.

Revue des publications


Lʼâge de début du trouble BP-I est habituellement entre 12-24 ans, un peu plus pour le BP-II et le plus tardif pour le trouble dépressif unipolaire (1-3). Les données relatives à lʼâge de début de la bipolarité dépendent de la méthode des études, et probablement des pays et des cultures (1- 6). Un début précoce (dans lʼenfance ou adolescence) est dʼun intérêt particulier pour désigner un sous-groupe clinique. Un début juvénile paraît commun et chiffré entre 39% et 65% des échantillons étudiés, quʼils soient adultes ou jeunes (2,4-7).
Une bipolarité à début précoce représente un phénotype qui intéresse la génétique et autres domaines de recherche biomédicale. Son importance est également dʼordre clinique (8-11). Par exemple, la bipolarité juvénile semble associe avec un taux élevé de bipolaires familiale (5-11). De plus, la bipolarité à début précoce relève le défi de sa reconnaissance à un âge jeune, de son traitement et aussi de son pronostic, surtout affecté par un retard de plusieurs années pour obtenir le « bon » diagnostic et le traitement approprié (7,12-15).
En examinant de large population de BP-I, lʼâge de début présente typiquement 3 pics indépendants (avec distribution Gaussienne) : 17.1±1.7, 25.3±1.8, et 38.0±4.3 ans (16-21). Cette configuration est commune dans des régions géographiques variées (Canada, France, Italie, Etats-Unis et les Pays de Galle), ce qui évoque une certaine cohérence en dépit des hétérogénéités ethniques et cliniques. Cependant, les 3 âges de début expliquent une variance assez large, respectivement : 36% à 80%, 7% à 39%, et 13% à 25%. Cela dit, on note la prédominance du sous-groupe avec lʼâge de début le plus jeune. La question est de savoir si ce groupe présente des caractéristiques distinctes des autres groupes ?

Age de début précoce et "mauvais pronostic"


La majorité des études montrent que la forme de bipolarité avec un début avant lʼâge adulte est particulièrement sévère, en raison dʼune fréquence plus élevée des cycles rapides, une tendance à la chronicité, des éléments psychotiques, une comorbidité anxieuse et abus de substances et réponse réduite aux régulateurs (4,5,7,22- 24). Un tel pronostic plus réservé peut traduire :
  • a) un trouble destiné au long cours dʼêtre sévère quand il débute à un âge précoce,

  • b) les effets dʼun délai assez long pour la reconnaissance du trouble ou la réticence de traiter les jeunes bipolaire,

  • c) les impressions que la bipolarité juvénile ne sʼexprime pas de la même manière épisodique que la forme avec un début à lʼâge adulte,

  • d) des effets déstabilisants des antidépresseurs et des stimulants fréquemment utilisés chez les jeunes présentant des troubles émotionnels et comportementaux (7,12,13).

  • e) une autre possibilité est le fait que le début précoce de la bipolarité est capable dʼaltérer la maturation et le développement du jeune, donc probabilité de troubles du fonctionnement à lʼâge adulte (25).

  • Toutefois, cette hypothèse de sévérité accentuée de la bipolarité juvénile nʼest pas soutenue par toutes les études (26-28). Donc, la question reste ouverte et toutes les possibilités soulevées tiennent bon et méritent dʼêtre évoquées.

    Lʼétude de Baldessarini et al (2012)


    (World Psychiatry 2012:11:40-46)

    Les résultats de lʼétude de Baldissarini concernent les analyses cumulées de 7 centres internationaux au sujet des rapports entre lʼâge de début de la bopilarité et les facteurs tels lʼhistoire familiale, le tableau clinique et les mesures fonctionnelles. Les âges de début ont été distribués en 3 facteurs : « avant 12 ans », « 12 – 18 ans » et « au-delà de 18 ans ». Ainsi, une population de 1 665 adultes, avec un trouble BP-I selon le DSM-IV, ont été inclus dans cette étude. Les âges de début étaient comme suit :
  • 5% dans lʼenfance

  • 28% dans lʼadolescence

  • 53% avec un pic entre 15-25 ans.

  • Les groupes avec un début dans lʼadolescence et lʼâge adulte ne diffèrent pas sur la morbidité clinique (épisodes/an, pourcentage de temps en maladie, comorbidité, hospitalisations, tentatives de suicide) ni sur lʼhistoire familiale. En revanche, les indices dʼun fonctionnement favorable (emploi, indépendance, mariage, enfants, niveau des études…), ont été rangés en fonction des âges de début (en ordre décroissant) : adulte > adolescence > enfance.
    Le groupe avec début juvénile versus adolescence se distingue par plus de récurrence, plus de comorbidité psychiatrique ; de même, lʼhistoire familiale était la plus chargée dans ce groupe. Les analyses multivariées confirment les liens entre lʼhistoire familiale et le mauvais fonctionnement avec un âge de début précoce de bipolarité(dans lʼenfance).

    Mauvais pronostic de la bipolarité juvénile : est-ce la cause des délais de diagnostic ?


    Lʼétude de Post et al 2010 (7) a examiné les liens entre lʼâge de début de la bipolarité et les délais pour les premiers soins et leur influence sur la morbidité à lʼâge adulte. Lʼétude a inclus 529 patients (âge moyen 42 ans), présentant un trouble bipolaire et qui ont été suivis sur une période de 4 ans (avec une évaluation quotidienne par des agendas de lʼhumeur ou NIMH -Life Chart Method).
    Les résultats montrent que la moitié des patients ont débuté leur trouble avant lʼâge de 18 ans. Après un an suivi, ces patients (par comparaison aux autres patients avec un début à lʼâge adulte), montrent :
  • une plus grande sévérité des épisodes dépressifs et maniaques

  • un nombre plus élevé des épisodes

  • plus de jours en dépression

  • plus de jours en cycles rapides

  • moins de jours en euthymie (cʼest-à-dire sans troubles de lʼhumeur).

  • Les délais pour les premiers soins sont inversement corrélés avec lʼâge de début de la bipolarité. Ces délais sont associés avec un temps plus long en dépression, plus de sévérité des épisodes dépressifs, plus de récurrence, plus de cycles rapides et moins de périodes en euthymie.
    Ces résultats convergent avec dʼautres preuves en faveur de la fréquence élevée de la bipolarité juvénile, qui sʼavère associée avec des délais extraordinairement longs pour les premiers traitements.
    Lʼâge de début précoce et les longs délais sont, tous les deux, liés à une évolution de la bipolarité sous un mode plus sévère (et cela a été montré de manière prospective). Il est donc évident que ces résultats doivent susciter plus dʼintérêt et de vigilance pour mieux reconnaître les troubles bipolarité chez les jeunes. Lʼespoir serait en faveur de changer cette sévérité avec la mise en place de traitements appropriés et sans trop de retard.

    Exposition aux anti-dépresseurs


    En plus de délais, les jeunes bipolaires sont souvent exposés aux antidépresseurs

    La manie induite par les antidépresseurs (MIA) est caractéristique de la bipolarité. Ce phénomène a été rattaché à un allèle court du gène transporteur de la sérotonine (5-HTT). Lʼéquipe du Pr K Chang a exploré la fréquence de la MIA chez des enfants et adolescents bipolaires (29).
    52 enfants et adolescents (30 avec un trouble bipolaire et 22 avec une bipolarité sub-syndromique) ont été inclus (tous avec un parent bipolaire). Lʼinterview clinique portait sur les symptômes maniaques et dépressifs avant et après un traitement antérieur avec antidépresseur.
    Les résultats montrent que 50% des cas ont présenté une MIA et 25.5% une survenue dʼidées suicidaires sous anti-dépresseurs. Les groupes MIA+ et MIA- ne différaient pas sur lʼassociation avec les fréquences de lʼallèle ou du génotype du gène 5-HTT. Le groupe MIA+ présentait plus de comorbidités (3.2 vs 2.4; p = .02) et plus volontiers de type BP-I (p = .04) que le groupe MIA-.
    Les jeunes bipolaires (ou à haut risque) sont particulièrement vulnérables aux effets adverses des AD (virages maniaques, induction dʼidées suicidaires) et doivent bien surveillés quand ils sont sous AD, notamment les AD sérotoninergiques.

    Références


  • 1.Baldessarini RJ, Bolzani L, Cruz N et al. Onset-age of bipolar disorders at six international sites. J Affect Dis 2010;121:143-6.

  • 2. Larsson S, Lorentzen S, Mork E et al. Age at onset of bipolar disorder in a Norwegian catchment area sample. J Affect Disord 2010; 124:174-7.

  • 3. Tondo L, Lepri B, Cruz N et al. Age at onset in 3014 Sardinian bipolar and major depressive disorder patients. Acta Psychiatr Scand 2010;121:446-52.

  • 4. Perlis RH, Miyahara S, Marangell LB et al. Long-term implications of early onset in bipolar disorder: data from the first 1000 participants in the Systematic Treatment Enhancement Program for Bipolar Disorder (STEP-BP). Psychiatry 2004;55:875-81.

  • 5. Goodwin RK, Jamison KR (eds). Manic-depressive illness, 2nd ed. New York: Oxford University Press, 2007.

  • 6. Beesdo K, Höfler M, Leibenluft E et al. Mood episodes and mood disorders: patterns of incidence and conversion in the first three decades of life. Bipolar Disord 2009;11:637-49.

  • 7. Post RM, Leverich GS, Kupka RW et al. Early-onset bipolar disorder and treatment delay are risk factors for poor outcome in adulthood. J Clin Psychiatry 2010;71:864-72.

  • 8. Leboyer M, Henry C, Paillere-Martinot ML et al. Age at onset of bipolar affective disorders: a review. Bipolar Disord 2005;7:111-8.

  • 9. Pavuluri MN. Effects of early intervention on the course of bipolar disorder: theories and realities. Curr Psychiatry Rep 2010;12:490-8.

  • 10. Faraone SV, Glatt SJ, Su J et al. Three potential susceptibility loci shown by a genome-wide scan for regions influencing the age at onset of mania. Am J Psychiatry 2004;161:625-30.

  • 11. Priebe L, Degenhardt FA, Herms S et al. Genome-wide survey implicates the influence of copy number variants (CNVs) in the development of early-onset bipolar disorder. Mol Psychiatry (in press).

  • 12. Faedda GL, Baldessarini RJ, Glovinsky IP et al. Pediatric bipolar disorder: phenomenology and course of illness. Bipolar Disord 2004;6:305-13.

  • 13. Birmaher B, Axelson D. Course and outcome of bipolar Spectrum disorder in children and adolescents: review of the existing literature. Dev Psychopathol 2006;18:1023-35.

  • 14. Leverich GS, Post RM, Keck PE Jr et al. The poor prognosis of childhood-onset bipolar disorder. J Pediatr 2007;150:485-90.

  • 15. Suominen K, Mantere O, Valtonen H et al. Early age at onset of bipolar disorder is associated with more severe clinical features but delayed treatment-seeking. Bipolar Disord 2007;9:698-705.

  • 16. Bellivier F, Golmard JL, Rietschel M et al. Age at onset in bipolar I affective disorder: further evidence for three subgroups. Am J Psychiatry 2003;160:999-1001.

  • 17. Lin PI, McInnis MG, Potash JB et al. Clinical correlates and familial aggregation of age at onset in bipolar disorder. Am J Psychiatry2006;163:240-6.

  • 18. Manchia M, Lampus S, Chillotti C et al. Age at onset in Sardinian bipolar I patients: evidence for three subgroups. Bipolar Disord 2008;10:443-6.

  • 19. Hamshere ML, Gordon-Smith K, Forty L et al. Age-at-onset in bipolar-I disorder: mixture analysis of 1369 cases identifies three distinct clinical sub-groups. J Affect Disord 2009;116:23-9.

  • 20. Ortiz A, Bradler K, Slaney C et al. An admixture analysis of the age at index episodes in bipolar disorder. Psychiatry Res 2011;188:34-9.

  • 21. Tozzi F, Manchia M, Galwey NW et al. Admixture analysis of age at onset in bipolar disorder. Psychiatry Res 2011;185:27-32.

  • 22. Schürhoff F, Bellivier F, Jouvent R et al. Early and late onset bipolar disorders: two different forms of manic-depressive illness? J Affect Disord 2000;58: 215-21.

  • 23. Craney JL, Geller B. A prepubertal and early adolescent bipolar disorder-I phenotype: review of phenomenology and longitudinal course. Bipolar Disord 2003;5:243-56.

  • 24. Geller B, Tillman R, Bolhofner K et al. Child bipolar I disorder: prospective continuity with adult bipolar I disorder; characteristics of second and third episodes; predictors of 8-year outcome. Arch Gen Psychiatry 2008;65:1125-33.

  • 25. Goldstein TR, Birmaher B, Axelson D et al. Psychosocial functioning among bipolar youth. J Affect Disord 2009;114:174-83.

  • 26. McGlashan TH. Adolescent versus adult onset of mania. Am J Psychiatry 1988;145:221-3.

  • 27. Jairam R, Srinath S, Girimaji SC et al. Prospective 4–5-year followup of juvenile onset bipolar disorder. Bipolar Disord 2004;6:386-94.

  • 28. Birmaher B, Axelson D, Strober M et al. Clinical course of children and adolescents with bipolar spectrum disorders. Arch Gen Psychiatry 2006;63:175-83.

  • 29. Baumer FM, Howe M, Gallelli K, Simeonova DI, Hallmayer J, Chang KD.
    A pilot study of antidepressant-induced mania in pediatric bipolar disorder: Characteristics, risk factors, and the serotonin transporter gene. Biol Psychiatry. 2006 Nov 1;60(9):1005-12.

  • janvier 2013


    Antidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?
    Spécificité de la Cyclothymie
    Les dépressions cyclothymiques : de Hecker à aujourd’hui