Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

La thérapie par le jeu, play therapy

31/03/2012
Auteur : Melle Majdalani

Dictionnaire > Psychiatrie générale

La play thérapy ou thérapie par le jeu : quʼest-ce que cette thérapie destinée aux enfants ?

Objectif des thérapies


L’objectif de la thérapie des enfants est de les aider à comprendre leurs émotions, sentiments et humeurs et de leur apprendre à travers leur pratique quotidienne à les gérer d’une manière plus appropriée. En bref, ce serait leur permettre de "faire avec leur bipolarité juvénile".

On sait le lien entre l’incapacité de la gestion émotionnelle et son incidence sur la vie quotidienne. L’objectif étant de les pousser à mieux gérer les problèmes au quotidien en leur permettant de comprendre leurs propres émotions et d’y répondre d’une manière moins excessive et plus saine.

Apprendre aux enfants à percevoir les émotions comme une réponse à un stimulus :
Sachant qu’il est très dur de changer l’émotion en soi, le travail thérapeutique cible la gestion du comportement qui en résulte.
En d’autres termes, il est très sain d’être en colère mais ce qui n’est pas acceptable, c’est de se rouler par terre, d’insulter ses parents et d’agir violemment. De plus, avoir des émotions intenses peut devenir un "plus" si on arrive à les canaliser.

LA THERAPIE PAR LE JEU OU PLAY THERAPY


Principes généraux


La technique thérapeutique tient compte, avant toute chose, de l’âge et du tempérament de l’enfant. Pour cela, elle est basée notamment sur le jeu et sur des techniques ludiques adjacentes.
L’expression et l’expressivité émotionnelles, la reconnaissance, l’identification et la gestion des émotions s’acquièrent à travers le dessin, les jeux de rôles, les mises en scène de marionnettes et les histoires de héros et de héroïnes.

L’objectif est d’amener l’enfant à prendre conscience du comportement qu’il peut avoir quand il est aux prises avec une émotion intense. Ensuite, il apprend à faire la part entre ce qu’il fait et ce qu’il ressent, ainsi il arrive à distinguer son émotion (et à évaluer son intensité) des comportements qui en résultent.

Cet apprentissage se fait par exemple sous forme d’intrigues (Ex : chercher l’émotion qui se cache derrière tel comportement), sous forme de questions ( "que fait un enfant quand il est trop content -trop= plus que beaucoup) ou de reconnaissance à travers des dessins etc.
Toutes les actions thérapeutiques sont effectuées en collaboration avec les enfants

Les différentes étapes


Etape 1 : Identifier ses émotions


Plusieurs séances sont consacrées à la présentation des différents états émotionnels que l’enfant peut expérimenter. Nous présentons la troupe des émotions avec des niveaux différents d’intensité ; nous les dessinons, nous les mettons en scène etc.
L’objectif étant d’aboutir à une meilleure compréhension de ses émotions, à travers leur représentation par des "visages exprimant ces émotions": lier ce que je ressens à un mot ou à une "émoticône". L’enfant apprend ainsi non seulement à identifier ses émotions mais aussi à les communiquer à ses parents par un biais plus adapté.

Etape 2 : Dompter ses émotions


Après avoir reconnu ce qu’il ressent, l’enfant apprend à apprivoiser ses émotions en les abordant sous un angle différent.
Il apprend à reconnaître l’impact émotionnel sur son corps et à repérer toutes les pensées qui surgissent à ce moment dans sa tête. Etre capable de comprendre ses émotions et leur mode d’expression est la voie royale vers l’amadouement des émotions et ensuite vers la modification comportementale.

Etape 3 : Se familiariser avec les émotions intenses et s’en distancier


Pour permettre à l’enfant de mieux se familiariser avec les différentes facettes de ses variations d’humeur, les polarités thymiques sont présentées comme des personnages tels que la reine/le roi de la joie (pour l’hypomanie), Mme Dépression, M. Diablotin, Mme Colère etc. C’est une occasion pour le psychologue d’expliquer le processus thymique au jeune patient.

L’enfant dans un deuxième temps, incarne ces personnages à travers des jeux de rôles, ce qui lui permet une meilleure compréhension de son vécu émotionnel et le prépare à sa maîtrise ultérieurement.

Etape 4 : Gérer son humeur


A travers des jeux où l’enfant s’identifie au héros, il apprend des techniques pour contrer ses états. A une étape plus évoluée de la thérapie, l’enfant accepte de jouer son propre rôle.

L’implication des parents


Par ailleurs, des séances avec les parents sont recommandées.
Elles se concentrent notamment sur le soutien, la déculpabilisation et le conseil. Elles incluent souvent l’ensemble de la famille (fratrie) qui souhaite comprendre davantage le trouble du patient et qui sont souvent demandeurs de "tactics" pour éviter le débordement émotionnel et les crises. De plus, elles mettent l’accent sur l’importance des rythmes sociaux (se réveiller et se coucher â heure fixe, planifier les activités etc.).

Un des objectifs princeps est de rétablir la communication qui est souvent quasi inexistante, au sein de la famille et de réhabiliter le rôle des différents parents.
On observe souvent des schémas prédominés soit par une absence totale de contraintes et de limites soit par des punitions permanentes. Dans les deux cas de figures abdiquer ou fliquer et réprimander à outrance, sont des moyens inefficaces et aboutissent à l’épuisement des parents qui se sentent dépassés par les évènements.

Ainsi, le travail avec les parents, porte très souvent sur l’ensemble du mode de communication avec l’enfant et vise un apprentissage de techniques de gestion des crises, des oppositions, des refus de travail scolaire, des situations d’intolérance à la frustration. Les stratégies de communication sont basées notamment sur l’empathie des parents (sachant que la réaction de l’enfant est proportionnelle à son degré de souffrance ; de plus, elle est symbolique de l’incapacité de l’enfant à gérer autrement ses émotions), la participation de l’enfant à la résolution des problèmes et sa responsabilisation dans les tâches à accomplir.