Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

01 : Le combat de Sylvie contre son TOC

1/01/2008

Témoignages > Comorbidité > Mon combat contre les TOC

Tout le monde a des manies, mais moi j?avais un TOC; voici en 13 épisodes ma lutte contre cette maladie
Si ces manies commencent â envahir votre existence et â vous faire souffrir on parle de Troubles obsessionnels et compulsifs (TOCS).

Les TOCS sont des obsessions (exemple : horreur de la saleté) qui se traduisent par des compulsions (exemple : nettoyages interminables) pour éliminer une peur. La personne est totalement consciente que ce qu’elle fait est inutile et épuisant mais elle ne peut s’empêcher d’agir ainsi sous peine d’une terrible crise d’angoisse.



Au fil des chapitres qui suivent vous allez constater comment cette maladie a grignoté mon univers et le combat incessant que je mène pour continuer â vivre malgré tout. J’ai écrit ce livre pour que les 15 ans de ma vie que j’ai perdus servent â quelque chose. Notamment â faire connaître cette terrible maladie pour aider ses victimes, leur apporter du réconfort â elles et leur famille en leur prouvant que l’on peut un jour retrouver une vie pratiquement normale â condition d’avoir de la volonté, de prendre des médicaments et de faire une thérapie comportementale.



Ce témoignage est donc dédié â tous ceux qui comme moi ont été contraints de quitter leur travail, leurs amis et quelquefois même leur propre famille â cause des troubles obsessionnels et compulsifs (TOC) sans pouvoir expliquer leur mal se sachant condamnés â l’avance.

Il est également destiné â l’entourage désorienté de ces personnes qui sont prêts d’un million en France et toutes aussi nombreuses dans d’autres pays comme les Etats-Unis, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre, l’Espagne etc.

Cela peut arriver â n’importe qui ainsi qu’aux enfants. Si le diagnostic a lieu rapidement (ce qui n’a malheureusement pas été mon cas) la lutte n’en sera que moins difficile. Un important travail en matière d’Information est réalisé par l’AFTOC (Association française des personnes souffrant de troubles obsessionnels et compulsifs) en collaboration avec les médias (télévision, radio, presse)


J’ai trente sept ans. Aussi loin que je m’en souvienne j’ai toujours été de nature timide (sans pour cela être effacée) et très sensible. J’étais aussi très ordonnée, perfectionniste. Ma chambre d’adolescente était parfaitement rangée. Je faisais tout le ménage car ma mère travaillait â cette époque. Je ne souffrais pas. Ca me plaisait d’être ? la maîtresse de maison ?. A l’école j’étais toujours ?la première de la classe?. Mes parents sont issus d’un milieu ouvrier. Ils aiment tous les deux que les choses soient bien rangées et entretenues. Ma mère est de nature ouverte. Mon père c’est plutôt l’inverse. J’ai un frère de cinq ans mon aîné. Nous sommes tous des anxieux et de grands nerveux. Ma mère tenait absolument â ce que nous ayons une bonne situation professionnelle pour ne pas être obligés d’aller travailler dans les champs, comme elle, ou â la chaîne comme mon père. Elle souhaitait surtout que je sois indépendante financièrement pour ne pas rater ma vie sentimentale?Son voeu a été exaucé pour mon frère. En ce qui me concerne le sort a voulu que je rencontre plus d’épreuves en ayant moins été préparée peut-être pour les affronter : je n’avais pas d’auto défense. Je ne savais pas non plus ce qu’était la méchanceté. L’avenir s’est chargé de me le démontrer.



Pour comprendre pourquoi je souffre de TOC je dois après vous avoir décrit ma personnalité et celles de ma famille vous relater une grande partie de ma vie qui contient des évènements déclenchants. Ces deux choses sont en effet étroitement liées dans l’apparition des TOC et dans leur traitement.



Maman :

? Quand elle était bébé je pense que Sylvie était anorexique : elle ne buvait que les 3 /4 de son biberon et souvent elle le vomissait. Jusque l’âge de cinq ans elle refusait de manger. Il faut signaler qu’â trois mois puis â six et enfin â deux ans elle a fait une toxicose. Ce virus correspond â la gastrite du nourrisson de nos jours et se soigne bien. Par contre, il y a quarante ans, elle a été souvent mortelle chez les tout petits.

A deux ans donc elle a été hospitalisée avec presque 41° de fièvre d’où un début d’encéphalite. Quand nous sommes arrivés l’interne de garde l’a tout de suite dévêtue et mis des blocs de glace tout autour d’elle dans son petit lit.



Il m’a dit de partir mais ce qui m’a fait le plus mal c’est de voir que ses mains et ses pieds étaient attachés aux barreaux du lit. Cela l’a traumatisée car quand elle est sortie elle ne voulait plus aller se coucher : elle a dormi des mois et des mois â genoux. Jusque l’âge de six ans elle faisait des cauchemars et rien ne la calmait. Il a longtemps fallu laisser la lumière allumée dans sa chambre? ?.



A seize ans j’étais une adolescente sérieuse programmée pour faire des études par sa mère. Je ne lui reproche pas car je suis fière de mes diplômes et c’est une chose que l’on n’a pas pu m’enlever au moins !

Mes copines étaient toutes dévergondées et je donnais la même impression mais c’était un leurre. J’étais d’une grande maladresse et d’une grande timidité avec les garçons. J’ai ainsi raté de belles histoires d’amour d’où une grande frustration aujourd’hui car je n’ai que très peu de souvenirs de jeunesse.



Voir la suite au prochain post ˮJanvier 1986 : Premier grand choc émotionnel non soignéˮ.