Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Aller vers une psychopharmacologie hippocratique

31/12/2007

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Traitements

Cʼest la nature qui guérit ou cʼest la nature qui rend malade ? Trouver le juste milieu pour prescrire, tel est lʼenjeu du médecin.
Notre médecine est globalement tiraillée entre 2 écoles fondamentales : Hippocrate versus Galien.
Dans l’école d’Hippocrate, on apprend que c’est la nature qui guérit et le rôle du médecin est de faciliter la tâche de la nature. Hippocrate préconisait les règles de diète, les exercices et le vin, tout pour renforcer les processus naturels de guérison. Par contre, selon l’école de Galien, la nature est la source des maladies et le rôle des médecins est de combattre cette nature pathologique. On comprend bien les conséquences de chaque école et surtout on comprend les excès de prescriptions des médicaments, notamment celle des antidépresseurs.
La psychopharmacologie Hippocratique est basée sur deux principes fondamentaux :

1- Traiter la maladie et non les symptômes :
Le clinicien doit être capable de rassembler l’ensemble des signes et symptômes dans un cadre spécifique. Dans la cyclothymie, plusieurs symptômes et syndromes peuvent chacun justifier un traitement (épisodes dépressifs et hypomaniaques, les troubles du sommeil, les anxiétés co-morbides, les troubles de l’attention, les troubles cognitifs, les troubles de contrôle des impulsions, les addictions ). Si on ne cible pas la maladie de base, la cyclothymie, on imagine bien que tous les psychotropes existants peuvent être donc prescrits à un seul patient. Alors que dans l’approche hippocratique, la question est de cibler la maladie, à savoir la cyclicité et la circularité des troubles de l’humeur, donc donner un traitement censé atténuer les dérèglements thymiques et protéger au long cours contre les rechutes. Donc, prescrire un traitement spécifique (un thymorégulateur) au début du trouble à une dose modérée serait plus approprié et bénéfique sur la majorité des symptômes (moodswings, dépression, troubles du sommeil, anxiété, trouble de l’attention, instabilité, impulsivité, virages ). En plus, les traitements des épisodes majeurs qui peuvent survenir par la suite seront optionnels.

2- les médicaments sont coupables jusqu’à preuve du contraire
Le clinicien doit orienter avant tout son traitement vers les "bénéfices" (donc s’assurer avant tout des preuves de leur efficacité) et non de la tolérance (donner un médicament qui n’induit pas d’effets secondaires ; pour cela, le placebo serait le meilleur choix). Penser que le médicament est coupable, signifie qu’un bon traitement n’est pas neutre et que le choix doit être bien réfléchi avant de le prescrire. Par exemple, chez un cyclothymique traité de manière continue avec un thymorégulateur et qui présente un épisode dépressif majeur, quel serait le choix : donner un antidépresseur bien toléré ou juste attendre et éventuellement adapter le traitement thymorégulateur. Les données actuelles nous montrent qu’il est préférable de patienter que de se précipiter à donner des antidépresseurs (ceux-ci ne sont pas plus efficaces que le placebo dans les dépressions bipolaires). Toutefois, un nombre non négligeable de patients bipolaires a besoin d’antidépresseurs et parfois au long cours.

En appliquant ces 2 règles basiques, le clinicien fera son choix parmi une liste restreinte de "bons" médicaments adaptés au trouble basique, la cyclothymie. Il évitera les complications fâcheuses et inutiles des neuroleptiques (syndrome parkinsonien, troubles moteurs, passivité, virages dépressifs) et des antidépresseurs (virages maniaques, cycles rapides, états mixtes ).

Certains experts sceptiques disent qu’on voit peu de résultats efficaces avec une monothérapie de thymorégulateur. C’est vrai parce que peu de cliniciens le font ! Souvent, le thymorégulateur est prescrit en second lieu après des années d’antidépresseurs, d’anti-psychotiques et d’anxiolytiques. Ainsi le trouble se complique avant d’instaurer le traitement adéquat. Pour cela, j’insiste ici que la clé de la réussite d’une approche hippocratique est un diagnostic correct et complet le plus tôt possible.

Qu’est-ce qui convient au mieux à la cyclothymie : Galien ou Hippocrate ?


Dans la cyclothymie, la nature est en même temps la cause du mal et la source de sa guérison. Force est d’agir sur les causes primaires tout en respectant la nature de la personne. Donc jamais traiter en "cassant" cette nature, et quand il s’agit de traiter, il faut bien cibler les choix et éviter les superflus et les adjuvants.

Référence


  • N. Ghaemi, Can J Psychiatry, 2008, 53 : 57-63.
  • juin 2012

    juillet 2012

    septembre 2012

    mai 2012


    Surconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolaires
    Premiers traitements des nouveaux bipolaires