Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Ma bipolarité a commencé à 12 ans.

21/01/2013

Témoignages > Bipolarité

Jʼétais un adolescent bipolaire, jʼavançais avec mon intelligence si particulière et un mode de vie à part.
Jʼai 52 ans aujourdʼhui.
Jʼai mis 37 ans à comprendre que quelque chose nʼallait pas. Mais tout a une histoire. Alors peu importe.

Pour ce quʼil en est de mes 12 ans, peut-être même 11, à savoir ce qui mʼest arrivé, et bien à vrai dire : rien. Tout. La vie. Jʼai commencé à germer, à bouger, à grandir. Mais il y a eu un accident de parcours : moi. Jʼai dévié de je ne sais quel plan, quel devoir être, quel « aurait dû être ». Sur le coup, je ne lʼai même pas compris. Impossible. Quʼest-ce que cela pourrait bien vouloir dire quʼune lame dʼacier chauffé à blanc serait en mesure de «comprendre» lʼeau dans laquelle elle est jetée ?

Ce qui mʼest arrivé aussi, cʼest une forme dʼintelligence très particulière qui a obvié à toute forme de compréhension réelle de mon état. Mais cela nʼavait pas dʼimportance. Jʼétais apte à comprendre le ciel et lʼenfer, le bien et le mal, apte à disséquer lʼorange sacrée du bonheur, mais tout mʼa fait défaut au moment de mʼaccomplir. Icare nʼest pas un vain nom.

Alors, mes états, mes 12 ans, quʼétaient-ils ? Jʼallais bien sous le ciel des hommes, mais le regard perdu aux étoiles. Un second lait en quelque sorte. Découverte de lʼart, de la littérature, des arts plastiques, de la musique. Cʼest quelque chose qui mʼa littéralement possédé. Jʼétais autre.

Pour le dire humblement, je mʼétais peut-être voulu autre aussi. Mais peu importe, cʼest comme cela que tout a commencé, et à ce stade il nʼy avait pas de différence entre être et vouloir être.

Et il y a eu la découverte de lʼamour. Et la découverte de la violence.

Jʼétais un animal à part, mais je rejoignais mes proches par des bouts dʼhumanité. Cʼest pour cela quʼil mʼa été très difficile de comprendre en quoi je nʼétais pas « normal » :
Quʼest-ce que cela voulait dire de ne pas dormir de la nuit pour lire ?
Quʼest-ce que cela voulait dire de marcher dans lʼaube fraîche dans et vers un destin serti de promesses ?
Quʼest-ce que cela voulait dire dʼéclater toutes les formes communes de la narration dans un écrit ?
Quʼest-ce que cela voulait dire de tenter dʼexprimer lʼinexprimable avec un dessin ?
Quʼest-ce que cela voulait dire de transformer la morale en une sorte de géométrie plus courte que toute ligne droite ?
Quʼest-ce que cela voulait dire de faire connaître mon nom dans ce monde dʼamour et de violence ? De découvrir tout ce que je découvrais à lʼépoque : la triste épaisseur du monde et la folle richesse de nos inventions pour sʼen distraire ?
Quʼest-ce que cela voulait dire de comprendre sagement et dʼagir follement ?
Je ne sais pas ce que tout cela voulait dire, et ne le saurais jamais. La seule chose que je puis faire aujourdʼhui, tenter dʼen guérir.

Il était difficile pour moi de comprendre tout cela. Rien dʼétrange. Des moments où jʼaimais être seule, où jʼavais plaisir à ma mélancolie, et des moments où jʼétais avec les autres et avec toute la folie, mon explosion de vie et dʼintelligence. Cʼest ainsi que je voyais les choses.

En fait, le bilan, cʼest que cette intelligence mʼa rendu plus étranger aux autres que nʼimporte quoi dʼautre. Elle se développait tel un animal étrange, voulant à tout prix, et comprendre, et séduire, voulant donc à tout prix également être avec les autres, mais paradoxalement ne cessant de sʼen éloigner. Mon intelligence mʼa distancié des autres, mʼa « étrangé ».

Le bilan, cʼest que cette formidable énergie, et bien, cʼétait le fer de lance, mieux : le jet de lance qui filait vers un destin incongru, énigme fatal qui me rendrait tout inutile.
Le bilan, cʼest que ces instants de pause mélancolique, ces instants de parfait bonheur avec moi-même, à goûter moi-même cette eau noire qui coule entre nous, et bien mʼapprenait autant quʼelle me permettait. Sans ces pauses, je pense que jʼaurais terminé ma course depuis bien longtemps, dans je ne sais quelle ravine, quel accident sans lendemain, fait divers entortillé qui jaunit sous la porte dʼun placard.

Violence, art, amour, voici toutes les motions de mon étrangeté. Mais la tristesse mʼa rendu à tout.
Jʼai mis longtemps à mʼapercevoir de ma violence parce que je vivais dans un monde violent.
Jʼai mis longtemps à mʼapercevoir du sens de mon art parce que je vivais dans un monde tout à la fois totalement art et totalement dépourvu dʼart.
Jʼai mis longtemps à comprendre mon manque dʼamour parce que je vivais dans un monde sans amour.
Mais la tristesse mʼa rendu à tout.

On pourrait parler de cet enfant à la troisième personne, alors ce ne serait peut-être pas si mal. Parce que je le vois encore marcher dans cette nuit qui nous quitte, je le sens encore respirer de ce froid et ce silence, je lʼentends penser et rêver tout à ses pensées dʼamour et de conquête, ses rêves dʼenfant sans fin quʼaucun diamant jamais nʼabolira, je le vois tout perdu à lʼinstant même où la porte sʼouvre, où la fenêtre laisse passer le premier message, où lʼarbre abrite son regard complice à jamais, je le vois tout perdu ne sachant pas quʼaujourdʼhui encore il serait à tout jamais incompris.

Guérir.

janvier 2013