Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Bipolaire et suicidaire

24/10/2011

Témoignages

Bipolaire, je vous raconte le suicide de ma soeur bipolaire.
Ma sœur était suicidaire de l’âge de 17 ans jusqu’à sa mort à 41 ans. Morte de sa propre main bien entendu Elle a vécu dans un état suicidaire, cela lui a fait mal en permanence, ça l’avais affaibli, souvent gâché sa vie jour après jour. Alors que le suicide d’un bipolaire (ou toute autre personne) fait mal à son entourage, le suicidé n’en sait plus rien.

Comment a-t-elle fait pour supporter ça pendant 24 ans ? Tout en connaissance de notre souffrance aussi. Minime à côté de sa souffrance mais permanente. Pendant les dix dernières années on redoutait cet appelle là tous les jours. Elle me téléphonait quand elle était pré-suicidaire. J’étais devenue un des derniers maillons responsable de l’empêcher de s’automutiler ou se suicider. Elle appelait nos parents une fois qu’elle avait pris tous ses médicaments ; c’est eux qui devaient appeler les services d’urgence.

Les neveux n’étaient pas informés de son état. On leur mentait par omission et volontairement. Ils savaient qu’elle avait un problème de santé mental peut être même qu’elle était bipolaire mais je ne sait pas si ils savait ce que ça voulait dire. C’était pour les protéger. Ils l’ont été pendant tout ce temps jusqu’à sa mort. Encore là leurs parents se sont demandés si ils devaient dire toute la vérité. Elle s’est noyée. Les noyades arrivent, ils ne sont pas tous des suicides après tout. Ce sont des grands ados, assez grands pour le savoir. Ils l’aimaient. Petits elle jouait avec eux, elle était la marraine de l’ainé. Mon autre sœur a fini par éviter de les envoyer seuls chez elle, toujours pour les protéger. Ils ont fini par dire toute la vérité.

Les funerailes était surréelles. La veille nous nous sommes retrouvés dans un pub. Nous n’avons pas beaucoup parlé d’elle. On était là pour se retrouver. Les tantes venues de loin, ses meilleurs amis dont je faisais connaissance pour la première fois. Nous avons bu et rit, pris des photos souvenirs. C’était étrange.

Le lendemain nous étions installés sur les deux premiers rangs. Je regardais furtivement autour de moi, je ne voulais pas croiser un regard. Je ne connaissais pas ces gens et je n’avais aucune envie de les rencontrer. Mon fiancé m’a entouré, m’a protégé dans la bulle que j’avais autour de moi. J’étais enceinte de cinq mois avec un joli ventre rond. J’imaginais la petite phrase chouchoutée parmi l’assistance, ‘en plus elle est attends un bébé, la pauvre’. ‘One in one out’ elle avait écrit, une qui s’en aille, une qui arrive.

Mon père a lu un poème, ma mère à ses côtés, à la mémoire de sa fille, ma sœur, leur tante. Mon beau frère a lu un hommage à sa belle sœur, les neveux étaient effondrés tout comme lui même et nous tous. L’orchestre de Samba dont elle participait était là, tout en blanc. Ils ont joué de la musique quand le cercueil est arrivé dans la chapelle funéraire, civile bien entendu. Elle considérait sa phase adolescente de croyance comme une erreur de jeunesse, vite désenchantée par les fausse promesses de salue.

Après on s’est retrouvé dans un autre pub. C’était une réunion privée, son ami le patron a fermé au public, mes parents ont mis de l’argent derrière le bar et des casse croutes étaient servis. Il y avait des rires et des larmes mais nous sommes partis avec un sentiment d’apaisement. Elle est morte dans des circonstances honteuses mais nous l’avons envoyé avec la dignité qu’elle méritée, sans rancune et avec de la gaité.

L’enquête avait retardé les funérailles. Elle a pris un mois pendant lequel sa dépouille était à la morgue. Les funérailles sont une étape de deuil, ils permettent aux proches de tourner la première page. Nous avons vécu en limbes pendant ce temps là. Sous le choc de sa mort mais sans la finalité du dernier hommage.

J’ai vécu sans la culpabilité de ne pas avoir fait assez. Je sais que j’ai fait tout ce qui était possible. Je m’étais déjà préparée à sa réussite. Elle me manque mais je ne lui en veux pas. Elle a exercé son veux de 24 ans de ne plus vivre avec cette souffrance. Pour elle c’était terminé. A chacun ses croyances pour l’après, le chapitre de sa vie était definitivement terminé.


Une tentative de suicide qui a duré depuis ses 17 ans jusqu’à ses 41 ans. Une longue tentative de suicide, douloureuse, laide, honteuse mais finalement réussite. Toute sa vie était une tentative de suicide, entrecoupée par des petits morceaux de joie de vivre ou de manie franche. Le bonheur vivotait devant ses yeux jour et nuit des jours des années durant. Quand elle arrivait à le saisir elle finissait par basculer dans la folie - la manie. Puis ce bonheur lui échappait doucement ou explosait dans sa main lui basculant dans la dépression. La tentative de suicide pouvait tranquillement reprendre son cours.


Bipolaire et suicidaire, pourquoi alors ? Pour certains bipolaires c’est une évidence, leurs vies avancent inexorablement vers cette finalité. Son chemin était tout tracé vers cette mort, ce n’était qu’une question de temps. Pourquoi cette bipolaire s’est suicidée ? J’ai envie de renvoyer la question, pourquoi pas ? Pour quelle raison quelqu’un ne se suiciderait pas, et pour quelle raison un bipolaire ne se suiciderait pas ? Il faut savoir que la vie ne les reserve rien de bon, que des ennuies. Tant pis pour les autres, quand la vie est l’enfer sans espoir de mieux il n’y a aucune raison de ne pas se suicider.

novembre 2011

novembre 2012

novembre 2012