Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Cyclothymie juvénile et difficultés scolaires

1/09/2011
Auteur : Melle Majdalani

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Scolarité des cyclothymiques

Etre un cyclothymique à lʼécole, ce nʼest pas si simple. Mais quid de la distinction cyclothymie / DAH ?
septembre 2011
Bipolarité juvénile rime souvent avec difficultés scolaires : refus, manque d’attention, hyperactivité…

Votre enfant commence à avoir un comportement difficile et son niveau scolaire baisse, des difficultés qui ne sont pas uniquement liées à ses problèmes thymiques. Le refus scolaire, le déficit de l’attention ou l’hyperactivité peuvent affecter votre enfant bipolaire.

Refus scolaire


Il implique une réticence à se rendre à l’école qui existe sous des formes d’intensité variable allant jusqu’au refus scolaire qui a pour conséquence un absentéisme prolongé (d’au moins 15 jours).


Le refus de se rendre à l’école s’accompagne de manifestations anxieuses de type somatique telles que les douleurs abdominales, les maux de tête, les accélérations cardiaques. La persistance et l’intensité de ces manifestations doit faire rechercher des troubles tels que l’anxiété de séparation et la phobie sociale.


Il faut donc déterminer si l’enfant ne veut pas se rendre à l’école parce qu’il pense qu’il ne peut quitter la maison ou ses parents sans que survienne une catastrophe importante et/ou parce qu’il redoute l’interaction avec les jeunes de son âge (peur de la moquerie, de la critique, d’être ridicule etc.).


Les conséquences de la phobie scolaire peuvent être graves : l’absentéisme est durable et s’accompagne souvent d’un échec dans les apprentissages. Les activités se réduisent progressivement et l’enfant se trouve de plus en plus isolé et développe parfois une dépression. Ce trouble, semble augmenter dans la population générale, sans doute du fait de progrès dans sa reconnaissance, mais surtout de l’accroissement de la pression sociale et scolaire à laquelle sont confrontés les jeunes de nos jours.



Le refus scolaire doit être distingué des réactions anxieuses fréquentes lors de rentrées scolaires, qui s’amendent en quelques semaines, et des troubles des conduites qui s’accompagnent d’école buissonnière ou de fugues, sans culpabilité chez l’enfant.



Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH/TDA)


Trois types de comportement caractérisent les enfants souffrant de Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité. Votre enfant peut en manifester un, deux, ou les trois à la fois. Il peut être hyperactif, dissipé et/ou impulsif. Votre enfant peut très bien ne pas être hyperactif mais seulement dissipé et/ou impulsif. Un seul comportement suffit pour poser le diagnostic de TDAH.


A- Hyperactivité


L’enfant n’est pas nécessairement en train de courir dans les pièces ou de « grimper aux murs ». Il est en revanche, en perpétuel mouvement, martelant des doigts ou du pied, balançant les jambes ou remuant sur sa chaise. Il se lève et se rassied pendant les repas ou les cours, ou fait plusieurs choses à la fois quand il joue ou regarde la télé. Il est important de noter que ce type d’hyperactivité n’est pas lié à un contexte ou une situation particulière (difficile à gérer sur le plan émotionnel) mais aux caractéristiques neurologiques de votre enfant


B-Dissipation


Toutes les informations accèdent à notre cerveau via nos différents sens. Ces informations sont ensuite triées à un niveau primaire de notre cerveau et seules les informations importantes sont relayées à la partie pensante du cerveau. Sans cette capacité, notre cerveau serait encombré d’informations. Grâce à cette faculté, on peut se trouver dans un lieu bruyant et entendre son prénom quand on est appelé. On peut même rentrer chez soi en vélo et soudain se rendre compte qu’on rêvassait : on ne sait pas comment on est arrivé à la maison alors que notre cerveau a en fait filtré les informations importantes et les a distribuées dans les zones essentielles et dirigé nos réactions. Certaines personnes aussi ont beaucoup de mal à extraire l’information utile de l’information superflue. Elles sont vite distraites, leur temps d’attention est court. Pour les unes, cela se passera au niveau visuel : les mouvements des gens ou n’importe quel petit mouvement suffit à les distraire


C- Impulsivité


Votre enfant parle ou agisse avant de réfléchir. Il en est incapable. Et il se comporte ainsi tout au long de la journée et qu’il a toujours agi de la sorte



La présence de ces signes exige une évaluation complète par un expert (entretien, bilan clinique, tests de TDAH, recherche de bipolarité juvénile…) afin de poser correctement le diagnostic et la mise en place des traitements et de suivis adaptés à la nature des troubles.

octobre 2015