Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Cyclothymie : un trouble longtemps et toujours négligé

1/01/2008
Auteur : Dr hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

A ignorer la cyclothymie, on met des patients en danger.
Il y a des maladies passionnantes par leurs histoires, découvertes, complexités, vécus et mystères. la cyclothymie en fait partie. A l’image de ses manifestations, l’histoire de la cyclothymie a eu ses hauts et ses bas. comme les cycles de la nature, elle subit la loi de l’éternel retour.

Pour quelles raisons a-t-on négligé une maladie aussi importante et fréquente... C’est un sujet passionnant et curieux ! Comment peut-on arriver à un tel constat ? Est-ce un déni collectif ? L’absence de formation adaptée ? L’influence des écoles psychiatriques ? Le triomphe de la psychanalyse au détriment de la clinique ? Les mauvaises définitions actuelles des formes cliniques de la bipolarité ? Ou un mélange de tout ? Récemment, dans une de mes conférences, j’ai parlé de l’importance de la cyclothymie dans la révision des classifications des troubles de l’humeur. Parmi les arguments que j’ai cités : "la cyclothymie permet de capter tout un ensemble de troubles atypiques et complexes" et "le recours à ce diagnostic est utile pour que ces formes ne soient plus un foutoir sémiologique".

Parler de cyclothymie évoque systématiquement soit un tempérament soit un trouble léger de l’humeur.
Ce qui est vrai et faux.
La cyclothymie peut représenter un tempérament mais dans les cas cliniques, je peux l’affirmer, il s’agit bien d’un trouble complexe, souvent sévère et difficile à stabiliser (2, 3).

D’où la question, "sommes-nous tous des cyclothymiques ?" et cette question renvoie à l’éternelle interrogation actuelle : "est-ce que les psychiatres et les médias sont-ils en train de sur-diagnostiquer les troubles psychiatriques, notamment la bipolarité ?"
Curieux de constater que cette question est soulevée par des philosophes, sociologues ou des psychiatres "anti-bipolaires". Comme si les hypothèses qu’on défend souvent plaisent à nos préjugés et conviennent à notre cerveau. Un expert qui n’aime pas la bipolarité, déjà ne la comprend pas et de plus va défendre tous les arguments contre elle.

Mon expérience depuis plus de 20 ans montre le schéma contraire : "la bipolarité est largement sous diagnostiquée" et pour défendre cette observation, on dispose de tas d’études. Des enquêtes récentes qui montrent que seulement 20% des bipolaires typiques (BP I et BP II) sont correctement diagnostiqués ! (5) Qui est le juge dans tout cela ? Où est la vérité ? Quelle est l’opinion des patients dans ce dilemme ?
Parler de cyclothymie, est-ce parler d’une nouvelle entité clinique ? N’a-t-elle pas ses propres racines historiques ?

Mes études ont révélé que plus d’un tiers de la totalité des dépressifs consultant en psychiatrie serait des cyclothymiques et la moitié des patients souffrant de toc le sont aussi ! (2) alors, nouvelle ou pas nouvelle, la cyclothymie n’est pas un artefact clinique - c’est une vraie réalité qui a été décrite il y a plus de 100 ans maintenant (6) - mais pour des raisons encore mystérieuses, elle est aujourd’hui plus fréquente et se manifeste plus ouvertement et surtout à des âges de plus en plus précoces.

La cyclothymie représente une maladie fréquente ; elle touche 2 à 5% de la population (2, 3), peu connue, alors qu’elle était bien définie à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème par Hecker et Khalbaum en Allemagne puis par Deny et Kahn en France (6).

Les drames de la cyclothymie
  • la majorité des patients cyclothymiques sont actuellement traités comme des dépressifs unipolaires, des anxieux, des obsessionnels, des boulimiques, des addictifs, des borderlines ou des hystériques (7).

  • les patients cyclothymiques reçoivent des antidépresseurs souvent sans aucune couverture par des thymorégulateurs (1) ; c’est vrai qu’ils ont souvent besoin des antidépresseurs mais jamais seuls. le risque est ’usage des antidépresseurs sans diagnostic préalable de cyclothymie

  • les psychiatres s’opposent passivement et parfois activement à cette réalité clinique, comme si accepter cette réalité est un affront à leurs connaissances et pratiques. Pour exemple, des patients reconnus comme cyclothymiques (suite au bilan au CTAH) et stabilisés rapportent que leur psychiatre d’avant devenait furieux et pire exige l’arrêt du thymorégulateur

  • les patients cyclothymiques sont donc perdus, mal traités et pire leur trouble aggravé et leur pronostic compromis (4).


  • Dans un entretien dans le magazine "psychologies", je disais qu’on est dans l’ère de la bipolarité qu’on le veuille ou pas, une réalité qui va éclater un jour en pleine figure de la psychiatrie qui pour ’instant reste inerte. face â cette évolution, la cyclothymie mérite d’être plus connue par les médecins, le grand public et par les médias.

    Références


    1. ghaemi sn, hsu dj, soldani f et al. antidepressants in bipolar disorder: the case for caution. bipolar disord. 2003 ; 5 : 421-33.
    2. hantouche eg, akiskal hs. les tempéraments affectifs. chapitre 20, in "les troubles de la personnalité" (féline, guelfi, hardy), flammarion, médecine-sciences, 2002
    3. hantouche eg, blain r. cyclothymie :pour le pire et pour le meilleur - bipolarité et créativité. robert laffont, paris, 2008.
    4. hantouche e, angst j, demonfaucon c, perugi g, akiskal hs (2003). cyclothymic ocd: a distinct form ? journal of affective disorders 75 : 1-10.
    5. hirschfeld rm, calabrese jr, weissman mm et al. screening for bipolar disorder in the community. j clin psychiatry 2003 ; 64 : 53-9.
    6. kahn p. la cyclothymie : de la constitution cyclothymique et de ses manifestations (dépression et excitation intermittentes), g. steinheil, paris, 1909.
    7. perugi g, akiskal hs. (2002). the soft bipolar spectrum redefined: focus on the cyclothymic, andious-sensitive, impulse-dyscontrol, and binge-eating connection in bipolar ii and related conditions. psychiatry clinical north of america, dec; 25: 713-737.

    Le diagnostic de la cyclothymie : un parcours difficile
    La cyclothymie n’existe pas ?
    Découvrir la cyclothymie à l’envers