Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Attaques de Panique : est-ce de la cyclothymie ?

18/11/2010

Témoignages > Comorbidité

Mademoiselle F., 17 ans, consulte ce jour pour des attaques de panique à l’école.

Comme prévu, je vous fais parvenir le compte-rendu des émotions que j’éprouve quand je tente d’aller au lycée.

Tout a commencé il y a 18 mois (fin avril 2009), j’ai commencé à faire quelques crises d’angoisse au lycée, puis quelques semaines plus tard mes crises ont empiré. Dès que j’arrivais au lycée je faisais une crise d’angoisse suivie de malaise, ma mère devait venir me chercher après car mes crises me donnaient des maux de tête et j’éprouvais beaucoup de fatigue. Pendant les mois de mai et juin, c’est devenu plus dur car dès le matin je vomissais alors que je n’avais pas grand-chose de mon estomac, j’angoissais déjà alors que j’étais chez moi, j’avais plus d’appétit. J’ai perdu beaucoup de poids en peu de temps, je suis passée de 71kg à 58kg en 8 mois.

Ma première crise fut horrible


J’étais dans le couloir avec mes amis quand j’ai commencé à trembler et des larmes coulaient sur mes joues sans que je m’en aperçoive, ensuite j’ai commencé à avoir du mal à respirer puis mes jambes ne m’ont plus tenue et je me suis effondrée par terre. J’avais l’impression qu’on m’appuyer sur ma cage thoracique, j’entendais des voix qui me paraissaient loin, j’ai su qu’après ma crise que c’était mes amies qui me parlaient et qu’elles se trouvaient juste à côté de moi. Cette crise fut impressionnante pour moi mais aussi pour mes amies qui m’entouraient.

Mon année scolaire 2009/2010 a été chaotique car dés le jour de la rentrée j’ai fait une crise, et la semaine qui a suivie je ne pouvais plus prendre le bus scolaire car je commençais déjà à angoisser. Mon psy m’a fait arrêts de maladie sur arrêts si bien que j’ai passé mon année scolaire chez moi avec des tentatives pour aller au lycée qui n’ont pas abouties. J’ai eu des cours à domicile avec l’aide de la Sapad, mais ça ne remplace pas une scolarité au lycée.

Quand je suis chez moi ou dans des lieux publics autres que le lycée, je vais super bien. Je n’ai pas de crise, ni de tremblement. Pour cette année scolaire 2010/2011, avec ma mère nous avons prit la décision de changer de lycée et de prendre une structure plus petite avec moins d’élèves (environ 150 élèves dans mon nouveaux lycée) mais malheureusement ceci n’a pas changé grand choses vu que cette année c’est la même chose que l’année précédente à la seule différence, c’est que j’arrive à prendre le car tous les matins.

Seulement une fois arrivée devant mon lycée il y a comme un blocage qui m’empêche d’avancer, alors que dans ma tête je me dis : il faut que j’avance, que je rentre dans le lycée. Mais il y a un mur qui m’empêche d’aller plus loin et je commence à trembler, des sueurs froides, avoir du mal à respirer. Donc je pars vers mon arrêt de bus qui se trouve à 200 mètres de mon lycée je m’assois et j’essaye de respirer calmement et à me relaxer. Une fois bien calme je refais une tentative pour rentré dans mon lycée mais à chaque fois il y a ce mur qui m’empêche d’avancer.

A la maison tout se passe à peu près bien. J’ai quelques conflits avec ma soeur car elle ne comprend pas pourquoi je n’arrive pas à aller au lycée. Ma mère a aussi remarqué que j’avais des sauts d’humeur et que je me renferme sur moi-même.

Voilà comment je me sens en e moment et j’ai vraiment hâte d’en finir avec mes crises d’angoisse et pouvoir suivre mon année scolaire comme les gens de mon âge.

Nouvelle tentative


Aujourd’hui, lundi 8 novembre 2010 a était une vraie catastrophe.
Je devais me rendre au lycée pour faire une nouvelle tentative, je devais réussir à rentrer dans l’enceinte du lycée avec l’aide de la directrice. Cette tentative a été mise en place vendredi 5 novembre au cours de mon rendez-vous avec la directrice du lycée, le directeur de l’établissement et ma mère. Dans ce rendez-vous le directeur m’a dit que si je n’arrivais pas à franchir le cap (franchir la porte du lycée) je serais virée de l’établissement. Suite à cet aveu, j’ai été stressée tout le week-end et ce matin on va dire que ça a explosé. J’ai très mal dormi pendant ces trois jours, en me réveillant toutes les heures, et ce matin je me suis mise à pleurer alors que je ne savais pas pourquoi sur le moment mais avec le recule je pense que c’était le surplus d’angoisse qui m’a fait craquer. Une fois mes pleures calmés, ma mère m’a emmenée à l’arrêt de bus et j’ai pris le car. Environ au milieu du chemin, j’ai commençais à faire une crise d’angoisse (tremblement, sueurs froides, hyperventilations, du mal à entendre ce qui se passe à côté de moi). Arrivée à l’arrêt de bus où je dois descendre, je me suis lever de mon siège mais j’ai du me rassoir car j’avais des points noirs devant les yeux. Une fois ma crise calmée je suis rentrée chez moi, et j’ai pris un advil car j’avais un mal de tête horrible, et j’avais des frissons. Je me suis reposée un peu mais mon mal de tête ne s’est pas passé. Vers 9h00 je me suis fait un bol de chocolat chaud pour me réchauffer, mais quelque temps après je l’ai vomi. Cette après midi j’ai voulu faire une tentative de retourner au lycée mais je n’étais pas en état. Cela fait un peu plus de deux semaines que je prends mes médicaments (Dépakine Chrono ? par jour) et je ne vois pas de changement dans mes crises d’angoisses, est-ce normal ?

Le bilan clinique


La bilan clinique montre l’absence de peur définie, d’anticipation (peur d’avoir peur). Aucun scénario de phobie sociale (timidité, trembler, rougir, honte du malaise, vomir,...) n’est trouvé. Aucune peur d’être coincée et de ne pouvoir s’enfuir n’est trouvée. Les Attaques de Panique semblent être spontanées mais spécifiques à l’école.
Mademoiselle F. a été soignée pendant un an avec du Zoloft en doses progressives (jusqu’à 3), associé à de l’Avlocardyl, sans effet.

On retrouve dans l’histoire 4 Episodes Dépressifs Majeurs (EDM) :
- 7 ans : divorce des parents, EDM de 2 mois, qui se résorbe grâce aux discussions avec sa mère et une bonne intégration lors d’un voyage scolaire.
- 14 ans : mauvaise communication avec son père, EDM de 1 an, qui se résorbe avec la prise de distance d’avec son père.
- 16 ans : à cause de l’isolement provoqué par le fait de ne pouvoir aller à l’école, EDM de 1 mois, qui se résorbe avec le temps.
- septembre 2010 : à cause des difficultés à aller en cours, EDM de 1 mois, qui s’est résorbé grâce à la fierté de pouvoir au moins prendre le bus

Aucun élément d’hypomanie n’est trouvé en dehors de quelques pics subits et courts dans les EDM (score sur la check-list d’hypomanie = 8/20).

Un Tempérament Cyclothymique est trouvé avec hypersensibilité à la critique et au rejet, oscillation permanente de l’humeur, sans déclencheur, avec changements brusques de la polarité, impact sur la motivation et sur les sphères scolaires et relationnelles. Mademoiselle F. se dit impulsive et colérique, irritable et ayant des achats compulsifs. (score sur quest. Cyclothymie 8/21)

L’arbre généalogique comporte des personnes colériques, alcooliques et dépressifs

Les items en rouge orientent vers la piste cyclothymique
- dépression récurrente
- début à un âge précoce
- traits cyclothymiques
- résistance aux ISRS
- histoire familiale

mars 2012