Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Émétophobie : 4 mois pour apprendre à gérer au lieu de 6 ans pour aggraver

1/01/2008
Auteur : Melle Majdalani

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Frontières / masques trompeurs

Lʼémétophobie est la peur irrationnelle obsédante de vomir.
L’émétophobie ou la peur irrationnelle de vomir est un trouble peu commun que l’on retrouve souvent chez les patients présentant un trouble bipolaire.

Avant de conter l’histoire de Martine et Clara, penchons-nous sur la question de la définition de ce trouble étonnant.

Définition


Qu’est-ce donc cette peur qui paraît ridicule, dont beaucoup de personnes ont honte de parler par peur d’être la risée des autres ou de s’entendre répondre "Qui aime le vomi ?". En effet, la majorité de la population trouve le vomi ou l’acte de vomir plutôt désagréable voire répugnant. Mais dans l’émétophobie, il ne s’agit donc pas d’un dégoût passager mais une véritable obsession quotidienne qui altère le fonctionnement de la vie du sujet. Elle peut s’accompagner de crises d’angoisse et entraîner une anorexie secondaire, le sujet craignant tellement de vomir, qu’il choisit de plus rien manger qui le pousserait à vomir. Il peut ainsi éviter toutes les situations entraînant l’action de vomir comme prendre n’importe quel moyen de transport, s’asseoir à proximité de personnes susceptibles d’être malades et se réveiller durant la nuit, dans un état de panique, par peur cette fois de vomir (contrairement aux attaques de paniques nocturnes où la peur principale est de mourir).

Ce trouble est à la limite de la phobie, de l’obsession et du TOC. Avec la phobie, il partage l’anxiété de la confrontation avec le vomi ou avec toute situation qui lui est liée, l’anticipation négative et la fuite ou l’évitement de la situation redoutée. Avec le TOC, elle partage l’obsession intrusive et répétitive qui envahit la vie du sujet, le poussant à effectuer des rituels comme le lavage de mains, ...

Face aux mêmes symptômes, la voie thérapeutique empruntée peut provoquer des conséquences si divergentes.

Témoignage de clara prise en charge par psychanalyse


Clara est une jeune fille de 13 ans présentant une phobie du vomi depuis l’âge de 7 ans. La jeune patiente a ainsi consulté et a suivi 6 ans de psychanalyse. Elle a "travaillé" sur plusieurs secteurs importants de sa vie mais elle n’a jamais pu "élaborer" sur cette phobie.

Avec les années, les symptômes se sont aggravés : la patiente refuse actuellement de se nourrir par peur d’avoir la nausée et ipso facto par peur de vomir et refuse de sortir de chez elle par peur d’attraper une gastro-entérite et de vomir. Les symptômes sont devenus envahissants, la patiente présentant des réveils nocturnes précoces, de type panique.

Elle ne mange plus, ne va plus à l’école, refuse de sortir de chez elle. Lorsqu’elle est obligée de le faire, elle procède à des rituels de lavage des mains, pour "se débarrasser des virus ou microbes qui pourraient la faire vomir". Durant ces 6 années de psychothérapie, la psychologue n’a jamais abordé cette obsession, elle l’a banalisée voire évitée et ainsi renforcée.

Témoignage de Martine prise en charge avec une TCC


Martine a 7 ans. Elle présentait des symptômes anxieux comme des maux de ventre et une émétophobie depuis 4 mois. Cette peur de vomir l’empêchait de faire de longs voyages en voiture, produisant une grande anxiété, notamment quand la jeune patiente avait mal au ventre.

Or, les maux de ventre devenaient de plus en plus récurrents et Martine se trouve coincée dans un cercle vicieux : j’ai mal au ventre "j’ai peur de vomir, et comme j’ai peur de vomir, j’ai mal au ventre, et je suis encore plus angoissée à l’idée de vomir".

En quelques temps, la phobie de la patiente a évolué et la peur s’est extrapolée : la patiente était angoissée par des mots qui contenaient les lettres composant le mot V O M I , même si ces derniers ne présentent pas de rapport avec le vomi à proprement parler (ex : un vomitarium etc.).

Après 3 mois de psychothérapie comportementale, (l’équivalent de 12 séances d’exposition), la patiente s’est affranchie de sa peur et, selon les propos de sa mère, "elle était une des premières à assister son camarade de classe qui a vomi, la semaine dernière."

conclusion


Si Clara avait effectué une TCC, n’aurait-elle pas économisé la souffrance inhérente à ce trouble qui a évolué et qui s’est aggravé pendant 6 ans ?