Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Auto description d’une dépression mixte

26/11/2012

Témoignages > Bipolarité

En pleine dépression mixte un rien mʼexaspère, je ne veux pas me montrer, je fuis.
Aujourdʼhui, jʼai besoin de calme, de sérénité et dʼapaisement. Jʼai beaucoup pleuré ces derniers jours et pas beaucoup dormi.
Je me sens vidée et à fleur de peau. Tout ce qui échappe à mon contrôle (un capuchon qui manque à un feutre), le moindre détail provoque en moi une colère sans nom.
Irrépressible... Faut que ça sorte de moi. Ça part du ventre et ça remonte par la trachée jusquʼà sortir et se traduire verbalement par des vociférations, des menaces, des cris et des lancers dʼobjets en tout genre. De mini crises de nerfs qui pourrissent la vie de mon entourage et la mienne. Ensuite, je culpabilise car je me juge. Au final je ne peux rien contrôler et je ne sais pas lâcher prise alors que je devrais, sans doute.

Je nʼai plus dʼénergie et je nʼai pas envie de mettre ma tête dehors. Je ne me sens pas présentable.

Jʼai lʼimpression que lʼon va me percer à jour. Déjà, parce que jʼai les yeux dʼun lémuriens à force dʼavoir pleurer, ensuite car je nʼai pas envie de partager et que je nʼai plus envie de donner. Aujourdʼhui, il faut rien me demander. Je nʼai plus de patience. Je nʼai plus envie dʼavoir dʼamis, de famille, de contacts. Je suis fatiguée. Jʼattends la nuit pour son calme et pour me retrouver seule avec moi-même. Je sais que je devrais pourtant dormir, me reposer mais je nʼy arrive pas. Comme si je devais vivre ce que je ne suis plus capable de vivre le jour depuis quelques temps. Jʼai été pourtant en rémission de cet état mixte pendant un jour. Mais jʼai gaspillé tout le positif que jʼavais récupéré...

Une rémission, grâce à lʼécriture mais également car jʼavais rattrapé en deux jours et une nuit, le travail que je nʼavais pas fait depuis plusieurs semaines.
Une vraie cyclothymique, qui en quelques heures, est capable du pire comme du meilleur. Résultat, un tel bien être, une telle détermination, une telle remontée, que jʼai multiplié les activités, les rencontres et les tâches et que je mʼen retrouve épuisée. Cela aurait été si simple dʼen faire une partie et dʼen laisser une autre pour le lendemain...
A la fois, je me dis que ça a calmé mon anxiété liée à la procrastination.

Ce matin, je ressentais que les gens mʼabandonnaient. Jʼavais prévu de voir une amie et sa fille, copine de la mienne, mais comme tout cela était planifié uniquement dans ma tête, elle avait prévu autre chose. Je me suis sentie abandonnée, rejetée, pas prise en considération pour mon effort de ne pas avoir mis ma fille au centre exprès. Tout cela sʼest passé par sms et heureusement car quand jʼai dû lui répondre, jʼai passé plus dʼune heure à chercher la bonne formule. Jʼai même pensé couper mon téléphone et jouer la morte. Je suis passée par tous les états et je ressentais en moi tour à tour de la rancœur, de la haine, de la colère, du dégoût... et à chacune de mes émotions jʼécrivais dans ma tête un nouveau message, lʼun comportait un "profitez bien" hypocrite, lʼautre un "dommage pour nous, on avait prévu de vous voir, jʼavais tout planifié ainsi" bien culpabilisant, un autre encore "cʼest pas grave je vais appeler une véritable amie..."

Mais connaissant mon état, jʼai regardé passer toutes ces émotions, beaucoup pleuré car je les vivais toutes comme si elles étaient justifiées et vraies. Pour finalement mʼapaiser et lui répondre avec bienveillance et sincérité dʼune part et dʼautre part, considérer que rien de ce qui mʼavait traversé la tête nʼétait justifié ou même réel. Une espèce de situation obsessionnelle qui rend fou et malheureux et qui pompe toute lʼénergie. Du coup suis vidée mais je me sens mieux.

Je me pose réfléchir à mon premier écrit sur lʼétat mixte, il y a deux jours et je cherche à cerner des récurrences. Je me dis quʼil faut dʼabord que je dorme impérativement plus tôt et puis que je fasse du sport ou du chant...quelque chose qui travaille sur la respiration, qui fasse que jʼexpulse toute cette mauvaise énergie malsaine et me délivre de ce satané état mixte. Ça va passer.
Je le sais. Je me mets en veille, service minimum.

decembre 2012


Etat mixte
L’erreur diagnostique entre TOC et dépression mixte
Etats Mixtes : mise au point
Clin d’oeil historique : états mixtes
TOC : entre lenteur et impulsivité