Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

La cyclothymie n’existe pas ?

30/06/2011
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

Rien ne remplace un - bon diagnostic - nier une maladie en psychiatrie est facile mais à condition d’assumer cette décision et les complications qui dérivent d’un -mauvais- traitement
La cyclothymie n’existe pas : c’est vrai, dans l’esprit de certains experts psychiatres pour adultes ou enfants qui affirment la non-existence de la cyclothymie

Ce post a été inspiré par la visite d’un adolescent, 16 ans, qui est venu consulter le CTAH pour avis au sujet de son TOC résistant.

Le terme "cyclothymie" existait bien longtemps (1882) avant celui de folie maniaco-dépressive (Kraepelin à partir de 1899 jusqu’en 1913) qui, comme tout le monde le sait, sera scindée en deux entités "bipolaire" et "unipolaire ou trouble dépressif récurrent" dans les années 60 du siècle dernier.

Histoire du TOC


Des TOC sont trouvés depuis l’âge de 8 ans avec le besoin de regarder le soleil pour se prouver que cela ne rend pas aveugle, jeter la tête en arrière pour se prouver que cela ne tue pas.

Actuellement, il sent la contrainte de cracher pour empêcher une contamination d’entrer dans le corps. Cette contamination serait due aux images de personnes qu’il n’aime pas et et aussi la peur d’être abandonné (s’il devient comme eux ?).
Le rituel exige aussi qu’il pense des gens qu’il aime pour annuler la pensée négative. Si la pensée négative persiste, il doit recracher, et se laver les mains si cracher n’a pas été suffisant. Il peut aussi crier pour annuler les obsessions. Il a déjà fait une TCC mais "n’était pas prêt" selon sa mère.

La conscience de ces troubles le met souvent en colère car l’exécution des rituels fait perdre du temps. Le TOC est peu présent au lycée, surtout concentré à la maison et autour du coucher (le lit).

Des Tics de raclement de gorge sont trouvés de 5 à 10 ans. L’intrication entre TOC et Tics est à approfondir (jeter la tête, crier, cracher sont des rituels atypiques).
Traitements pris pour soigner le TOC : Zoloft n’aurait eu aucun effet sur les TOC, Deroxat aurait provoqué de l’agressivité. Le traitement par Sertraline ne serait pas efficace.
L’évaluation du TOC à l’aide de la YBOCS montre un score de 13/20 sur "obsessions" et de 16/20 sur "compulsions", donc un score total de 29 : ce qui indique d’une part l’intensité du TOC et surtout l’échec total des ISRSs prescrits depuis 6 ans !!

Bilan des humeurs (épisodes, tempérament affectif)


Il se décrit comme constamment hyperactif, excité, énergique. Pour sa mère "il est excessivement joyeux au lycée, comme s’il sur jouait, et à la maison il est grognon. Je ne m’explique pas cette arrivée subite de confiance en soi excessive mais je sais qu’il a une peur colossale de perdre ses amis et est très possessif depuis cette peur du rejet à 14 ans".

Cette excitation serait apparue quelques mois après le début des antidépresseurs. Selon le jeune patient, cette excitation est liée à une volonté de s’intégrer en classe, mais l’association de l’excitation avec les crises de colère et l’état d’agressivité récent est en faveur d’un virage sous antidépresseurs (qui mérite d’être exploré davantage).

L’évaluation du tempérament révèle une hypersensibilité et une hyperréactivité émotionnelles, une hypersensibilité à la critique et au rejet, des oscillations permanentes et brusques de l’humeur entre l’excitation et l’agressivité.

Il devient agressif au moindre rejet, avec une réactivité accrue avec le temps qui passe. Il est impulsif et colérique avec des oscillations d’humeur dans la journée, principalement vers le haut. "Tout le monde à l’école le décrit comme hyperactif et ce depuis un an, alors qu’avant il était plutôt excité à la maison et timide à l’école, avec la peur d’avoir honte, des angoisses, des difficultés d’intégration, quitte à se donner un air car il ne trouvait pas sa place".

Ce changement est observé depuis le traitement avec la paroxétine, ce qui a alerté la famille et laissé de marbre le médecin prescripteur.

Aucun élément de dysthymie ou de dépression majeure n’est trouvé. Aucune hospitalisation pour EDM ou tentative de suicide n’est décrite.

L’arbre généalogique de la famille montre une mère cyclothymique, une tante maternelle ayant une tendance dépressive, une grand-mère maternelle cyclothymique (qui aurait fait deux tentatives de suicide et aurait été hospitalisée).

Second entretien en présence de la mère


En plus de l’inquiétude évidente de la mère, on note l’exaspération et l’indignation vis-à-vis des experts déjà consultés pour traiter le TOC de son fils.

Depuis le début, la mère suspectait autre chose que le TOC, notamment la présence de dérèglements de l’humeur : "souvent, je posais la question aux psychiatres au sujet d’un trouble bipolaire ou cyclothymique qui serait associé au TOC ? soit ils ne branchaient pas soit ils affirmaient, surtout le dernier expert dans un service universitaire réputé pour les TOCs résistants que la CYCLOTHYMIE N’EXISTAIT PAS !! Pourtant, j’ai signalé que moi, la mère, et sa grand-mère sommes des cyclothymiques avérées". La réponse de l’expert, "on garde le zoloft à 100 mg et si pas de réponse, on augmente les doses".

Alors on résume :
  • TOC à début précoce

  • Résistant à 3 antidépresseurs prescrits à des doses maximales sur plus de 6 ans

  • Notion de virage et de survenue d’état d’agressivité sous AD

  • Changement net du tempérament (de timide à désinhibé en classe)

  • Traits cyclothymiques nets

  • Histoire familiale positive pour la cyclothymie


  • Un ensemble d’arguments en faveur du diagnostic de "TOC cyclothymique" - un diagnostic qu’on évoque, le CTAH et l’AFTOC depuis plus de 15 ans et qui, malheureusement, reste ignoré, méconnu ou malmené par les psychiatres et les experts.

    Il est curieux de constater que les mêmes psychiatres qui, dans le temps, affirmaient l’absence du TOC (quand j’ai commencé à en parler en 1985), répètent la même erreur avec la cyclothymie (alors qu’ils adoptent avec panurgisme le diagnostic de TOC et rien d’autre).
    Nous tenons à rappeler que le TOC, malgré sa spécificité, est un diagnostic hétérogène soit dans sa construction syndromique soit dans sa comorbidité neurologique, bipolaire, psychotique, infectieuse.

    Un cas pareil illustre l’attitude rigide des cliniciens face aux diagnostics psychiatriques ; le constat est assez consternant : soit ils refusent de faire un diagnostic (avec le prétexte de ne pas coller une étiquète au patient) soit ils collent à un diagnostic le plus apparent (p. ex. dépression, TOC, anxiété?) et ont du mal à l’affiner ou le changer.

    Dans tous les cas, nous pensons que l’attitude de déni ou de négation de l’existence de la cyclothymie est intolérable et doit être, en quelque sorte, corrigée au plus vite. Car l’état de santé des patients qui en souffrent, surtout les jeunes, est sérieusement menacé car risque de les exposer aux antidépresseurs avec toutes les complications connues.

    Depuis plus de 15 ans, on parle de TOC et cyclothymie avec à l’appui une expérience personnelle, depuis 1985, avec plus de 2000 patients souffrant de TOC, deux enquêtes cliniques ayant inclus près de 1000 patients TOC, plus d’une dizaine de publications scientifiques, plus de 8 livres sur le TOC et la cyclothymie et l’écho auprès des cliniciens reste encore faible.

    Certains enseignants de l’AFTCC signalent dans leurs cours aux étudiants que "le TOC cyclothymique n’existe que dans mon cabinet" (il y a moins de 10 ans, ils disaient la même chose pour le TOC tout court).

    D’autres experts du TOC résistant affirment que "la cyclothymie n’existe pas" - comme ça, on est tranquille ; on se contente du diagnostic de TOC et on prescrit un ISRS (ou une TCC quand elle est disponible) et le boulot est fait.

    On peut très bien comprendre le fait simple et évident "si mon cerveau n’est pas entrainé à connaître quelque chose, il ne la verra jamais ; est-ce pour autant suffisant pour affirmer l’absence de cette chose ? Oui, son absence dans mon esprit".
    En Médecine et surtout en psychiatrie, un débat éternel existe entre les "faux positifs" et les "faux négatifs". Les experts d’un trouble donné se focalisent plus volontiers sur les "faux négatifs" (car les experts doivent faire face aux cas difficiles, résistants, atypiques chez qui le diagnostic de cyclothymie ou de bipolarité n’a pas détecté) et les cliniciens de base se méfient des ? faux positifs ? (p ex tout n’est pas bipolaire ou cyclothymique).
    Les deux ont raison et la réponse me paraît évidente : tout n’est pas cyclothymique, mais ne pas la dépister et la soigner, conduit certainement aux conditions difficiles, complexes, résistantes, atypiques et aux risques élevés de morbidité et de mortalité (suicide).

    Retour aux sources


    Quand, en 1882, Ludwig K. Kahlbaum créait le terme de cyclothymie (du Grec Kyklos, cycle et Thymos, état d’âme), il y incluait tous les troubles des plus légers aux plus graves. Il est vraiment regrettable que Kraepelin ait choisi le terme de Folie Maniaco - Dépressive bien qu’il connaissait la cyclothymie et qu’il en parle dans son traité (entre 1899 et 1913). Le terme de Folie Maniaco -Dépressive a certainement mis en évidence davantage les formes graves et par conséquent les psychiatres ont négligé les formes les plus légères de la bipolarité, comme la Cyclothymie.

    En France, 20 ans avant Kahlbaum, Marcé (1862), dans l’un des premiers traités français de psychiatrie, relevait la fréquence des formes atténuées et suggérait l’existence des personnalités bipolaires : lʼexcitation et la dépression constituent simplement des différences dans le degré de l’activité intellectuelle, à tel point que la maladie peut rester méconnue et être longtemps jugée souvent comme une simple bizarrerie dans le caractère et la manière d’être du sujet ?

    En 1898, Hecker aborde la cyclothymie comme une ? maladie circulaire de la sensibilité émotionnelle ?. Il l’a définit comme une variante légère mais distincte et autonome de la folie maniaque (il s’agit de la première distinction entre BP I et BP II !), sans délire, avec conscience morbide, persistante sur la vie (sans intervalles libres), avec une méconnaissance des phases d’excitation

    De nouveau en France, Gaston DENY publie en 1908, le premier article français sur la cyclothymie. Il considérait la cyclothymie comme une "constitution psychique spéciale" se manifestant pendant toute l’existence à partir de l’adolescence dont les frontières avec la pathologie maniaco-dépressive sont impossibles à tracer, de cause uniquement héréditaire et à prédominance féminine. Les idées de Hecker ainsi que de Deny sont d’actualité, basées sur des observations cliniques minutieuses.

    "Ce sont des sujets que l’on voit passer brusquement et sans motifs suffisants de l’enthousiasme au découragement, de la hardiesse à la timidité, de l’altruisme à l’égoïsme... de l’expansion à la dépression dans les différents domaines de la sensibilité, de l’intelligence et de la volonté... Les états cyclothymiques se succèdent et se remplacent habituellement au bout de quelques heures ou de quelques jours... Il ne me paraît pas douteux que ces différents malades qui sont tous, à des degrés divers, des inquiets, des préoccupés, des obsédés, des phobiques... ne soient pas réunis dans un seul groupe nosologique..."

    Alors, il est temps de rendre â ces experts pionniers la justesse de leurs observations sur une maladie qui n’est pas, comme on le prétend à la mode, sauf si la mode actuelle s’inspire de celle de la fin du 19ème siècle !

    Message à retenir


    Rien ne remplace un "bon diagnostic" - nier une maladie en psychiatrie est facile mais à condition d’assumer cette décision et les complications qui dérivent d’un "mauvais" traitement

    Pour plus d’information sur la cyclothymie, consulter dans Avis des experts -> BP adulte -> Cyclothymie

    REFERENCES SUR LA COMORBIDITE TOC ET CYCLOTHYMIE


  • ISSUES DE LA COLLABORATION AFTOC ET CTAH ? AVEC LA PARTICIPATION DU DR F KOCHMAN, PR B MILLET ET LE SOUTIEN DES PRS ANGST, AKISKAL ET PERUGI)

  • DEMONFAUCON C, HANTOUCHE E. Autour de la comorbidité entre TOC et trouble bipolaire : historique et enquêtes récentes. Nervure, Décembre 2001, Tome 14 : 9-15.

  • DEMONFAUCON C, HANTOUCHE EG. Approche dimensionnelle des rapports entre TOC et bipolarité : interactions entre émotivité, impulsivité et lenteur, place fondamentale de la symétrie. Synapse, Novembre 2001,180 : 31-40.

  • DEMONFAUCON C, HANTOUCHE E, GERARD D. Resistant obsessive compulsive disorder (ROC) : predictive factors and links with soft bipolarity. Poster presented at the 6th International Bipolar Conference, Pittsburgh, Juin 2005.

  • HANTOUCHE E. Comorbidité TOC et bipolarité. Revue du Praticien ? Médecine Générale, (Sp) Mars 2001 : 18-19.