Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M

Je suis en dépression, je pense. Je suis comme lʼétranger de Camus. Soufflerai-je un jour ?
Lundi 3 janvier 2005

09h10


Je suis au travail mais comme je n’ai strictement rien à faire, j’en profite encore une fois.

Ma mère est partie hier. Ce fut un véritable soulagement. Je ne rentrerai pas dans les détails, seulement évoquer que je suis fixée sur ma décision de la tenir à distance. Il ne s’agit pas réellement de sa maladie mais davantage de sa personnalité écrasante et surtout qui pompe toute l’énergie. Sur ce point, bon nombre de gens qui la connaissent s’accordent à dire de même.

Aujourd’hui, je suis très mal. J’étais à deux doigts de ne pas venir au bureau et je me demande encore s’il n’aurait pas mieux valu.

Je repense au livre "L’étranger" de Camus.

Tout comme l’étranger qui vit bel et bien dans la société comme un quidam sans pour autant obéir à certains codes comme celui de pleurer la mort de sa mère ou encore celui d’épouser une femme non parce qu’on l’aime d’amour mais parce qu’elle le demande. En somme c’est appartenir à notre monde tout en ne pouvant pas être ce que l’on attend de quelqu’un de normal. Alors qu’il passe en jugement pour légitime défense, finalement on fait le procès d’un personnage dénué de tout sentiment sans chercher à comprendre qu’il vit à sa manière sans faire de tort à qui que ce soit. Condamné à la peine de mort, il se retrouve devant ce jugement insensé puisqu’il a été jugé sur le fait qu’il n’était pas de la société, hors parallèlement, il n’est pas du tout associable. Confrontée à cette impasse, seule la révolte est possible. S’il n’y a qu’un seul sentiment qui émerge de lui c’est celui de la colère de ne pouvoir être parmi les autres tout en étant dans l’impossibilité de vivre selon ce que la société impose, il ne reste que l’insurrection pour finir par accepter la sentence de mort.

Certes, j’appartiens à ce monde et comme tous à une culture. Nonobstant, on pourrait dire que la vie ne m’habite pas. Les gens normaux pensent que vivre est inné, qu’être parfois déprimée est normal mais que ce n’est pas une raison pour se laisser aller. Si seulement il ne s’agissait que de cela. Non, vivre n’est pas inné.

La volonté est impuissante devant tel ravage quand la vie semble vous avoir abandonné sur un rivage fait d’une souffrance psychique aussi puissante que dévastatrice. Il ne s’agit pas de la flemme de se lever, puis de se laver, puis de dire bonjour aux autres, il s’agit plutôt de se concentrer pour faire face à la douleur qui semble être emprunte de tous les sentiments négatifs existants, de se traîner jusqu’à la douche, de mettre un temps fou à s’habiller etc ?

On ne nous accepte pas car nous sommes en dehors des conventions d’une maladie ? normale ?


Moins cela est palpable et visuel, moins il est évident de faire l’effort de comprendre ou du moins celui de reconnaître qu’il y a un vrai handicape de vie. Et d’un autre côté, se faire du mal est perçu comme "un appel pour attirer l’attention" alors que l’on essaye juste de se soulager de pulsions ou bien de faire en sorte que la douleur physique efface la souffrance morale. Les maladies dont on peut se faire une représentation permettent le fantasme. A mon sens, le mot "fantasme" est plus approprié dans le sens où le mot ? imagination ? est signe que l’on est passé de la représentation virtuelle à un début de concrétisation. Exemple : on fantasme sur la maison de nos rêves, on l’imagine au moment où l’on échafaude des plans jusqu’au moment de sa concrétisation.

Aristote explicite for bien ce processus et on peut en déduire l’abus de langage qui trône de nos jours ; abus de langages qui conduisent à beaucoup d’incompréhensions entre les gens car la première chose nécessaire à toute forme d’idée et tout dialogue est d’avoir une bonne représentation des choses).

Somme toute, j’ai parfois l’impression de vivre la dépression sous une autre forme de la dysphorie, à savoir, l’une me laisse sur le bord de la route sans pouvoir basculer sur la file de la vie ni celle de la mort tout comme l’autre m’aplatit ente deux murs qui se resserrent sans fin. Quoiqu’il en soit, la dépression absorbe complètement l’énergie vitale de manière stupéfiante.

Je crois que je commence à répondre à cette fameuse question qui me hante depuis beaucoup d’années. En fin de compte, j’ai l’impression que la différence entre celui qui se suicide et celui qui ne le fait pas, réside dans le fait d’avoir une roue de secours. Je veux dire par là que, celui qui en finit ne voit plus d’échappatoires, ne trouve plus aucune solution possible aussi infime soit-elle. A contrario, celui qui ne bascule pas de l’autre côté, même s’il l’effleure est celui pour qui espère malgré tout qu’il y a une chance, qu’il y a un ? peut-être ? aussi dérisoire soit-il. Bien sûr, je ne puis affirmer tout ceci, ce ne sont que des suppositions.

Quand je repense à ma vie, à chaque fois, je commence par voir tout en noir et toujours je finis par regretter d’être en vie.

Cela fait trois jours que je tourne en rond dans cet état déplorable. J’aimerais tant que l’on m’accorde quelques jours de répit pour souffler un peu. Je sais que ce n’est pas une solution appropriée étant donné qu’en restant chez moi, il n’y aura pas d’amélioration notoire. A la rigueur, cela me donnerait tout de même le droit légitime de ne pas être opérationnelle pour deux sous.

Je me mutile


En ce qui concerne les mutilations, je crois que petit à petit, les envies s’amoindrissent. J’avais mesuré les plaies par curiosité. Les deux entailles faisaient 1 centimètre et 0,7 centimètre de large. Je n’ai pas mesuré la longueur. A présent que tout est cicatrisé, on dirait de simples coupures ordinaires. C’est assez étonnant de voir les bords de la peau si éloignés se rejoindre aussi vite. Le corps humain est une machine dont les rouages sont meilleurs que toute autre. D’ailleurs j’en discutais, il y a quelques semaines, avec mon dentiste qui est passionné sur tous les sujets. J’adore mon dentiste, c’est un régal de le visiter à chaque fois d’autant que je ne crains pas les dents, bien au contraire, cela me relaxe à tel point qu’au sortir de son cabinet je me sens à chaque fois revigorée.

decembre 2012


Le prisme fluctuant et déformant de mes pensées
09 : Un goût de solitude
Mon traitement était baby dose, mais
Le diagnostic de la cyclothymie : un parcours difficile