Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Bipolarité et TDAH : troubles si proches mais distincts

3/07/2013
Auteur : Mme Majdalani

Bipo / Cyclo > Bipolarité infanto-juvénile > Diagnostic

Bipolarité juvénile et TDAH : faire la distinction entre deux pathologies de lʼenfant qui souvent sont confondues.
Avant de détailler les fonctions exécutives altérées dans le trouble de la bipolarité juvénile (BPJ), il nous est apparu primordial de faire la distinction entre deux pathologies de lʼenfant qui souvent, sont confondues.

Les différences cliniques entre bipolarité et TDAH


Si certains des symptômes qui caractérisent ces deux troubles se superposent, dʼautres les différencient. Il existe ainsi des différences cliniques entre la bipolarité juvénile et le TDAH chez lʼenfant :
Le TDAH est un trouble développemental spécifique qui se décline en plusieurs déficits dans différentes fonctions : lʼinhibition comportementale, le maintien de lʼattention ainsi que la résistance à la distraction et la régulation de lʼactivité personnelle par rapport à une situation (hyperactivité ou agitation).

Lʼenfant présentant un TDAH, peut par exemple, de manière permanente (et non seulement de manière épisodique) :
  • avoir du mal à rester debout,
  • être agité de manière excessive,
  • avoir des difficultés à attendre son tour pour parler,
  • être incapable de rester immobile,
  • avoir un excès de mouvement, par rapport à celui nécessaire pour accomplir un mouvement,
  • avoir du mal à maintenir une attention soutenue, notamment dans le cas dʼune activité ennuyeuse

  • La bipolarité juvénile est un trouble de lʼhumeur, à lʼorigine de fluctuations sévères au niveau de lʼhumeur, de lʼénergie, de la pensée et du comportement. Un enfant présentant une BJP, peut être hypersensible, hyperréactif, hypersensoriel, voire impulsif. Il peut :
  • changer rapidement dʼhumeur ou dʼénergie (dʼune minute à lʼautre/dʼune heure à lʼautre/dʼun jour à lʼautre)
  • pleurer sans raison,
  • vivre des moments dépressifs,
  • connaître une hyperactivité, une agitation, une hypersexualité et une distractibilité cycliques,
  • rencontrer des difficultés de sommeil (comme déborder dʼénergie le soir et avoir des difficultés à émerger le matin,
  • connaître des colères intempestives,
  • souffrir dʼune anxiété de séparation,
  • rencontrer des problèmes dʼordre comportemental (difficultés avec les consignes, opposition, rapport conflictuel avec lʼautorité)
  • Les différences entree bipolarité et TDAH au niveau cérébral


    Les circuits cérébraux impliquées dans le TDAH et la BPJ ne sont pas tout à fait les mêmes, même si certaines similitudes pourraient être rétorquées.
    Prenons lʼexemple de lʼimpulsivité, qui pourrait être un symptôme commun aux deux troubles. Même si on la retrouve dans les deux pathologies, elle nʼest pas liée aux mêmes régions cérébrales.
    Chez les BPJ, il y a une composante émotionnelle, que lʼon ne retrouve pas chez les TDAH. De même, la recherche de la récompense est plus émotionnelle chez les BPJ et plus cognitive chez les TDAH.
    Dans la BPJ, cʼest la composante ʼrégulation de lʼaffectʼ qui est touchée et qui provoque un court circuit ʼpensée-planificationʼ. Dans la BPJ, ce sont donc principalement lʼamygdale (siège des émotions) et les circuits qui y passent (circuits spécialisés en quelque sorte dans la fonction ʼPensée/Emotionʼ), qui dysfonctionnent en premier, entraînant parfois des troubles secondaires dans les fonctions de lʼapprentissage.
    Quant aux perturbations identifiées dans le TDAH, elles concernent notamment le cortex préfrontal et les circuits plus spécialisés dans ʼlʼAttention/Penséeʼ.

    Pour aller un peu plus loin, prenons en exemple cette expérience.
    On expose des enfants présentant des symptômes communs à la BPJ et au TDAH, à "lʼémotion", en leur présentant des visages énervés et des visages contents.
    Les deux groupes présentent une moindre activation dans certaines zones préfrontales comme le cortex cingulaire antérieur. Cependant, la différence se situe notamment avec les contrôles dans les zones cérébrales qui gèrent lʼattention et la mémoire de travail.

    Cependant, face à une tâche qui déclenche la frustration, le dysfonctionnement au niveau du cortex préfrontal est plus marqué chez les patients BPJ que chez les patients avec TDAH. Il lʼest encore plus lors dʼune exposition à un matériel très chargé en émotion.

    Ainsi, cʼest le cortex préfrontal qui est touché dans les deux pathologies. En revanche, il ne lʼest pas de la même manière.

    En bref, dans la BPJ, en plus du caractère cyclique de lʼensemble de la symptomatologie notamment en début de trouble, les réactions émotionnelles sont primaires, plus longues, plus disproportionnées, directement en lien avec la régulation et le contrôle émotionnel. Lʼaltération des fonctions cognitives serait secondaire.

    De plus, généralement, lʼamélioration thymique entraîne lʼamélioration des fonctions cognitives (données obtenues chez lʼadulte).

    En revanche, sachant que la BPJ est un trouble sérieux, avec des incidences significatives sur le développement de lʼenfant aux niveaux pédiatrique, émotionnel, cognitif et psychosocial, lʼimpact développemental peut être profond et multidimensionnel, entravant le développement cognitif (Pavuluri, 2006, 2009, 2010).

    Références


  • Pavuluri MN et al. (2006), Impact of neurocognitive function on academic difficulties in pediatric bipolar disorder : a clinical translation, Biology psychiatry
  • Pavuluri MN, West A, HIll K., Jindal K., Sweeney JA (2009), Neurocognitive function in pediatric bipolar disorder : 3-year Follow-up shows cognitive development lagging behind healthy youths, J Am Acad Child Adolesc Psych
  • Pavuluri MN, Passarotti AM, Mohammed T., Carbray JA, Sweeney J. (2010), Enhanced working and verbal memory after Lamotrigine treatment in pediatric bipolar disorder, Bipolar Disorders
  • Walshaw PD, Alloy LB, Sabb FW (2010), Executive function in pediatric bipolar disorder and attention-deficit hyperactivity disorder : in search of distinct phenotypic profiles, Neuropsychol Rev
  • juillet 2013


    Les fonctions cognitives altérées de la bipolarité juvénile