Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Dépistage du trouble BP-II avec la clh-20

1/01/2008

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Spectre bipolaire : dépistage

Pourquoi est-il important de diagnostiquer une bipolarité de type II ? Comment y parvient-on ?
Le trouble bipolaire du type II (BP-II) est défini par lʼexistence de phases hypomaniaques et d’épisodes dépressifs majeurs.

Malgré cette définition apparemment simple, le trouble BP-II paraît plus complexe et soulève encore de nombreux défis actuels, tant dans son dépistage que dans sa phénoménologie, comme saisir les différences par rapport au trouble BP-I et au trouble dépressif unipolaire (5, 9, 16).

Rappelons que cette entité a été proposée en 1976 par David Dunner (7). Le cumul des données concernant la morbidité (psychosociale et somatique) et la mortalité liées au trouble BP-II ainsi que les retentissements psychosociaux, professionnels et économiques (6, 11, 13, 14, 15), exige un dépistage précoce de ce trouble, une tâche qui demeure difficile à obtenir dans la pratique (5, 8, 16). Une meilleure connaissance du trouble BP-II incite à une amélioration et une innovation des approches diagnostiques utilisées par les cliniciens.

Le diagnostic du trouble BP-II nécessite donc le recours au dépistage systématique et à lʼautoévaluation de lʼhypomanie (1, 10). en effet, les épisodes hypomaniaques sont souvent passés sous silence, les patients consultent en phase dépressives et les praticiens se focalisent sur les épisodes dépressifs actuels. De plus, il est difficile de porter le diagnostic correct en se basant sur la dépression actuelle, malgré quelques caractéristiques différentielles entre les dépressions bipolaires et unipolaires (5, 9, 16). On estime actuellement qu’un tiers à 50% des diagnostics de dépression unipolaire sont erronés et correspondent à une dépression bipolaire (5).

La dépression inaugure une fois sur deux le trouble bipolaire et justifie des mesures thérapeutiques spécifiques. En lʼabsence dʼune thymorégulation adaptée, le recours aux antidépresseurs risque d’aggraver et accélérer le cours évolutif du trouble (formation de cycles rapides), dʼinduire de virage (hypo)maniaque de lʼhumeur, mais également des cas de résistance et de dépressions mixtes chroniques (5, 16).


Afin d’accéder au diagnostic de bipolarité, le dépistage systématique de lʼhypomanie est faisable à lʼaide dʼautoquestionnaires, comme le MDQ, questionnaire des troubles de l’humeur (12) et la check-list dʼhypomanie dans sa version originale la CLH-20 (2, 10) et élargie la CLH-32 (4).



Trois enquêtes nationales "bipolact" ont été mises en place pour dépister le trouble BP-II : 2 enquêtes sur les dépressions récurrentes (une chez les médecins généralistes et une chez les psychiatres) et une enquête sur les dépressions résistantes (avec les psychiatres). Au total, 623 médecins ont participé et 2396 patients inclus. Ces enquêtes ont mis en évidence une fréquence élevée d’hypomanie : chez 62% des patients souffrant de dépressions récurrentes et 55% des dépressions résistantes. Ces chiffres dépassent le taux de 40% initialement trouvé dans l’enquête précédente epidep (1, 8).

En effet, le ciblage des dépressions résistantes et récurrentes confirme que ces formes représentent un territoire privilégié du trouble BP-II, celui-ci étant caractérisé par un degré de récurrence plus élevé que le trouble dépressif unipolaire et par une résistance aux antidépresseurs (5, 16). Dans l’enquête de zurich, angst et al (3) ont montré, au cours d’une longue étude prospective, que la récurrence dans le trouble bipolaire (0,4 épisode/an) est deux fois plus importante que dans le trouble dépressif (0,2 épisode/an) et que le trouble BP-II était légèrement plus récurrent que le BP-I.

Un autre résultat important est à souligner : la similitude des taux de fréquence du trouble BP-II dans les enquêtes médecins généralistes et psychiatres. Cette donnée casse le mythe de la prévalence de la bipolarité chez les psychiatres et surtout encourage le dépistage précoce de la bipolarité chez les dépressifs consultants en médecine générale. Un résultat similaire a été obtenu dans la large enquête américaine sur le dépistage des troubles bipolaires à l’aide du MDQ (12).

La check-list dʼhypomanie


La check-list d’hypomanie (clh-20)
réponses par "vrai" ou "faux" - un score de 10 ou plus indique la présence d’une hypomanie
1. moins d’heures de sommeil
2. davantage d’énergie et de résistance physique
3. davantage de confiance en soi
4. davantage de plaisir â faire plus de travail
5. davantage d’activités sociales
6. plus de déplacements et voyages ; davantage d’imprudences au volant
7. dépenses d’argent excessives
8. comportement déraisonnable dans les affaires
9. surcroit d’activité (y compris au travail)
10. davantage de projets et d’idées créatives
11. moins de timidité, moins d’inhibition
12. plus bavard que d’habitude
13. plus d’impatience ou d’irritabilité que d’habitude
14. attention facilement distraite
15. augmentation des pulsions sexuelles
16. augmentation de la consommation de café et de cigarettes
17. augmentation de la consommation d’alcool
18. exagérément optimiste, voire euphorique
19. augmentation du rire (farces, plaisanteries, jeux de mots, calembours)
20. rapidité de la pensée, idées soudaines, calembours

Références


  • 1. allilaire jf, hantouche eg, sechter d et al. frequency and clinical aspects of bipolar II disorder in a french multi-center study: epidep. encephale. 2001 ; 27 : 149-58.

  • 2. angst j. hypomanie. a propos d’une cohorte de jeunes patients. encephale. 1992 ; 18 spec no 1 : 23-9.

  • 3. angst j, gamma a, sellaro r. recurrence of bipolar disorders and major depression : a life-long perspective. eur arch psychiatry clin neurosci 2003 ; 253 : 236-40.

  • 4. angst j, adolfsson r, benazzi f et al. the HCL-32: towards a self-assessment tool for hypomanic symptoms in outpatients. j affect disord. 2005 ; 88 : 217-33.

  • 5. benazzi f. bipolar II disorder. cns drugs, 2007 ; 21 : 727-40.

  • 6. calabrese jr, hirschfeld, rm, reed m et al. impact of bipolar disorder on a u.s. community sample. j clin psychiatry 2003 ; 64 : 425-32.

  • 7. dunner dl, gershon es, goodwin fk. heritable factors in the severity of affective illness. biol psychiatry 1976 ; 11: 31-42.

  • 8. hantouche eg, akiskal hs, lancrenon s et al. systematic clinical methodology for validating bipolar-II disorder: data in mid-stream from a french national multi-site study (epidep). j affect disord. 1998 ; 50 : 163-73.

  • 9. hantouche eg, akiskal hs. bipolar II vs. unipolar depression: psychopathologic differentiation by dimensional measures. j affect disord 2005 ; 84 : 127-32.

  • 10. hantouche eg, j angst, s lancrenon et al. faisabilité de l’autoévaluation dans le dépistage de l’hypomanie. ann med psychol 2006 ; 164 : 721-5.

  • 11. hirschfeld rm, lewis l, vornik la. perceptions and impact of bipolar disorder: how far have we really come? results of the national depressive and manic-depressive association 2000 survey of individuals with bipolar disorder. j. clin. psychiatry 2003 ; 64 : 161-74.

  • 12. hirschfeld rm, holzer c, calabrese jr et al. validity of the mood disorder questionnaire : a general population study. am j psychiatry 2003 ; 160 : 178-80.
    13. judd ll, akiskal hs, schettler pj et al. psychosocial disability in the course of BP I and II disorders : a prospective, comparative, longitudinal study. arch gen psychiatry 2005 ; 62 : 1322-30.

  • 14. mcintyre rs, soczynska jk, beyer jl et al. medical comorbidity in bipolar disorder: re-prioritizing unmet needs. curr opin psychiatry 2007 ; 20 : 406-16.
    15. rihmer z, pestality p. bipolar II disorder and suicidal behavior. psychiatr clin north am 1999 ; 22 : 667-73.

  • 16. vieta e, suppes t. bipolar II disorder : arguments for and against distinct diagnostic entity. bipolar disord 2008 ; 10 : 163-78.




  • Facteurs cliniques prédictifs de la non reconnaissance des troubles BP-I et BP-II
    La complexité de la catégorie
    BP-II nʼest pas une bipolarité atténuée