Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

En direct de Catania : bipolarité et schizophrénie : génétique commune, même maladie ?

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Frontières / masques trompeurs

Schizophrénie et bipolarité : comment se positionnent-elles lʼune par rapport à lʼautre ?

En direct de Catania - janvier 2009


Comme chaque année, le Pr Koukopoulos organise ses rencontres internationales sur les troubles bipolaires. Cette année, le thème était consacré aux frontières de la bipolarité et à la comorbidité.

Bipolarité et schizophrénie : génétique commune, même maladie ?


Le continuum entre bipolarité et schizophrénie remonte à la nuit des temps. Avant Kraepelin, les deux troubles faisaient partie des psychoses. La séparation entre les deux a été initiée par Kraepelin sur la base de la présence des symptômes caractéristiques et surtout du mode évolutif :
  • évolution progressive et mauvais pronostic pour la "Démence Précoce", future "schizophrénie"
  • évolution continue ou circulaire avec bon pronostic pour la "Folie Maniaco-Dépressive" ou PMD, future "Bipolarité" et "Dépression récurrente" ; rappelons que les troubles bipolaires représentent une partie de la PMD (celle-ci regroupe en fait l’ensemble des troubles récurrents de l’humeur).
  • Dichotomie ou continuum ?


    La question n’est guère tranchée notamment entre la schizophrénie et les formes sévères ou psychotiques du trouble BP-I.

    Les données génétiques actuelles relancent ce débat en montrant la présence de mutations génétiques communes entre le trouble BP-I et la schizophrénie. Par exemple, des anomalies sur les chromosomes 13q, 22q et 6q sont présentes dans les deux troubles. De même, des mutations sur les gènes DISC1 et NRG1 sont communes entre les deux troubles. Ces données ont conduit certains chercheurs comme Craddock (2006) à proposer un modèle unitaire des troubles bipolaires et schizophréniques.


    La toute récente étude suédoise conduite sur l’entière population (plus de 9 millions individus) est également en faveur de ce continuum. L’étude a montré que l’héritabilité est de 64% pour la schizophrénie et de 59% pour la bipolarité. De plus, si le proposant est bipolaire le risque de schizophrénie chez les parents est augmenté (Lichtenstein, 2009). Cette donnée n’est pas nouvelle, mais la méthodologie et l’ampleur de cette étude apporte plus de crédit.


    Références


  • Lichtenstein P, Yip BH, Björk C, Pawitan Y, Cannon TD, Sullivan PF, Hultman CM
    "Common genetic determinants of schizophrenia and bipolar disorder in Swedish
    families: a population-based study". Lancet. 2009 Jan 17;373(9659):234-9.

  • Owen MJ, Craddock N.
    "Diagnosis of functional psychoses: time to face the future". Lancet. 2009 Jan 17;373(9659):190-1.

  • La génétique n’est pas la seule solution


    pour expliquer la continuité entre la bipolarité et la schizophrénie, explorons dʼautres pistes que la génétique. Les experts ont également recours aux données des études neurocognitives et neuro-imageriques. Dans l’ensemble, il y a quelques similitudes dans les déficits cognitifs (même profil des anomalies cognitives) mais la sévérité est nettement différente (plus de déficits dans la schizophrénie).


    La neuroimagerie est en faveur de la séparation entre les deux troubles (McIntosh, 2008). En effet, on constate dans la bipolarité des mécanismes cérébraux de compensation et de résilience, qui sont absents dans la schizophrénie ou chez les dépressifs unipolaires. Ces mécanismes de compensation ne sont des réactions cérébrales face au stress ni à l’excès de cortisol, mais plutôt spécifiques pour la bipolarité.


    Références


  • Tabarés-Seisdedos R, Balanzá-Martínez V, Sánchez-Moreno J, Martinez-Aran A,
    Salazar-Fraile J, Selva-Vera G, Rubio C, Mata I, Gómez-Beneyto M, Vieta E.
    "Neurocognitive and clinical predictors of functional outcome in patients with
    schizophrenia and bipolar I disorder at one-year follow-up". J Affect Disord. 2008 Aug;109(3):286-99.

  • McIntosh AM, Whalley HC, McKirdy J, Hall J, Sussmann JE, Shankar P, Johnstone EC,
    Lawrie SM.
    "Prefrontal function and activation in bipolar disorder and schizophrenia". Am J Psychiatry. 2008 Mar;165(3):378-84.

  • Ce qu’on peut retenir


    Sans aller dans les détails de ces recherches complexes, les experts réunis à Catania ont déclaré que :
  • les patients présentant des formes mixtes de bipolarité et de schizophrénie existent et il est difficile de préciser, malgré une observation minutieuse et au long cours, la nature du trouble : bipolarité ou schizophrénie (voir plus loin la communication de Marneros)
  • les deux modèles de continuité et de dichotomie sont valables.
  • En faveur de la continuité, les études montrant des facteurs de risque communs au sein des familles des patients bipolaires (qu’ils soient des parents ou des proposants)
  • Il existe bel et bien des gènes communs de susceptibilité de développer une psychose ou des syndromes psychotiques (d’ailleurs présents chez 50% des BP-I) ; mais cela ne signifie pas qu’il s’agit de la même maladie
  • les corrélations entre les anomalies génétiques, les symptômes et les formes cliniques de bipolarité ou de psychoses ne sont pas concluantes
  • la vulnérabilité n’est pas spécifique d’une "maladie mentale" qui est pour l’instant assez difficile de définir ;
  • parler de vulnérabilité est une chose et la maladie en soi est une autre !
  • la réactivité aux traitements comme la sismothérapie et le lithium est selon Koukopoulos contre le modèle unitaire des psychoses ; la réactivité commune aux antipsychotiques n’est pas suffisante pour confirmer la continuité.
  • La psychose au sein de la bipolarité


    Pr Marneros a discuté la psychose au sein des troubles bipolaires. Classiquement on distingue deux sous-types cliniques :
  • les troubles bipolaires avec des éléments psychotiques congruents au dérèglements de l’humeur qu’on peut aussi les désigner "psychose synthymique" (en synchronie avec l’humeur maniaque ou dépressive)

  • les troubles bipolaires avec des éléments psychotiques non congruents au dérèglements de l’humeur qu’on peut aussi les désigner "psychose catathymique" (sans rapport avec l’humeur maniaque ou dépressive)


  • Il a réussi à caractériser le sous-groupe de patients bipolaires avec des éléments psychotiques non congruents au trouble de l’humeur.

    Les patients de ce groupe sont :
  • plus jeunes
  • de sexe plutôt masculin
  • plus célibataires
  • traités à un jeune âge (en moyenne 10 ans de différence par rapport aux autres bipolarités)
  • plus de schizophrènes dans leurs familles (18% versus 5%)
  • plus d’épisodes (8,3 versus 6,1)
  • plus de handicap fonctionnel (63% versus 49%)

  • Dans une étude de suivi de 5 à 15 ans, Pr Marneros conclut à une typologie selon la dominance des épisodes (rapport du nombre des épisodes spécifiques / nombre total des épisodes)
  • rapport >0,5 = cas à dominance bipolaire (58%)
  • rapport = 0,5 = cas schizo-affectifs (20%)
  • rapport <0,5 = cas à dominance schizophrénique (22%)

  • Troubles psychiatriques et prise de risque
    Renaissance des Tempéraments Affectifs
    La mosaïque bipolaire
    02 : Ma Mélancolie, •mon Haine-Amie•
    La dichotomie au sein même de la bipolarité : aperçu historique
    Ma bipolarité, ma vie, mon oeuvre