Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Implication de la famille : trouver le bon dosage ?

25/05/2012
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Amour, sexe, couple

Une prise en charge d’un cyclothymique ne pourra jamais être un succès tant que le cyclothymique est mal compris au sein de sa famille ou de son couple.
Il est bon de rappeler qu’il n’y a pas d’attitude idéale ou positive face à un membre de la famille qui souffre d’une cyclothymie. En fait, il existe autant d’avantages et d’inconvénients avec un entourage qui est trop impliqué dans la maladie qu’avec un entourage neutre, indifférent ou même hostile et antagoniste.

Cette question est malheureusement peu explorée. Dans la pratique, la majorité des psychiatres en France sont contre l’implication de l’entourage (parents, conjoint, famille) dans le processus des soins et cela est à dénoncer car le patient a besoin du soutien de ses proches, et la famille a besoin de conseils et d’écoute pour s’investir correctement. De plus, les études réalisées sur le rôle de la famille ont été focalisées sur la bipolarité « classique » (ou trouble BP-I) et rarement sur la famille des cyclothymiques.

David Miklowitz, un expert international de la question des familles des patients bipolaires, a mis en place une approche désignée FFT (Family-focused therapy) ou thérapie focalisée sur l’intervention familiale (figure). Elle est censée doter la famille d’une série de connaissances sur le trouble bipolaire dans le but de comprendre et de faciliter les changements d’attitudes et de conduites et d’améliorer les stratégies d’affrontement avec le patient bipolaire. Cette thérapie est basée sur le fait que l’évolution de la bipolarité dépend des attitudes de la famille. Par exemple, dans les familles avec un niveau élevé d’expression émotionnelle (et de critiques), le taux de rechutes est plus important par rapport aux autres familles.
Les études scientifiques, réalisées pour explorer les bénéfices de cette thérapie ont apporté des résultats positifs et prometteurs. En effet, les résultats s’expriment en termes d’une meilleure adhésion des patients à leurs traitements (ce qui est nécessaire pour éviter les rechutes des épisodes maniaques) et d’une meilleure communication au sein de la famille (ce qui est garant d’un moindre risque de rechutes dépressives).

A défaut d’avoir des études scientifiques chez les familles des cyclothymiques, nous avons l’habitude au CTAH de pratiquer ce genre de thérapie en individuel, en consacrant un peu de temps pour recevoir la famille (si elle est présente et si le patient est d’accord !) lors du bilan clinique initial, l’écouter et lors des séances de suivi, leur délivrer les informations et les conseils nécessaires pour aider et soutenir au mieux le patient cyclothymique.
Cette démarche est systématique avec les jeunes patients. Par contre, elle est éclectique chez les adultes, plus souvent focalisée sur le conjoint.
Cette démarche de recevoir et discuter avec la famille est souvent une opportunité de découvrir qu’un membre de la famille est aussi cyclothymique. La présence de deux bipolaires au sein de la même famille est liée à un degré plus important d’altérations de la communication et de l’entente intrafamiliale.

Notre expérience montre à l’évidence qu’une prise en charge d’un cyclothymique ne pourra jamais être un succès tant que le cyclothymique est mal compris au sein de sa famille ou de son couple, est piégé dans des scénarios répétés de conflits, de critiques, de jugements péjoratifs… des scénarios où tous les acteurs sont responsables. L’objectif est de faciliter la mise en place d’une communication plus saine et fluide, basée sur le respect et le soutien du patient cyclothymique et sur l’implication de ce dernier dans cet objectif (meilleure stabilité, acceptation de ses défauts, application d’une certaine discipline, reconnaissance de l’aide des autres, identification et annonce du début des épisodes…).
Il est évident qu’un traitement efficace, qui apporte une stabilité de la cyclothymie, est nécessaire pour compléter la prise en charge avec une intervention familiale ou dans le couple. Ainsi, les parents ou le conjoint doivent être avertis des délais d’action du traitement qui varient entre un et plusieurs mois – un délai au cours duquel ils sont invités à être patients, compréhensifs et empathiques. L’idée est de créer, autant que possible, un climat propice aux changements positifs qui sont attendus du traitement stabilisateur.
Nous souhaitons grâce aux témoignages des patients et de leurs proches connaître un peu plus les besoins et les problèmes relatifs à l’entourage proche des cyclothymiques.

juin 2012