Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M

Dimanche 13 mars 2005

13h30 :




Ce matin je me suis crue lundi, je suis allée au travail, il y avait pas grand monde dans les rues alors je me suis dit qu’on avait changé d’heure.

J’ai quand même demandé aux gardiens pourquoi tout était fermé et ils m’ont répondu qu’on était dimanche. j’ai eu du mal â m’y faire. je n’aime pas mon travail mais ce matin je me faisais une grande joie d’y aller. j’étais très déçue en plus les magasins étaient fermés et c’était très frustrant de ne pas pouvoir dépenser de l’argent â gogo. je suis allée â la gare et j’ai regarder les trains, j’avais tant envie de voyager !!!!

Puis je suis allée au cinéma, voir Ray. crise d’angoisse, pulsions (pulsions que j’ai depuis 2 semaines mais aucune image ni pensée â mettre dessus, je sais pas ce qu’elles veulent me pousser â faire mais je sens que c’est négatif, en plus l’obsession des mutilations de me quitte pas non plus) je n’ai pas pu rester dans la salle, je suis sortie, je ne savais pas où aller mais j’avais besoin de rester dehors. j’ai réalisé que Y. devait s’inquiéter alors je l’ai appeler pour qu’il vienne me chercher car j’avais l’impression de perdre la boule de plus en plus et j’avais peur car je sentais des trucs comme quand j’avais eu des hallucinations il y a cinq ans. Il m’a dit de l’attendre et qu’il venait me chercher mais j’arrivais pas â rester en place, je suis allée prendre le bus et Y. est arrivé â temps.

Je ne sais pas pourquoi mais rentrer â la maison me semblait impossible. On y est allé doucement, c’était très douloureux, je ne sais pas pourquoi ça me contrariait autant de revenir â la maison. ça m’a fait beaucoup souffrir. Je viens de demander â Y. de prendre sa douche car je ne veux pas rester et j’ai la sensation qu’on doit absolument aller dehors. Mais je suis exténuée, lessivée.



Ca fait la 3ème fois que je pète les plombs cette semaine (des toc ? des délires ? ... ???) avec 800 ou 600 mg de lithium.

Je me demande s’il ne vaudrait pas mieux que j’aille â l’hôpital ??? Dois-je ne pas m’inquiéter et ne pas aller chez un médecin ou â l’hôpital ? Je me sens en insécurité, je ne sais plus quoi penser de tout ceci.



Samedi 19 mars 2005

09h30 :




Quand je dis que le bonheur en tant qu’état ne dépend que de soi, je n’écarte cependant pas le fait que divers facteurs influencent dans un sens ou dans un autre mais je pense que cette influence (il s’agit donc d’un point de vue personnel et en aucun cas d’une définition qui se voudrait objective et définitive ) n’intervient que dans la mesure où la personne est •prédisposée• â la recevoir ; autrement dit, si je suis déjâ mal, je serai plus sensible aux influences néfastes et si je suis bien, j’aurai plus tendance â être influencé par des facteurs positifs.

Tout être (humain, animal, végétal) est en interdépendance avec son environnement aussi, chacun est tributaire de ce qui l’entoure : il se passe certaines choses ; nous tentons de les comprendre au mieux ; puis nous essayons de donner une réponse qu’on souhaite toujours la plus adaptée sans savoir, par avance, s’il s’agit de la bonne réponse ou pas et c’est encore une autre de ces difficultés de l’existence. Mais si on prend l’exemple de la science, n’est-ce pas ce qui lui permet d’avancer : émettre une supposition, voire comment répond l’extérieur par l’expérience puis tenter de voir les rapports apparaissent et enfin réessayer encore ?



En fait comme tu l’as souligné, il s’agit d’une question d’ordre général car quel que soit le couple dont il est question, en amour, en amitié, en fratrie, la •bonne• distance n’est pas simple â percevoir et, pourquoi pas comme en science, il faut aller dans un sens sans savoir ce qui va se passer, puis tenter de comprendre ce qui c’est passé pour enfin revenir, réessayer car je suis, lâ , convaincu que d’une façon ou d’une autre nous cherchons tous â atteindre, si ce n’est ce bonheur dont on parle tant, du moins un état où la souffrance aura le moins de place possible dans notre vie.



Dimanche 20 mars 2005

09h30 :




•La source de la détresse humaine est le sentiment qu’â l’homme de son aliénation par rapport â l’ordre naturel de l’univers.• 1916 M. West Australie.

J’ai relu plus d’une fois cette phrase avant que de réaliser â quel point elle résonne en moi comme une vérité puissante. A chaque fois que je repense â cette phrase, je vois déjâ vers où est mon bonheur, celui qui ne dépend que de moi.

Et depuis que Yannick me fait découvrir les présocratiques, cette phrase m’apparaît de plus en plus juste. L’âme c’est tout ce qui se réalise, ce qui s’étend et suit le processus l’univers, ils sont le miroir l’un de l’autre. L’on peut sentir que •notre âme• a aussi la capacité de ne pas se développer selon nos choix. la détresse de l’âme qui va â l’encontre du processus de l’univers toujours â s’étendre. (simplification de la pensée d’Aristote)

Il y a la détresse â butter contre une difficulté, celle horrible de plus savoir comment interagir avec l’univers, comme si l’âme en été coupée, et la détresse insoutenable de se sentir prisonnier de l’ordre naturel des choses tel un refus tel un rejet de la faute sur l’extérieur. De ces trois détresses, la dernière fait que les deux premières s’en trouvent amplifiées car ne pas sentir le flot bienveillant de l’univers revient â se condamner dans toutes les autres directions qui ne se déploient pas.