Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Ni folle, ni possédée, juste une cyclothymique qui s’ignorait

1/01/2008

Témoignages > Cyclothymie

novembre 2011

Cyclothymique depuis l’enfance ?


Déjà petite je me souviens de moi étant triste. En primaire j’allais me cacher dans les toilettes pour pleurer. Je pensais que personne ne m’aimait, j’avais l’impression d’être différente des autres. Je ne me rappelle plus grand chose avant mes 11 ans, mais de ça je me souviens. Néanmoins, mon père étant pasteur et, étant la ? fille du pasteur ?, beaucoup d’attention était portée sur moi. J’étais le ? chef ? des jeunes de mon âge. Alors qu’à l’école, et avec les enfants du voisinage, c’était l’inverse total. Ma mère m’a parlé de moi étant enfant et me disait que déjà mes humeurs changeaient sans arrêt. Je changeais de tenue plusieurs fois dans la journée, je me déguisais et aussi je pouvais rester aussi des heures et des heures seule dans ma chambre à jouer à la Barbie à tel point que je m’imaginais moi même être une Barbie. Je vivais dans un monde irréel.


Mon adolescence, mes conduites à risque et la suite...


Ensuite, à l’âge de 11 ans, nous sommes venus vivre en France car mon père voulait y fonder une nouvelle église. J’ai très mal vécu ce changement, et j’ai tout de suite commencé à fréquenter les mauvaises personnes. Toujours attirée par les gens plus âgés que moi, droguées, alcooliques, les "racailles". Je ne me sentais à l’aise qu’avec ce genre de personnages. Ils m’acceptaient comme j’étais. Je ne me sentais pas inférieure. Dès l’âge de 11 ans je fumais des joints et buvait à en être totalement inconsciente. A l’âge de 13 ans violée, à l’âge de 15 ans viol collectif, c’était la guerre avec mes parents. Enfant très rebelle, un ? non ? était pour moi inacceptable. Je me souviens de mes crises de nerfs avec ma mère, je cassais tout dans la maison et un jour j’en suis même arrivé à lever la main sur ma mère. Entre 13 et 15 ans je voyais psychologue sur psychologue. Mais rien y faisait. A 16 ans je me suis retrouvée enceinte d’un homme âgé de plus 8 ans. Mon père m’a littéralement jeté à la rue. Prise en charge par un juge pour jeune mineure, j’ai été placé avec ma fille dans plusieurs foyers.


A 17 ans j’ai fait ma première tentative de suicide. Entre 19-23 ans j’ai fais des petits boulots pour survivre (caissière, femme de ménage) et suis restée dans ce train de vie : mauvaises fréquentations, alcool et drogue à gogo. Changeant de partenaire régulièrement, amoureuse un jour, plus amoureuse le lendemain, heureuse, pas heureuse ? à l’âge de 25 ans je me suis finalement mise avec un homme qui semblait beaucoup plus équilibré et stable par rapport à tout ce que j’ai connu. Mais au bout de quelques mois, mon passé a ? ressurgi ?. Je ne dormais plus, cauchemars, crises de nerfs? comme si tous les malheurs, que j’avais fait semblant de ne pas voir pendant toutes ces années, revenaient à la surface. Je ne pensais plus qu’à la mort, la mort, la mort. Ma souffrance était si intense, je voulais en terminer. Des démons dans ma tête, la cogitation 24/24. J’ai commencé à traiter mon compagnon comme un moins que rien, à passer tout mon malheur sur lui. Je lui en voulais presque d’être aussi bien dans sa peau et sans soucis particuliers ? tout le contraire de moi.


Trois hospitalisations psychiatriques pour rien - pire, pour aller plus mal


Cette année-là j’ai passé 3 séjours en clinique psychiatriques, avec changement de traitement tous les mois, j’étais devenu une loque, un vrai zombie. Plus rien ne comptais pour moi. Plus rien. Même ma fille ne comptais plus. Je passais mes journées allongée sur le canapé sans me laver, sans manger, et à contempler le plafond, et cela pendant des mois. A mon troisième séjour en clinique et avec le soutien de ma famille et amis j’ai pu remonter la pente. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais je me suis sentie mieux d’un coup, du jour au lendemain j’étais en hypomanie constamment. J’ai recommencé à sortir, j’ai quitté mon gentil partenaire qui à ce moment là me semblait trop calme et rabat joie pour moi. J’allais de partenaire en partenaire, j’ai recommencé à boire, à sortir, il me suffisait de peu de sommeil, j’étais en pleine forme, je ne tenais plus en place. Plus personne ne me reconnaissait. Dépenses à tout va, le danger m’excitait. Mais quelques mois plus tard j’ai à nouveau sombré? je suis tombée à nouveau très très bas. Crises de nerfs à tout casser, crises de larmes tout le temps et n’importe où sans raison précise, me sentit tendue et à bout, palpitations, crises d’angoisse, pessimisme extrême.


Rencontre avec un expert de la bipolarité


Et j’ai rencontré un expert des troubles bipolaires, il y a maintenant 2 ans. C’est là que j’ai découvert la "bipolarité" dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. En lisant son livre j’avais l’impression qu’il parlait de moi. J’ai commencé un traitement comprenant du Lithium et d’autres médicaments, je ne me suis pas sentie mieux tout de suite, mais après quelques changements dans mon traitement, je me sentais vraiment une personne nouvelle. Toujours les mêmes symptômes mais beaucoup moins prononcés. Depuis je ne fais plus de crises, je ne créé plus de scandales pendant les "réunions familiales", je suis beaucoup moins irresponsable. Mon anxiété a disparu, mes douleurs de ventre, de dos aussi.


Maintenant


j’ai juste quelques périodes de déprime, et beaucoup de hauts et de bas, des changements d’humeur qui peuvent même changer plusieurs fois dans la journée. Mais c’est beaucoup plus gérable maintenant. Je n’ai plus de périodes d’hypomanies. Je contrôle les choses beaucoup mieux maintenant. Je suis loin d’être bien dans ma tête, les choses sont encore assez confuses, mes réactions des fois questionnables, mais c’est un changement radical. J’ai aussi participé à des réunions de groupe pour les cyclothymiques. C’est formidable de pouvoir rencontrer des gens un peu "comme moi" et de voir qu’on n’est pas seul et d’apprendre ce qu’est vraiment cette maladie. Car c’est une maladie.


Non je ne suis plus folle ni possédée par des démons comme je l’ai tant pensé pendant des années.


novembre 2012