Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Repenser la bipolarité : tout est au sujet de Kraepelin ? oui mais !

1/01/2008
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Concepts / Classification

Faut-il repenser actuellement la bipolarité ?
Les classifications actuelles (surtout le DSM-IV et la CIM-10) n’ont-elles pas montré leurs limites pour capter l’ensemble de la maladie bipolaire ? les travaux déjà réalisés ne sont-ils pas suffisants ?
Mon constat est le suivant :
  • la maladie bipolaire est clairement sous-diagnostiquée et la réalité pratique nous le montre tous les jours ; j’ai tenté de donner les raisons qui expliquent cette réalité, mais force est de s’interroger sur un changement éventuel de cette réalité. Cette réalité n’est pas fatale comme certains veulent le faire croire ou pire faire croire l’inverse en prétextant que la bipolarité est à la mode et qu’elle est reconnue à tort

  • des experts tentent de changer cette fatalité ; ils proposent des classifications récentes, mais qui sont, à mon goût, globalement soit complexes soit déroutantes pour les profanes en matière des troubles de l’humeur. Le point en commun de ces classifications est d’améliorer le dépistage de la bipolarité, même si cela passe par un changement du terme "bipolaire" (exemple le projet "spectre de l’humeur" ou Mood Spectrum prôné par Cassano et Frank) et le résultat nous paraît désastreux et confusionnel plus qu’autre chose.

  • Toute maladie complexe exige des classifications.
    Tout dépend où l’on fixe le curseur ; exemple du diabète où le curseur est placé à une glycémie à jeune de 1,1 g/L !

    Dans la bipolarité, on ne sait pas si on est face à une seule maladie avec des gradients de sévérité ou à des maladies distinctes mais qui partagent des facteurs en commun (légitimant leur appartenance à un seul label : la bipolarité).

    En l’absence de tests ou d’examens de confirmation, on a recours à 2 types d’indices :
  • Indices "spécifiques" dont la présence suggère la présence d’une affection donnée, comme
  • Lʼhypomanie (quels critères ? symptôme cardinal ? durée de l’épisode ?),
    Les hauts et les bas de la cyclothymie (quelle définition ? quel instrument ? score seuil ?),
    Lʼhistoire familiale de bipolarité (laquelle ? quels informateurs ? qui sera inclus ?),
    Le degré de récurrence dépressive (à partir de quel nombre d’épisodes : 3 ou plus, 5, 10 ?),
    L’âge de début du trouble (début de quoi ? des épisodes, des soins, des symptômes spécifiques)

    Tant de questions qui sont légitimes et surtout nécessaires dans la pratique. Et on comprend pourquoi le DSM-IV a adopté des critères rigides afin d’être au moins clair et spécifique. Cependant les cliniciens savent que cette clarté spécifique ne capte que 10 à 20% des bipolaires et donc attendent des chercheurs et des décideurs (conférences d’experts, de consensus ) des classifications et des critères plus ou moins précis, plus complets, et applicables dans leur pratique.

  • Indices d’interférence ou de "trouble" qui permettent de retenir le fait que le sujet est atteint ou pas (souffrance, détresse, impact sur le fonctionnement) ; mais là aussi comment faire ? il y a des études qui ont révélé que la qualité de vie de certains bipolaires était meilleure que les dépressifs, les dysthymiques voire même les sujets contrôles. Il y a des bipolaires qui sont brillants, créatifs, entrepreneurs, découvreurs. Faut-il tenir compte de ces éléments ? Est-ce que les notions de succès, de célébrité ou de génie sont-elles incompatibles avec celle du trouble psychiatrique ? Je pense que non et mon dernier livre a défendu les liens privilégiés entre la cyclothymie et la créativité (1) . Je sais ce n’est pas le cas pour la majorité des patients bipolaires.

  • On s’imagine bien que la porte est ouverte à toutes les possibilités et les configurations possibles. Selon le Professeur Angst, il convient d’être le plus modeste possible quand on fait des recherches cliniques et épidémiologiques dans ce domaine. Il a l’habitude de dire "ce que j’ai appris c’est de rester ouvert et attentif aux données ; ne retenez pas grande chose de ce que je vous raconte maintenant, car ça pourrait changer demain" !

    Les experts ne chôment pas sur ce point. Chacun apporte ses données, ses études, son opinion et sa philosophie au sujet de la bipolarité. Comme le domaine de la bipolarité est assez large, il y a de la place pour tout le monde, pour les classifications, les hypothèses.

    Ce que je vais tenter de faire dans des posts futurs est de revoir les tendances actuelles dans le domaine des classifications proposées par les "grands" experts de la bipolarité (2) et finir par une classification qui est développée par lʼEBF (comité d’experts européens). Je sais que ce n’est pas une tâche facile mais qui vaut la peine.

    (1) La Cyclothymie pour le Pire et pour le Meilleur. Robert Laffont, avril 2008
    (2) cf post "Spectre Bipolaire selon Hagop Akiskal"