Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Qu’est ce qu’on entend au fait par Cyclothymie ?

1/01/2010

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Cyclothymie

Les manuels de psychiatrie définissent la cyclothymie. Mais quʼen est-il de la réalité clinique ? Que deviennent les patients cyclothymiques ?
Quand on parle de cyclothymie, on pense à :
  • Plus de variabilité de l’humeur et des cognitions par rapport aux non-cyclothymiques (Depue et al., 1981; Lovejoy & Steuerwald, 1992)

  • Rôle fondamental des humeurs dans le développement et l’évolution du trouble de la cyclothymie, auparavant considérée comme une personnalité (cycloïde) pour devenir un trouble thymique (dans le DSM-III ; Russell & Carroll, 1999). Kraepelin (1921) faisait référence aux alternances des humeurs dans le contexte des expériences proches de la manie et la dépression :
    - d’expériences à prédominance exaltée et joyeuse avec des sensation de force et de capacité à travailler et une tendance à être plus irritable, intolérant, insatisfait et fault-finding.
    - d’autres expériences dominées par des sensations profondes d’abandon, de tristesse et de désespoir lugubre, anxiété, agitation, tension, solitude, aucune envie, désintérêt

  • Comprendre le concept de "Cyclothymie"


    Il convient de se retourner à la "personnalité cycloïde" de Kretschmer (1936). Selon Brieger & Marneros (1997), le débat est encore ouvert et les définitions du trouble cyclothymique dans DSM-IV et de Cyclothymie dans la CIM-10 ne correspondent pas

  • comme une forme des troubles bipolaires obligeant les sujets à vivre des changements brusques et cycliques des comportements et des émotions mais sans atteindre les niveaux de sévérité ou d’intensité de la maladie maniaco-dépressive. (Akiskal, 1996 ; Hantouche et al, 2003). On accepte qu’un individu soit classé cyclothymique quand il présente des dérèglements biphasiques des niveaux d’énergie dʼactivité et dʼhumeur. Donc, tout est à minima : hypomanies, dépressions, états mixtes, le tout dans une "circularité", sans intervalles libres, au moins au début du trouble (notion fréquemment signalée par les patients bipolaires adultes quand ils décrivent leur enfance et adolescence)


  • comme une "prédisposition" servant de tremplin pour le développement d’un trouble thymique (Howland & Thase, 1993; Akiskal, 2001). Tout comme une personnalité pathologique mais ce n’en est pas une selon les critères de la CIM-10 (selon la conception de Kretschmer). Là, le concept de "tempérament à risque" trouve sa place. Ce qui signifie que la cyclothymie a des degrés variables qui vont du normal au pathologique. Mais dans tous les cas de figure, elle imprégne sa signature sur le style émotionnel et de vie de la personne ainsi que sur le trouble bipolaire qui en dérive (par exemple séparer les BP-II cyclothymiques des BP-II épisodiques)


  • Définition de la cyclothymie dans le DSM-IV


    La cyclothymie est classée dans les troubles bipolaire, après le trouble BP-I et BP-II. Ce trouble doit répondre aux critères suivants :
    1. Plusieurs phases d’hypomanie et de dépression, sur une période d’au moins de 2 ans
    2. Absence de période d’humeur normale dépassant la durée de 2 mois
    3. Absence d’épisodes de dépression majeure, de manie ou d’état mixte au cours des deux premières années du trouble
    4. Les symptômes ne sont pas attribuables à un trouble psychotique ou schizophrénique
    5. Les symptômes ne sont pas dus aux effets de médicaments, des drogues illicites ou d’une affection somatique
    6. Présence d’une détresse significative ou interférence de la vie de tous les jours â cause des signes de la cyclothymie.


    Cette définition paraît à première vue logique et utile, mais totalement loin de la réalité clinique et surtout basée sur aucune étude clinique, donc aucune validation et sans références historiques aux experts qui ont compris cette affection.
    Cette définition ne parle pas de "prédisposition", ni de tempérament : elle laisse croire que c’est une forme "light" lors des 2 premières années de la maladie avec des intervalles libres qui ne doivent pas dépasser la durée de 2 mois. Là, on constate l’aspect "artificiel" de cette classification. Cela dit, il y a eu des enquêtes épidémiologiques qui ont utilisé les critères du DSM-IV pour évaluer la prévalence de la cyclothymie. Selon la synthèse du Pr Angst, le taux serait environ de 5% dans la population générale.


    La Cyclothymie dans la CIM-10 (F34.0)


    La Cyclothymie est rangée dans la rubrique "Troubles de l’Humeur (affectifs) persistants".
    Il s’agit des troubles persistants et habituellement fluctuants, dans lesquels la plupart des épisodes individuels ne sont pas suffisamment sévères pour justifier un diagnostic d’épisodes hypomaniaque ou d’épisode dépressif léger.
    Toutefois étant donné qu’ils persistent pendant des années et parfois pendant la plus grande partie de la vie adulte du sujet, ils entraînent une souffrance et une incapacité considérables. Dans certains cas, des épisodes maniaques ou dépressifs récurrents ou isolés peuvent se surajouter à un état affectif persistant.


    La Cyclothymie correspond donc à une instabilité persistante de l’humeur, comportant de nombreuses périodes de dépression ou d’exaltation légère (hypomanie), mais aucune n’est suffisante pour justifier un diagnostic de trouble bipolaire (F31) ou de trouble dépressif récurrent (F33).
    Le trouble se rencontre fréquemment dans la famille des sujets ayant un trouble affectif bipolaire et certains sujets cyclothymiques sont eux-mêmes atteints antérieurement d’un trouble affectif bipolaire.
    Synonymes ou troubles apparentés :
    - Personnalité Affective
    - Personnalité Cycloïde
    - Personnalité Cyclothymique

    Le DSM-IV ainsi que la CIM-10 admettent que la cyclothymie (trouble) peut s’associer ou évoluer vers des syndromes bipolaires majeurs, notamment le trouble BP-II. Dans le territoire de la cyclothymie, la CIM-10 accepte le fait que les entités de personnalité cycloïde ou affective soient incluses. Mais peut-on imaginer que la cyclothymie soit un état final du trouble bipolaire, une forme résiduelle chronique de bipolarité. C’est possible à condition que cet état d’instabilité soit absent dans les phases précoces du trouble. Cet état est visible dans les cas de bipolarité secondaire à un abus chronique de stimulants.

    Bilan


    Actuellement, la "Cyclothymie" figure dans la CIM-10 parmi les "Troubles Affectifs Persistants" (F 34.0) et dans le DSM-IV au sein des "Troubles de l’Humeur Bipolaires" (avec des critères précis d’intensité et de durée).
    Donc, en opposition avec les partisans des constitutions, les manuels actuels de classification ont adopté en quelque sorte un retour aux conceptions unitaires des auteurs français du XIXème siècle, décrivant au sein des formes majeures (folies circulaires et à double forme) des variantes frustes et atténuées.

    Les données cliniques et épidémiologiques récentes sont en faveur d’un continuum entre le "tempérament Cyclothymique" (ou réactivité endogène marquée par une labilité émotionnelle constitutionnelle à début précoce) et le spectre des troubles bipolaires.
    Dans ce sens, la dichotomie entre "constitution" versus "trouble atténué ou fruste" ne semble plus être utile pour comprendre la cyclothymie.
    De plus, les définitions de l’hypomanie et de la cyclothymie proposées dans le DSM-IV s’avèrent être insuffisantes pour cerner la globalité du spectre bipolaire et inadaptées pour explorer la valeur psychopathologique de la bipolarité discrète (ou "soft bipolarity").



    Quelque soit la définition, la cyclothymie crée un chaos dans la vie personnelle et trouble l’ensemble des domaines de la vie.
    Dans ces oscillations continuelles, les sujets ne savent plus ce qu’ils attendent d’un jour à un autre. Il n’y a aucune projection dans l’avenir ; ils sont condamnés à vivre le jour le jour, sans aucun projet durable, stable.



    Cliniquement parlant, on peut admettre la Cyclothymie comme une forme bipolaire sub-syndromique, probablement une variante du trouble BP-II.
    Ce trouble BP-II est essentiellement fait :
  • d’épisodes dépressifs récurrents (avec des signes d’atypicité) avec des phénomènes de switching,

  • d’instabilité émotionnelle,

  • d’épisodes d’hypomanie,

  • d’une biographie orageuse et des traits de tempéraments cyclothymiques, attractifs et flamboyants.


  • Le passage de la cyclothymie vers un trouble BP-I est possible mais exceptionnel (Strober & Carlson, 1982; Akiskal et al., 1983; Akiskal, 2003).


    En revanche, la conversion de la dépression unipolaire vers le trouble BP-II est de 11% et expliquée majoritairement par la présence de traits cyclothymiques dans le tempérament.


    avril 2012


    Définition de la cyclothymie
    Quand la cyclothymie se cache derrière lʼanxiété
    Les hypomanies et la cyclothymie
    Les dépressions cyclothymiques : de Hecker à aujourd’hui
    Dix commandements pour le diagnostic de la bipolarité