Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Enfin, libérée de mes TOCs en 1 mois de traitement

23/02/2012

Témoignages > Se soigner

Si une cyclothymie non détectée, ne se cachait pas derrière mes TOCS, le traitement de mon TOC aurait été efficace.
J’ai 40 ans et cela faisait plus de 15 ans que je souffrais de TOCS de superstitions, et de pensées intrusives, handicapant nettement ma vie et pouvant me faire perdre jusquʼà plus de 3 heures chaque jour dans les rituels et les ressassements. Sans compter les jours et les semaines de dépression causés par cette maladie...
J’ai consulter 5 psychologues et psychiatres avant d’être suivie au CTAH.
Si jʼécris ce petit mot aujourdʼhui cʼest bien sûr pour remercier ceux qui ont soulagé ma maladie. Mais également pour donner ou redonner de lʼespoir à certains, qui comme moi, traversent la maladie ou connaissent quelquʼun dans ce cas.
Il existe aujourdʼhui des solutions et des traitements pour soulager nos souffrances. Je nʼy croyais plus moi-même mais le traitement actuel m’a guéri des TOCS en a peine 1 mois. Et jʼespère humblement à mon niveau encourager certains à se libérer de leur mal, à leur tour.

Un aperçu de mes TOC


Ils se sont développés à 26 ans, avec le besoin de toucher un objet pour annuler une pensée de catastrophe, « de peur que cela ne se passe pas bien avec l’homme avec lequel je sortais. Puis c’est passé sur moi, mes projets, mon fils. Je lis un truc important pour mon projet, le téléphone sonne, je décroche et mon cerveau me dit que si cela se trouve je n’aurais pas dû décrocher car cela va avoir un impact, donc je m’imagine la scène et je me la refais dans la tête sans décrocher, pour annuler ce qui a été fait, de peur que le projet n’échoue.
En fait j’ai 3 remémorations :
  • dans la première je me remémore l’action telle qu’elle a eu lieu,

  • dans le seconde je l’annule,

  • et dans la troisième je refais la première mais en acceptant que ça ait eu lieu en trouvant un impact positif, et tout cela avec des images très précises et nettes.

  • Cela peut porter sur tout et n’importe quoi. Si je regarde mon fils, et que quelque chose appelle mon attention, je vais me refaire aussi les remémorations de peur que mon fils ne devienne laid. Idem avec la peur qu’une journée se passe mal ». Les TOC seraient en dents de scie sans période de disparition, et les traitements ne seraient pas efficaces : 10 ans de Zoloft, sans effet.
    J’avais un retard de lecture par rapport aux autres enfants, et j’étais de simple condition dans une école bourgeoise. J’ai fait de l’hyperphagie à l’adolescence, pendant un an car j’étais anxieuse et pas confiante en moi. En raison d’un manque de confiance en moi, j’avais l’impression de ne pas y arriver dans la vie, de n’être bonne à rien. Ainsi, j’ai déprimé pendant plusieurs mois, et je me suis soignée avec des projets. Une seconde dépression est survenue à 26 ans suite à une rencontre affective compliquée et surtout avec l’arrivée des TOC. Cet épisode a duré 4 ans et reviendrait par moment. Actuellement, le moral serait bon en raison de projets. Enfin, j’ai fait une dépression en post-partum d’un mois à 38 ans, et aurait des phases plus intenses de dépression en hiver.
    Je crois que je suis une grande timide ; je redoute le jugement des autres, et je me dévalorise souvent quand je me compare aux autres et constate qu’ils ont mieux réussi que moi.
    Dans ma famille, mon père est une personne mélancolique ayant souffert de TOC de vérification ; ma tante maternelle a eu des soucis de thyroïde, et une sœur qui a souffert de TOC de propreté. Ma sœur présente également des soucis de thyroïde.

    Bilan médical


    Son bilan psychométrique montre un score à la Y-BOCS qui est faible, non pas parce qu’elle a peu d’obsessions mais parce qu’elle résiste systématiquement à l’envie de ritualiser
    En revanche, elle obtient sur le tempérament cyclothymique un score élevé (18/21), sur le tempérament dépressif (12/21) et sur tempérament irritable (13/21) - Sur l’auto questionnaire d’hypomanie CLH-20 elle obtient 10/20 et sur CLH-32 une note de 22/32.
    L’entretien initial met en évidence une hypersensibilité et hyperréactivité émotionnelles, une hypersensorialité, une hypersensibilité à la critique et au rejet. « Je présente des oscillations permanentes et brusques de l’humeur depuis ma seconde dépression à 26 ans et le début des TOC, car avant j’étais linéaire en mélancolie. Ces oscillations surviennent sans déclencheur, avec impact sur les sphères motivationnelle, relationnelle et professionnelle.
    Mme C. pense être de nature impulsive, anciennement colérique, avec des oscillations d’humeur dans la journée, principalement vers le bas. « Mon conjoint me dit que je suis hyperactive malgré la mélancolie, je sens que j’ai une énergie débordante, j’ai l’impression que mon vrai tempérament est l’hyperactivité mais que la mélancolie le bloque. J’essaie de rester sur le canapé mais ce n’est pas mon truc ».

    Lors de la deuxième séance (fin sept 2011), le diagnostic de cyclothymie a été bel et bien confirmé (score de 31/50 sur le test BP-Cyclothymie) avec un niveau élevé de réactivité (63/90) et d’intensité (69/90) émotionnelles. En fonction de ce bilan, le traitement à base de Zoloft 50 mg a été modifié avec instauration d’une combinaison à faibles doses de Dépakine (250 mg) + Abilify (2,5 mg) et Prozac (10 mg).
    La séance de nov 2011 (2 mois plus tard) montre une nette évolution avec une réduction des TOC – qui se confirme lors de la séance de février 2012.

    Finalement


    Ce témoignage montre l’importance de dépister les indices de bipolarité cyclothymique face à un TOC qui se déclare résistant (10 ans de Zoloft sans effet) et qui évolue en dents de scie (évolution sur un mode épisodique). La combinaison de faibles doses d’un thymorégulateur type valproate avec un ISRS (10 mg fluoxétine) et un dopaminergique (aripiprazol à 2,5 mg) a été capable d’induire une réduction rapide du TOC qui se maintient (après 5 mois du début du nouveau traitement).
    La patiente a également bénéficié d’une prise en charge cognitive et comportementale avec des séances de psychoéducation sur le TOC et ses rapports avec la cyclothymie puis des séances d’exposition et de décalage des rituels cognitifs.

    mars 2012


    Connexion anxiété et trouble bipolaire
    La complexité de la catégorie