Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

04 : Bipolarité atypique du conjoint

30/12/2008

Témoignages > Amour, sexe, couples > Couple bipolaire

Six mois heureux passèrent pendant que les phobies naissaient.
Pendant ce temps, Stéphane avait de grosses douleurs au dos. Il finit par consulter et on découvrit que sa colonne vertébrale s’était fracturée en deux endroit. Il fallait pratiquer une opération lourde : elle durerait environ huit heures, se pratiquerait sur deux jours et on devrait probablement lui ôter une côte pour pouvoir accéder à sa colonne plus commodément.

Il y a quelque chose qu’il faut que je signale. Thierry est mort très subitement. C’était un beau dimanche ensoleillé du juillet. Le matin, nous étions allés nous promener sur un vide-grenier. En début d’après-midi, des amis proches vinrent prendre le café. Puis je me suis allongée sur le canapé du salon pour lire et me suis endormie, pendant qu’il travaillait sur son ordinateur. Quand je me suis réveillée, une heure et demi plus tard, je l’ai trouvé étendu, mort, sur la moquette, devant notre chambre. J’en ai gardé la hantise que ça se reproduise. Pendant très longtemps, j’ai vérifié très fréquemment que Stéphane respirait encore. Cà m’arrive encore, de temps en temps. Très très rarement, maintenant. Mais l’idée de cette opération m’a rendue extrêmement anxieuse. A tel point que j’ai dû arrêter de nouveau de travailler, à mon grand regret. Le site était quasi prêt et devait ouvrir un mois plus tard. Et ma cheffe était tellement frileuse que je craignais le pire. D’ailleurs, il n’a ouvert qu’un an et demi après lol. Moi, je n’ai jamais repris le travail.

L’opération eut lieu le 23 novembre 2005. Stéphane fût maintenu en sommeil artificiel pendant 5 jours, pour lui éviter les douleurs. C’est un brun aux yeux noirs à la peau extrêmement blanche. Je vous laisse deviner l’effet produit par le respirateur et son corps immobile. Le sixième jour, il se plaignit à moi du bruit de l’orchestre, de l’équipe qui faisait la fiesta dans la salle d’à côté. Je lui dis que je n’entendais rien. Tu ne vois pas les jeux de lumière et les fumigènes, me répondit-il ? Devant mes dénégations, il eut cette réplique sèche et définitive : "tu es sûre que tu vas bien dans ta tête ? ".

Un mois plus tard, après la rééducation, il revient à la maison. L’opération avait été une totale réussite. Le chirurgien avait effectué un travail remarquable et avait réussi à redresser la colonne de Stéphane de manière très visible. Nous étions enchantés. Néanmoins, Stéphane n’était pas aussi guilleret qu’il aurait dû l’être. Il présentait des signes d’anxiété certaine. Il était très préoccupé par son épisode hallucinatoire. "Tu comprends, m’avait-il expliqué, ma tête, c’est tout pour moi, puisque mon corps est atteint. Et si je ne peux plus compter sur elle... ?". C’était à mon tour de le rassurer. Je lui faisais remarquer aussi souvent que possible qu’il n’avait perdu aucune de ses capacités intellectuelles. Qui sont remarquables. Si tant est que le QI veuille dire quelque chose, le sien est très élevé.

Stéphane eut de plus en plus de mal à sortir de la maison, devint un agoraphobe. Il n’avait plus trop envie de voir du monde, de répondre au téléphone. Il se mit à cocooner. Il perdait son énergie, négligeait son ordinateur, s’intéressait moins à l’actualité, bref, présenta tous les signes d’une dépression. Il n’avait pas d’idées noires pour autant, il se retrouva dans le même état que moi : dépression sans la souffrance qui va avec. Nous allâmes consulter mon généraliste, un type très bien qui connaissait, en plus, la bipolarité car il suivait une patiente atteinte (qui refusait les soins, pauvre de lui). Nous consultâmes pour dépression, bien évidemment, le profil de Stéphane n’a rien à voir avec celui d’un bipolaire. Le docteur D. lui prescrivit un antidépresseur.

juin 2012