Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

12: Lien avec mon caractère perfectionniste ?

21/11/2010

Témoignages > Bipolarité > Ma dépression

Le premier souvenir est cette obsession de toujours dire la vérité â mon entourage et avouer mes fautes...
Jʼai aussi des souvenirs beaucoup plus vagues remontant â plus loin encore. Le premier est cette obsession que jʼavais étant petit de toujours dire la vérité â mon entourage, ne jamais mentir et toujours avouer mes fautes, quelles quʼelles soient. Jʼen ai discuté très récemment avec ma mère et celle-ci pense que les cours de catéchisme que jʼai suivi pourraient mʼavoir marqué sur certains points, dont celui-ci. Le lien avec mes obsessions de lʼordre et de lʼhygiène semble â première vue difficile â établir, mais en creusant un peu, je me rends compte que le lien pourrait justement être très fort: si je panique aujourdʼhui lorsque quelque chose que je ressens comme gênant mʼarrive, la culpabilité qui me gagne alors me laisse le sentiment que je ne mérite pas lʼamour et la sympathie de mes proches, que je ne suis quʼun taré doublé dʼun bon â rien. Je me dis: ? si seulement ils connaissaient la vérité, ils ne me considéreraient pas de cette façon, ils sauraient que ce nʼest quʼune façade et quʼen réalité jʼai des choses â me reprocher. ? Cʼest un peu comme si je mʼen voulais de ne pas dévoiler â tout le monde absolument tout de ma vie privée, que lʼimage que jʼai de moi-même nʼétait pas en accord avec celle que je laisse percevoir aux autres et que par conséquent, je leur mens. Il mʼétonnerait fort que ce sentiment nʼait aucun lien avec cette obsession que jʼavais de dire la vérité lorsque jʼétais gosse.
Enfin, il y a cet événement traumatisant de ma petite enfance, lorsque je me suis fait violer. Tout ce dont je me souviens et ce que mes parents mʼen ont rapporté, cʼest que ? le grand Vincent ?, fils de ma nourrice, nous avait forcés ma s?ur et moi â lui faire des caresses buccales sur le sexe, que jʼavais dit â ma mère un soir en rentrant quʼil était arrivé quelque chose de mal mais que je nʼavais pas le droit dʼen parler, et que cʼest ma soeur qui avait fait un soir éclater la vérité lorsque elle avait dit en mangeant une banane: ? Oh! On dirait le zizi du grand Vincent! ?. Cela me fait bizarre dʼy repenser et encore plus de lʼécrire noir sur blanc, car les souvenirs sont si confus que cela me semble presque irréel. Je garde seulement une image très floue du grand Vincent installé dans le canapé du salon, baissant son pantalon et nous obligeant â faire ce quʼil demande, tout en me menaçant de me frapper si jamais je le répétais â quiconque.

Je ne pourrais pas lʼassurer, mais il est possible quʼil mʼait frappé plusieurs fois pour être certain que je ne répète â personne ce quʼil nous infligeait, ne sʼen prenant pas â ma s?ur car il savait quʼelle était trop petite pour comprendre la gravité de ces actes. Je nʼai jamais pensé jusquʼici que cet événement pouvait avoir un lien avec ma dépression. En effet je nʼy pense jamais, principalement parce que je ne mʼen souviens pas. Ce nʼest ni pour moi ni pour ma s?ur un événement particulièrement marquant, sûrement parce que nous étions trop petits et que ça nʼa pas duré longtemps. Quoi que, â la différence de ma s?ur, je savais pertinemment que ce quʼon nous infligeait nʼétait pas normal. Ce qui est sûr en tout cas, cʼest que cet événement est beaucoup plus marquant pour mes parents, et quʼâ lʼépoque ils mʼont fait promettre de ne plus jamais leur cacher de telles choses, quʼil fallait que je parle si quelque chose nʼallait pas, quʼils feraient le nécessaire pour me protéger même si je me sentais menacé mais que pour cela, je devais leur parler. De cela aurait pu naître en moi lʼidée que je ne dois rien leur cacher, au sens propre du terme, ni â eux ni aux autres, et que cela ait évolué en un besoin permanent de dire la vérité pour mon propre bien-être. Cʼest une théorie purement spéculative, mais ça tient tout â fait la route, même si jʼai du mal â faire le lien avec mes obsessions de lʼordre et de lʼhygiène. Je rattache plutôt ces dernières â mon caractère perfectionniste, qui est un des traits de ma personnalité mais qui ne mʼont jamais empêché de vivre normalement par ailleurs. En effet, jʼai toujours été quelque peu maniaque pour de nombreuses choses, mais rien de bien embêtant et cela ne mʼa surtout jamais empêché de vivre en accord avec moi-même. De plus, ce besoin de dire la vérité constamment nʼexiste plus aujourdʼhui, et jʼai compris depuis bien longtemps que le mensonge aide â se sortir de bien des situations dans la vie.

Alors, quelles conclusions tirer de tout cela? Peut-être ma dépression a t-elle un lien avec ce caractère perfectionniste et maniaque sur les bords, ou peut-être avec lʼimportance que jʼaccordais â dire la vérité dans mon enfance? Peut-être les deux â la fois, ou lʼun qui influe sur lʼautre? Mais peut-être également cela nʼest que purement biologique, ce qui dans ce cas signifierait que seuls des médicaments peuvent mʼaider â vivre normalement? Ce ne serait pas étonnant vu que ma grand-mère maternelle est maniaco-dépressive depuis des années, que mon père est de nature plutôt anxieuse et que ma mère est un peu maniaque sur les bords elle aussi. De lâ â dire quʼils ont déteint sur moi, il nʼy a quʼun pas.

Quoi quʼil en soit, je considère aujourdʼhui que je nʼai pas souffert tout ce mal pour rien, que je mérite de mʼen sortir définitivement, de vivre épanoui ma vie dʼadulte et de mettre toutes les chances de mon côté pour mener â bien mes projets futurs. Et Dieu sait quʼils sont nombreux. Et quʼils font que je me sens vivant, plein dʼentrain lorsque je vis normalement. Jʼai dʼailleurs lʼimpression que paradoxalement, depuis que je suis tombé malade, les phases longues de rémission qui mʼont permis de limiter considérablement les dégâts, ont été parmi les plus épanouissantes de ma courte vie. Jʼen viens parfois â me complaire dans lʼidée que je suis tombé malade pour évacuer ce qui mʼempêche de vivre en toute confiance et sérénité en lʼavenir. Que ce que jʼai décrit tout au long de ces pages était nécessaire, que sans la maladie un certain poids aurait continué â peser sur ma vie dʼadulte. Je suis prêt aussi â accepter que cʼest une maladie dʼorigine génétique, avec laquelle je devrais vivre jusquʼâ la fin de mes jours, â suivre un traitement pharmaceutique toute ma vie pour limiter les dégâts, mais je veux quʼon me diagnostique ce quʼil faut, quʼon me traite comme il faut de façon â stabiliser mon humeur, â vie sʼil le faut. Je veux me sortir de cette dépression qui nʼen finit pas, et par lâ même mettre toutes les chances de mon côté pour réussir dans la vie! Jʼestime que par cet écrit, jʼai fourni le travail le plus abouti qui soit et que jʼai prouvé â mon entourage, â mes médecins et â moi-même que je suis plus que déterminé â mʼen sortir. Je ne veux pas dʼun ? déclic provisoire ?, comme ceux qui mʼont permis de reprendre une vie normale par le passé. Car jusquʼâ présent, jʼai lʼimpression que je nʼai fait que ? refermer le couvercle ? provisoirement. Je ne veux pas vivre en sursis. Je veux une solution définitive, et si elle nʼest toujours pas â ma portée alors que je finis dʼécrire ces lignes, alors je ne peux définitivement plus compter que sur lʼaide des médecins pour mʼen sortir...