Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

42 : fin de la thérapie 1/2

1/01/2009

Témoignages > Cyclothymie > Chroniques d’une cyclothymique

HORREUR.

Il ne me parle plus. Il ne répond plus â mes appels ni â mes textos.

J’ai pourtant laissé passer du temps avant de le rappeler, mais il ne semble pas disposer â me pardonner. Mais qu’ai-je donc fait de si terrible ? C’est vrai que j’ai peut être été insistante mais de lâ â me zapper comme ça ! Je ne le comprends pas. C’est dégueulasse.

Hier, â bout de force, j’ai envoyé ce qu’il faudrait être le dernier texto avant que lui ne me rappel. Je lui ai dit que son silence m’inquiétait, que j’espérais que ça allait. Il n’a pas répondu bien sûr.



Je ne veux pas revenir en arrière ! Je suis dans la même situation qu’il y a deux ans, mon DIEU !

La seule solution serait que ma mère l’appelle comme avant, mais ce serait vraiment too much. Je ne veux pas passer pour une psychopathe. Mais c’est la seule solution qu’il me reste. Pour comprendre.

Non, je ne veux pas qu’il ne veuille plus me voir. On n’a pas fait tout ce chemin pour en arriver lâ ! Je me suis battue pour qu’on se revoit et voilâ le résultat ! Revenus â la case départ ! Non, pitié, non. Je ne peux pas supporter l’idée de ne plus le voir, de provoquer de l’animosité en lui. Et je sais que c’est ce que je provoque, une hostilité.



A la thérapie, on me dit de lâcher prise. Je sais que c’est la meilleure des solutions, mais j’y arrive pas. C’est pas que je ne le veux pas, c’est juste tellement difficile.

Sinon, nous avons appris que « douter c’est la preuve qu’il ne s’est rien passé » dans le TOC. Car si le cerveau balance de l’angoisse c’est qu’il a repéré qu’il y a un rituel que je peux faire.

Donc il faut foutre en l’air le rituel.

Il faut également arrêter les évitements donc « penser volontairement au pire » S’habituer â ne plus bloquer les images quand elles viennent.

Le doute n’est pas logique, le doute est émotionnel. Quand on arrête les rituels, il y a arrêt du doute.



Quelques instants de répit occasionnés par une réponse de Jacopo â mes nombreux appels. Il s’est excusé du manque de news et m’a dit qu’il m’appellerait bientôt pour sortir et me rendre un dvd.

Depuis, je suis soulagée. C’est fou, il ne me faut pas grand chose. Je sais que plus le temps va passer plus ma confiance va s’amenuiser. Mais bon, en thérapie ils m’ont dit que j’avais le droit de craquer et de rappeler â condition d’envoyer un message neutre.

Pour le moment, je me sens assez forte pour ne pas craquer justement, et le laisser m’appeler comme il l’a dit.

Bientôt Noël, déjâ un an que l’on se revoit. C’est fou comme le temps passe vite loin de lui.

J’arrive â la fin de ma thérapie, et je dois dire qu’elle a été efficace. J’ai les armes pour combattre le TOC même si le combat n’est pas gagné.

Quelques nouvelles stratégies :

Lorsqu’un Toc arrive, essayer de dire : tu verras ça plus tard, ça n’est pas d’actualité, on s’en fout, c’est de la rumination.

La culpabilité qui m’assaille et me tord les boyaux, je dois me dire et garder en tête qu’elle est chimique.

Ne pas réagir dans l’urgence pour Jacopo, la nostalgie ne justifie pas la fixation sur lui.

Je sais que mes conseils sont éparpillés, mais ils sont un peu comme moi, â mon image !

J’aimerais parler de ma « bête ». Oui, ma « bête ». Mon chat. J’ai de plus un plus une relation fusionnelle avec lui. Parfois je me demande si je ne suis pas moi même un animal pour avoir autant de facilité â communier avec lui. Je l’embrasse, je le caresse, c’est sensuel. Il me pelote le ventre ou les seins avec ses petites pattes et entame un ronron apaisant. Chaque fois que je gagne mon lit, c’est-â -dire très souvent en ce moment, il me rejoint et nous faisons ce que j’appelle « l’Amour ». C’est asexué mais c’est tellement plein d’affection. Il compense un vide énorme et je me fous de tous ceux qui trouveront cela stupide. Je plaindrais ces gens lâ de ne pas connaître au moins une fois une osmose aussi belle et sincère que celle lâ .



Je n’ai pas de mec, pas d’enfant, j’ai juste un chat et pour le moment c’est bien comme cela.

Il faut que j’arrive â me dire que tout vient en son temps.

Car il paraît que je suis trop dure avec moi-même. Il faut que j’accepte la dépression. Que je me donne du temps, même si j’ai le sentiment qu’elle persiste depuis trop longtemps.

Le but est de faire baisser la culpabilité.