Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Rythmes circadiens et bipolarité

1/01/2009

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Rythmes

Comment les rythmes circadiens peuvent-ils entrer dans le traitement de la bipolarité et de la cyclothymie ?
Post rédigé par le Dr Vanessa MILHIET
(récemment en activité de consultante au CTAH - en collaboration avec le Dr Hantouche


Qu’en est-il des rythmes circadiens dans le spectre du trouble bipolaire


Les mécanismes qui sous-tendent l’association entre les altérations des rythmes circadiens et les trouble de l’humeur restent encore peu clairs. Les études scientifiques actuelles donnent des pistes de réflexion et de compréhension :
  • Le trouble du sommeil est le plus commun prodrome (symptôme annonçant la maladie) de manie et un des six plus communs de dépression dans le trouble bipolaire (Jackson et al., 2003)
  • Entre les épisodes thymiques, le cycle veille/sommeil reste perturbé a minima chez les patients bipolaires avec un endormissement plus difficile, des réveils nocturnes plus fréquents (Millar et al., 2004 ; Jones et al., 2005)
  • Les sujets bipolaires présentent un chronotype (profil de sommeil) significativement plus vespéral que les sujets témoins, c’est à dire que les bipolaires ont davantage un rythme veille-sommeil du type "coucher tardif et difficultés à se lever tôt" (Mansour, Wood et al.,2005) par rapport à des sujets contrôles
  • Les zeitstorers peuvent induire des épisodes maniaques : privation de sommeil (Wehr et al., 1987), voyages transméridiens (Jauhar et al., 1982), perturbations des rythmes sociaux (Malkoff-Schwartz et al., 1998)
  • Les sujets bipolaires auraient une hypersensibilité à la lumière, ce qui impliquerait des taux plasmatiques nocturnes de mélatonine plus bas (Nurnberger et al ., 2000)
  • Certains neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l’humeur (sérotonine, dopamine, noradrénaline ) et l’expression de leurs récepteurs sont contrôlés par un cycle circadien (Mc Clung, 2005)
  • La privation de sommeil (patient que l’on empêche de dormir, en situation très contrôlée) peut faire passer un patient bipolaire déprimé en phase hypomane (6% des cas) voire en phase maniaque (5% des cas) (Colombo et al., 1999)
  • Au contraire, un traitement par l’obscurité ("dark therapy") peut améliorer significativement les symptômes maniaques (Barbini et al., 2005)
  • Un traitement par sels de lithium (régulateur de l’humeur) pourrait avoir des effets sur les rythmes circadiens. Il inhiberait l’expression du gène GSK-3β (glycogen synthase kinase 3 béta), gène impliqué dans l’horloge biologique cérébrale (Gould et al., 2005). Ces résultats méritent d’être confirmés et répliqués.
  • Plusieurs études d’association génétique suggèrent que certains polymorphismes (variation de l’ADN) de gènes horloge sont plus fréquents dans le trouble bipolaire que dans la population générale (Kato et al., 2007)

  • Les gènes clock pourraient donc constituer des facteurs de vulnérabilité génétique au trouble bipolaire (McClung 2007). Ces résultats nécessitent d’être répliqués et des équipes en France et dans le monde s’y impliquent.

    Reste à clarifier quelle part des troubles du rythme circadien a une signification étiologique et quelle part de ces troubles est une conséquence du comportement altéré.

    Le sommeil des enfants-adolescents atteints de troubles bipolaires (études américaines) paraît également très perturbé : environ 40% rapportent des troubles du sommeil, en particulier un retard de l’endormissement (Geller 2003 ; Faedda 2004 ; Lofthouse 2007).

    Quelles sont les applications thérapeutiques dans le trouble bipolaire à l’heure actuelle


    Les nouvelles connaissances sur les troubles circadiens dans les troubles du spectre bipolaire permettent de nouvelles approches, ceci en complément des traitements pharmacologiques (thymorégulateurs et traitements adjuvants) :

  • Programmes de psychoeducation (Francesc Colom et Eduard Vieta, 2005) :
  • La psychoéducation, réalisée en groupe de patients, s’est particulièrement développée en France, même si son accessibilité reste inégale sur le territoire. Basée sur l’information du patients sur la maladie, elle a prouvé son efficacité en diminuant le risque de récidive et de rechute et en améliorant la qualité de vie. Certaines séances sont particulièrement ciblées sur les signes précoces devant alerter sur une possible rechute thymique et sur l’importance de la stabilité du sommeil.

  • IPSRT (Interpersonal and Social Rythm Therapy) développée par le Docteur
  • Ellen Frank 2005 (Université de Pittsburgh, Etats-Unis) :
    Il s’agit de l’association d’une thérapie interpersonnelle (individuelle) associée à une thérapie basée sur les rythmes sociaux. L’IPSRT pourrait se révéler efficace comme stratégie de stabilisation de l’humeur au long cours si elle est appliquée en phase stable mais aussi en phase dépressive (Swartz,2009). Ces premiers résultats encouragent très fortement une évaluation à plus grande échelle et son développement en France.

  • Conseils de resynchronisation en entretiens psychiatrique ou psychologique :
  • se lever tous les jours à la même heure, éviter les siestes prolongées, établir un calendrier de sommeil

  • Luminothérapie : doit être appliquée par un professionnel. Très développée
  • dans les dépressions de la femme enceinte et les dépressions saisonnières, le risque d’un virage de l’humeur chez les patients bipolaires ne doit pas être négligé et nécessite un suivi rapproché si l’indication est posée.

  • Mélatonine exogène (délivrée en préparation magistrale en France) n’est pas validée comme traitement du trouble bipolaire en l’état actuel des connaissances.

  • Privation de sommeil utilisée dans certaines études (en condition de laboratoire) ne suggère en aucun cas que la privation de sommeil est conseillée pour guérir de la dépression bipolaire ! L’amélioration est souvent transitoire et peut s’accompagner d’un virage de l’humeur. Cependant des études tentent actuellement d’évaluer, pour certaines indications et dans certaines conditions, des protocoles de privation partielle et d’avance de sommeil avec luminothérapie chez des patients bipolaires sous lithium (Wu et al., 2009).

  • A l’heure de l’AMM européenne (autorisation de mise sur le marché) dans l’indication des épisodes dépressifs majeurs de l’agomélatine, nouvel antidépresseur à double mécanisme d’action novateur (antidépresseur mélatoninergique et antagoniste des récepteurs sérotoninergiques 5-HT2c), se pose la question de l’utilisation de cet antidépresseur lors de phases dépressives résistantes chez des patients bipolaires ou cyclothymiques, ceci en traitement adjuvant d’un thymorégulateur. Ainsi l’étude de Calabrese (2007) suggère l’intérêt de l’agomélatine en traitement complémentaire d’une dépression chez des patients bipolaires de type I sous thymorégulateurs (sels de lithium ou valproate de sodium), sans exclure le risque de virage hypomane ou maniaque. Des études sur de plus grandes cohortes avec des profils divers du spectre de l’humeur sont indispensables
  • février 2012


    Rythme circadiens : comprendre
    Les secrets d’un bon sommeil : il n’y a pas de mystère !
    Des gênes et des thérapies pour stabiliser les bipolaires et les cyclothymiques