Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction

1/01/2009

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M

Lundi 16 février 2009

07h59




Je suis arrivée très tôt au travail pour je ne sais quelle raison car je ne suis pas submergée de boulot aujourd’hui, sans doute pour ne pas tourner en rond au lit.

Comme je me suis ennuyée ce week-end ! J’arrive â lire dans le métro alors que je ne suis plus capable d’ouvrir un livre chez moi, rajoutez â cela que je suis très casanière, que sortir me demande toujours autant d’efforts, que je suis rarement d’humeur pour voir quelqu’un et vous obtenez une fin de semaine pitoyable. Je suis habituée â ce rythme depuis gamine et pourtant je ne cesse d’espérer que tout ceci évoluera tôt ou tard.

La baisse de lithium ne fait toujours pas effet, encore un coup d’épée dans l’eau. A vrai dire, je ne recherche pas spécialement l’hypomanie mais juste un peu plus d’espace pour "évoluer" car je me sens â l’étroit dans cette vie ci. Je me contente du traditionnel "boulot, métro, dodo" ce qui suffit déjâ â me fatiguer. Je n’arrive plus â faire de la place pour la philosophie. C’est tout â fait naturel comme dirait ma mère. Reprendre une activité professionnelle après des années d’errance demande un temps d’adaptation que j’ai un peu de mal â accepter bien que travailler contribue â une certaine stabilité. J’ai beau avoir conscience de tout ceci, j’ai la sensation que je vais rester coincée ad vitam eternam dans cet état larvaire, je n’arrive plus â me projeter dans un futur plus stimulant.

Je ne pense pas être mélancolique, seulement une impression d’être hors de la vie, insatisfaite de moi-même, â la recherche d’une stimulation qui me fasse me propulse au-delâ de mes limites dans le quotidien car ce n’est pas demain que je défierai l’apesanteur en parachute.



Le cannabis ne me fait presque plus d’effet. Je ne fume pas exagérément pourtant. La prise de neuroleptiques depuis tant d’années serrait-elle â l’origine de ce changement ? Rassurez-vous, je ne vais pas chercher une autre drogue de substitut, j’en ai trop peur et je ne recherche plus les sensations fortes car elles ont le don de réveiller mon TOC et je ne veux plus revivre les bouffées délirantes, ni même une crise d’angoisse. Par contre, ce qui me fait tiquer c’est que je n’ai plus de quoi me soulager en cas de grande souffrance psychique car les médicaments n’ont pas d’action en pareille situation. Ils se limitent â me faire dormir pour m’anesthésier. Et encore, je dois combiner deux médicaments pour y arriver.



Mardi 24 février 2009

07h49




Ca fait trois jours que je craque sur la nourriture, j’ai plus de mal â jeûner que les années précédentes, sans doute parce que je travaille j’imagine. Ca me met le moral en bémol de voir la balance stagner.

On ne me met aucune pression au boulot et pourtant j’en fais deux fois plus que les autres : perfectionnisme ou comment se stresser pour rien. Tout est source d’angoisse pour moi. Rien que de sortir de chez moi après m’y être confinée 24 heures suffit â ce que ce soit paniquant de sortir. Rencontrer une personne nouvelle m’angoisse tout autant et j’en passe des meilleures et des plus ridicules. Une vie de stress dans un monde apeurant : bingo et bienvenue !

J’ai prévenu quelques collègues que j’étais bipolaire pour éviter les mauvaises surprises. La compréhension est au rendez-vous, ça me permet de traverser les mauvais jours sans culpabilité en donnant un minimum le change, ou bien on m’accorde un jour de repos. Je mesure la chance d’avoir atterri dans un service tolérant. Je crois que ça m’aide â abandonner mes regrets sur mes études interrompues. Il est vrai que j’ai beaucoup enduré les dix dernières années au niveau de la maladie, il est vrai que depuis petite j’ai assumé ma mère et autres chocs, mais il est tout aussi vrai que j’ai été gâtée en amour et bien chanceuse de pouvoir faire équipe gagnante avec vous.



Après deux mois, l’augmentation du marsilid ne donne rien donc je songe â revenir â la dose initiale car inutile d’ingurgiter de la chimie en trop. Il est encore tôt pour se prononcer sur la baisse de lithium mais d’ici notre prochain rendez-vous, j’en saurai plus. Vous me faites confiance sur mes tests en posologie tout comme je prends au sérieux vos explications quand c’est nécessaire. Tout ceci n’a rien de l’automédication ni de l’apprentie sorcière ni même du surf sur le net mais bel et bien d’une excellente communication, de mon implication active et surtout de la confiance.



La confiance, sujet bien épineux pour beaucoup. Elle ne s’acquière que par le dialogue, l’apprentissage de l’autre. Elle est aussi source de liberté, quoi de mieux que de vivre sans la peur du jugement de l’ami et quoi de mieux que de laisser vivre l’autre pour qu’il apporte de l’eau au moulin des sentiments et du quotidien ? Une relation est unique alors je ne vois pas ce qui pourrait rivaliser. Même une infidélité ne peut remplacer l’histoire construite, et l’on peut décliner cet aspect en amitié et probablement dans bien des domaines. C’est pourquoi je ne connais pas la jalousie et que mon couple n’a pas souffert de mes écarts sexuels pendant les périodes hypomaniaques étant donné que Y. partage ce point de vue, je dirais même qu’il m’a aidé â pauser des mots sur ce que je pouvais concevoir sans en faire l’expérience. Par contre, ce qui a été le plus difficile était l’engagement. Ce n’était pas la peur qui me freinait mais la maladie car si je n’étais pas franchement déclarée bipolaire â ce moment, j’avais un comportement d’angoissée et je ne parvenait pas â gérer les changements car â la moindre turbulence je tangue très vite. C’est d’ailleurs pour ça que je prends les rendez-vous longtemps â l’avance pour avoir le temps de juguler l’angoisse d’une nouvelle situation que ce soit pour aller visiter des amis ou bien pour aller chez le dentiste ; alors je ne vous raconte pas lorsque je dois prendre le train ! Je suis capable de le louper en restant sur le quai en pleine crise de panique. Heureusement Y. est toujours â mes côtés pour m’aider â passer le cap.