Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Cyclothymie versus psychose-maniaco-dépressive

7/09/2010
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Concepts / Classification

Pourquoi je préfère le terme ˮCyclothymieˮ à celui de ˮpsychose-maniaco-dépressiveˮ, voir même ˮBipolaireˮ, surtout pour les jeunes patients.
C’était de défendre une idée basique : "cyclothymie" me paraît plus adapté que le terme "psychose-maniaco-dépressive" qui a été longtemps utilisé par les psychiatres puis transformé en "bipolaire" - Ce trouble est, à l’heure actuelle, en souffrance d’être mal défini et donc, mal repéré et reconnu.

Les racines historiques de la cyclothymie sont plus anciennes que la psychose-maniaco-dépressive (PMD). Elle fût développée par un collaborateur de Kahlbaum, Ewald Hecker, en 1889. Un élève de Hecker, Karl Wilmanns reprit en 1906 la question de la cyclothymie. De 1884 à 1906, la signification du mot "cyclothymie" va évoluer. Il ne s’agit pas d’une "folie typique circulaire aboutissant à la démence" mais une forme clinique atténuée de la "folie maniaque dépressive" (définie par Kraepelin).

En France, la cyclothymie aura une autre signification.
Gaston Deny, chef de service de psychiatrie à la Salpêtrière (Paris) sera le premier à exposer la cyclothymie comme un déséquilibre de la sensibilité morale. Il se sépare ainsi de la conception allemande de Wilmanns. Deny affirme "A vrai dire, le mot de cyclothymie ne doit pas servir uniquement à désigner les formes frustes de la PMD. Il s’agit d’une exagération d’une constitution psychique spéciale qui préexiste à l’apparition des troubles et survit à leur disparition.""

Cette constitution psychique est désignée aujourd’hui par "Tempérament Cyclothymique". Le trouble cyclothymique serait une accentuation de ce tempérament :

"La constitution psychopathique désignée aujourd’hui sous le nom de cyclothymie est inséparable de celle des formes frustes ou atténuées de la psychose maniaco-dépressive, PMD, qui n’en sont que le grossissement ou l’amplification. Cette constitution cyclothymique est essentiellement caractérisée au point de vue clinique par des variations et des oscillations continuelles du ton affectif ou de l’humeur qui s’expriment par un sentiment général de bien-être ou de mal-être, lequel réagit et retentit, à son tour, sur toutes les modes de l’activité psychique".

Élève de Deny, Pierre Kahn va consacrer sa thèse inaugurale de Médecine sur la cyclothymie : "LA CYCLOTHYMIE : de la constitution cyclothymique et de ses manifestations (dépression et excitation intermittentes)", Paris, 1909 (Steinheil éditeur).

Il est déplorable que tout le travail fourni en France au début du 20ème siècle ne soit pas enseigné, reconnu et renforcé dans les décennies ultérieures. La majorité des cliniciens adopteront le concept de PMD, qui, certainement, met en évidence davantage les formes graves de la bipolarité. Par conséquent les psychiatres ont négligé les formes cliniques les plus légères ou atténuées de la bipolarité, comme la Cyclothymie.

Dans la tradition des grands experts comme Kahlbaum, Hecker, Deny et Kahn, le Dr Hantouche défend la place de la cyclothymie comme une forme basique la plus fréquente de bipolarité (6 fois plus fréquente que les formes épisodiques des troubles bipolaires type I et II).

Il se trouve que les troubles bipolaires avec cyclothymie se distinguent par un âge de début plus précoce, donc une forme qui capte le mieux la bipolarité juvénile (BPJ). De plus, la bipolarité juvénile (ou cyclothymie jubénile) se manifeste rarement avec des épisodes typiques de la bipolarité adulte. La succession rapide de cycles brefs d’hypomanie et de dépression intermittentes est la forme la plus typique de la BPJ. En d’autres termes, cyclothymie et bipolarité juvénile nous paraissent assez semblables et proches.

De plus, il est curieux de noter qu’avant la dichotomie de la PMD en "Unipolaire / Bipolaire" (au début des années 60), ce concept regroupait tous les troubles de l’humeur ; donc, un concept nettement plus large que celui de bipolarité. Cette réalité est actuellement ignorée par les psychiatres qui continuent de confondre entre PMD et "bipolarité", alors que celle-ci n’est qu’une partie de la PMD. A force d’entretenir cette confusion, les médecins ne reconnaissent que les formes typiques et sévères de bipolarité (voire même les formes psychotiques) et de ce fait la cyclothymie ne sera qu’exceptionnellement utilisée dans leur pratique.

Est-ce la faute â Kraepelin de ne pas utiliser le terme "Cyclothymie" et préférer celui de PMD ? Dommage, car dans cyclothymie, il y a la notion évolutive et dynamique de cycles (et de cercle) et de thymie (toutes les émotions) et le mot de "psychose ou folie" n’est pas du tout mentionné.

Est-ce la faute aux experts qui ont divisé la PMD en unipolaire et bipolaire sur la base de la présence d’épisodes typiques de "Manie" ? Une entité qui sera plus tard désignée par "bipolarité type I" et complétée par des formes type II, II1/2, III et autres.

En adoptant le terme de Cyclothymie, nous rendons hommage aux origines de la bipolarité d’une part et d’autre part à la réalité clinique qui touche plus de 80% des patients bipolaires, notamment ceux qui ont commencé assez tôt leur trouble.

Retrouver notre définition de la cyclothymie