Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

02 : fatigue et ruminations

1/01/2010

Témoignages > Bipolarité > Ma dépression

Je suis rentré â Paris complètement crevé et je me suis dit qu’après avoir récupéré, tout irait sûrement mieux
Je pensais que je pourrais sereinement aborder mon année de terminale. Je me suis reposé, j’ai beaucoup dormi mais je ne me suis pas senti mieux, bien au contraire. J’avais du mal â retrouver goût â mes activités habituelles, je n’avais envie de rien si ce n’est de dormir pour oublier. Un jour où je me forçais â faire de la guitare pour me changer les idées, je me suis rendu compte que même pratiquer ma passion était devenu quelque chose d’ennuyeux et de terne. Oui c’est ça, tout était terne, sans saveur, même mon amour pour Mary, même la musique que j’avais d’ailleurs arrêté d’écouter depuis le voyage. D’habitude quand je suis déprimé je n’ai pas envie d’écouter de musique; j’ai tout de suite su que cette envie qui me manquait était le signe que quelque chose ne tournait vraiment pas rond.

Durant les semaines qui ont suivi, j’ai énormément ruminé, je pensais toujours aux mêmes choses, j’avais toujours les mêmes images dans la tête, je tentais constamment de comprendre ce qui m’arrivait, et je continuais â faire des ? blocages mentaux ? malgré moi. J’ai regretté mon voyage, les bons souvenirs de mon année passée, puis ma vie entière. J’avais constamment des idées noires, je ne voulais rien â part remonter le temps et faire en sorte que tout ça ne soit jamais arrivé. Tout me pesait, tout me semblait vide de sens, je remettais tout en question. Je cherchais des réponses â ce qui m’arrivait dans tout ce que je voyais, que j’entendais, que je ressentais. J’ai aussi beaucoup cherché d’informations sur Internet pour comprendre ce qui m’arrivait mais finalement tout ça ne m’aidait pas vraiment, voire pas du tout. J’ai énormément de souvenirs de mon enfance qui ont également refait surface, et pas parmi les meilleurs. Des images, des lieux, des évènements, des gens, tout un tas de choses qui me mettaient mal â l’aise plus qu’autre chose. J’avais l’impression que tous ces souvenirs dont je me rappelais tentaient de me délivrer un message, de me faire comprendre ce que cachait mon état, de répondre â mes interrogations. Je pense que c’est un processus naturel que de se poser â certains moments des questions sur ce qui nous arrive, qui l’on est, ce que l’on veut vraiment, où l’on va, et de tenter de relativiser quand ça ne va pas. Un homme est empli de doutes â de nombreux moments de sa vie et il est encore plus normal de se poser des questions de ce genre â 17 ans. Mais â ce point ça devient une véritable torture. Des questions sans réponses qui ne font qu’en naître d’autres, une dévalorisation constante, l’impression qu’on ne mérite pas l’affection de ses proches, et une énorme culpabilité: je vivais un enfer quotidien.

Je me suis souvent imaginé qu’en parler â quelqu’un me permettrait de prendre du recul et de mettre les choses au clair. Mon premier cri de détresse s’est produit un jour de la fin des vacances où je me sentais particulièrement mal. J’ai appelé M. et j’ai pleuré au téléphone, mais incapable de comprendre ce qui m’arrivait, je n’ai pas pu lui expliquer ce qui n’allait pas et elle m’a reproché de pleurnicher pour rien, que je n’avais aucune raison de me sentir mal. Et elle avait raison. Je n’avais aucune raison d’aller mal, et c’est ça qui m’attristait le plus. Le soir même, j’ai pour la première fois depuis longtemps dormi avec ma s?ur et c’est la première personne â qui j’ai décidé de tout confier. Je lui ai tout dit, y compris comment le déclic s’était produit. C’était sûrement ce qui était le plus difficile â raconter pour moi car je me sentais ridicule d’avouer ça. Je lui ai demandé si je devais avoir si honte de moi, si c’était si ridicule et elle m’a dit qu’elle ne me comprenait pas mais que je ne devrais pas m’en faire pour si peu, qu’elle aussi il lui arrivait de ne pas se sentir bien et ça m’a réconforté. Malheureusement le fait de tout lui avouer n’a pas eu l’effet que je souhaitais et je ne me suis pas senti tellement mieux. Le lendemain soir, mes parents s’étant rendu compte que quelque chose n’allait pas depuis plusieurs jours, m’ont demandé ce qui se passait et je leur ai tout raconté également. Ma mère ne me comprenait pas du tout mais mon père m’a dit qu’il lui était arrivé la même chose â mon âge et que je ne devais pas m’inquiéter, que c’était l’adolescence qui voulait ça. Il m’a beaucoup réconforté en me disant ça et je me suis senti un peu mieux. Car au moins je me sentais moins seul. Eh oui dans des moments comme celui que je traverse, on se dit tout le temps qu’on est le seul â souffrir de cette façon, ce qui est très certainement faux.

Finalement, la rentrée s’est déroulée sans problème mais même si je me sentais un peu mieux certains jours, la tendance générale n’était pas â la joie de vivre. Le stress du lycée, le boulot, la reprise des activités extra-scolaires, tout ce qui faisait partie de mon quotidien me faisait peur, je me sentais incapable de surmonter tout cela et je me suis mis â angoisser de plus en plus fréquemment. J’avais du mal â me concentrer en cours, du mal â travailler, du mal â dormir, mal au ventre, mal partout. Une sensation que tout n’est que souffrance. Mon père a décidé de m’emmener chez notre médecin traitant. Elle m’a senti très mal et m’a dit que j’allais devoir consulter un psychiatre car mon état risquait d’empirer. Ce fut un coup dur pour moi. Je ne voulais pas m’avouer vaincu, pas renoncer de cette manière. Je m’étais mis dans cette situation tout seul, il fallait que je m’en sorte sans aide, que je surmonte moi-même mes problèmes. Pour moi, me faire soigner c’était accepter la défaite, je me disais que ça ne changerait rien car même si des médicaments m’aidaient â aller mieux, ce ne serait qu’un leurre, une façon de masquer la réalité. Mais il a bien fallu me rendre â l’évidence: je ne pouvais pas rester dans cet état, il fallait faire quelque chose. On a pas réussi â avoir un rendez-vous avant quelques semaines chez le psychiatre. L’attente allait être longue. Je me sentais mal, de plus en plus mal, de jour en jour. Je me sentais prisonnier de mon sort, l’impression que jamais je ne m’en sortirais. J’avais beau discuter avec ma mère pendant des heures, tenter avec elle de comprendre ce qui n’allait pas, je demeurais inconsolable. On a discuté de choses qui m’ont parfois mis mal â l’aise, je me disais qu’on allait trop loin, qu’on coupait trop les cheveux en huit et je pense que c’était pas la meilleure des façons de m’aider â m’en sortir. Et puis ma mère n’est pas psy, tout ce qu’elle est en mesure de faire c’est m’écouter et tenter de me réconforter.