Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Dis-moi lʼamour

1/12/2011

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Amour, sexe, couple

Les cyclothymiques ont une vie amoureuse remplie de souffrance et de difficultés. Pourquoi aimer est-il si dur ?

Dis-moi comment tu aimes, je te dirai qui tu es ; ou l’inverse, dis-moi qui tu es, je te dirais comment tu aimes !
Il est impossible de penser que la vie amoureuse soit indépendante du tempérament. La majorité des patientes (essentiellement du sexe féminin) présente leurs premiers épisodes dépressifs entre l’âge de 16 à 20 ans suite à des ruptures amoureuses. Une rupture signifie pour une cyclothymique : la sensibilité excessive au rejet, une remise en question de leur estime de soi, avec un impact négatif dans tous les domaines relationnels voir même professionnel.


Hyper réactivité – intensité – double polarité et instabilité caractérisent le tempérament de base des cyclothymiques – donc pas étonnant que leur vie amoureuse soit compliquée, tourmentée et source de souffrance.


En effet, une personne cyclothymique est une passionnée de l’amour.
L’intensité émotionnelle détermine la force de ses sentiments amoureux. Elle se sent heureuse et excitée lorsque elle fait quelque chose pour rendre l’autre heureux. En même temps, elle ressentirait un profond désespoir si l’autre ne réagit pas ou si le moindre indice de rupture. Souvent la personne cyclothymique ressent l’incapacité de contrôler ses pensées envers l’autre au point que ces pensées amoureuses deviennent obsessionnelles. Cette passion touche le désir mental, relationnel et physique avec un appétit infini d’affection et de contact sexuel. Certaines patientes cyclothymiques se plaignent de tomber carrément dans l’addiction sexuelle envers la personne aimée.


Une personne cyclothymique est hyper-réactive et sensible.


Le degré de la réactivité émotionnelle dicte les interactions dans la vie quotidienne du couple ; L’excès de réactivité est synonyme de tensions, d’un climat peu paisible – la moindre contrainte ou le moindre stress déclenche des réactions brutales. Un conjoint cyclothymique aura tendance à souffrir soit en silence et rester passif vis-à-vis de l’autre conjoint (en cas où il est peu intense avec une émotivité à dominance négative) soit de façon bruyante (en cas d’une émotivité positive et extravertie).
C’est pour cela, on dit que « manquer de cœur » peut être vraiment une chance ! L’ego est une construction si fragile – quand la réactivité émotionnelle est forte, on a du mal à créer pour l’amour un « espace de non-ego » - comme on est étranger à soi et à l’autre, on est en constante écoute et en recherche permanente de comprendre l’autre et de se comprendre.


Personne ne peut échapper à la négativité : peur, menace, rejet, jalousie, paresse, colère, bêtise… ; Mais quand on est plus sensible que les autres face à la négativité, il serait difficile de s’ouvrir et de l’accepter. La plupart du temps, les hyper-réactifs appliquent la « négation de la négativité » en refusant de l’éprouver ou d’en faire l’épreuve.


Oscillations entre émotivité positive et négative


C’est une signature de la vie émotionnelle des cyclothymiques. Quand les émotions négatives dominent, la personne est en proie à des croyances « personne ne m’aime ; je ne mérite pas son amour ; à qui ça sert d’aimer, ça va finir comme d’habitude par une rupture ; qui peut vivre avec une personne négative comme moi… ».


Ces personnes acceptent leur négativité mais refusent qu’elle soit acceptée par une autre personne – comme si elle était du domaine privé et sacré – interdite aux autres – comme si ça fait honte – ces personnes aiment aimer mais sont déstabilisées quand elles sont aimées ! Le fait d’être aimé devient insoutenable, comme si leur monde, jusque là solide, va s’écrouler comme un château de cartes.


En revanche, quand les émotions positives dominent, tout devient plus facile, la confiance en soi est au plus haut et l’aisance relationnelle est assurée.


C’est le mélange de l’intensité passionnelle, la réactivité émotionnelle excessive et surtout l’instabilité et la circularité entre les émotions positives et négatives, qui va générer un problème profond de l’estime de soi qui représente un handicap dans la vie amoureuse. En effet, la majorité de nos patients cyclothymiques ont souffert de la sensibilité au rejet, de la dépendance affective, et surtout de l’inconstance de leurs émotions.


En intégrant leur tempérament dans les schémas de vie, on constate qu’ils sont souvent piégés par des scénarios qui oscillent entre :

  • " déconnexion" (scénarios d’abandon – instabilité) et « sur-connexion » (scénarios de dépendance – incompétence)
  • « perfectionnisme » (sacrifice de soi + idéaux exigeants) et « manque d’autodiscipline @@d’autocontrôle - impulsivité »
  • Mais le vrai handicap émotionnel réside dans la répétition de ces schémas opposés - ce qui explique les paradoxes et les complexités de la vie amoureuse des cyclothymiques, au point de paraître au regard d’un clinicien ou psychologue non averti, comme une personne « borderline ».


    A la recherche de la stabilité


    La stabilité est probablement le garant d’un amour durable ; en fait, son opposée, l’instabilité induit des complications liées aux cycles continuels des hauts et des bas qui touchent l’attachement à l’autre et l’expression de l’amour à l’autre (cycles d’amour et de haine ; d’intérêt – désintérêt ; d’activité excessive à l’inertie et l’apathie…)
    Sans stabilité, aucun amour durable n’est possible – en effet, le manque de stabilité est synonyme de manque d’estime de soi, de dépression profonde, donc des ingrédients fondamentaux pour la recette de l’amour durable.


    Les cyclothymiques ont besoin de comprendre cette complexité du style émotionnel pour accepter le fait flagrant que « ça ne marche pas » et ensuite pouvoir introduire des aménagements dans leurs scénarios – Même si on a l’impression que tout est presque écrit dès le début et que ce style fait partie de la nature profonde des cyclothymiques, l’important est de savoir qu’on peut agir sur ce style en respectant le fond et l’authenticité – tout en travaillant sur la connaissance de soi – l’acceptation de soi – la réduction des excès futiles (là les psychotropes thymorégulateurs peuvent apporter une aide précieuse) et l’introduction de nouveautés dans les scénarios de vie.