Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

6) Stress au travail et tempéraments

1/06/2015
Auteur : Dr Hantouche

Anxiété / TOC > Burnout

Les tempéraments impactent la résistance au stress du travail. Les tempéraments stables seraient plus aptes à y résister.

Les tempéraments prédictifs du stress au travail


En 2005, une étude originale (Sakai et al) a été réalisée dans une grande entreprise japonaise, avec lʼobjectif dʼévaluer de manière systématique les tempéraments affectifs et leurs effets éventuels sur le stress professionnel. Un groupe de 848 hommes et 366 femmes ont rempli le questionnaire TEMPS-A, le test de personnalité de Munich et le questionnaire GJSQ (évaluation du stress généré par le travail).
Les résultats montrent que les tempéraments sont prédictifs du stress au travail. Pour les stress liés aux relations interpersonnelles, les tempéraments sont plus puissants que les autres variables, comme le sexe, lʼâge et le rang professionnel. De plus, cʼest le tempérament irritable qui sʼavère être associé avec la vulnérabilité la plus évidente, suivi par les tempéraments cyclothymique et anxieux. En revanche, lʼhyperthymique présente le plus de robustesse face aux stress professionnels, et le dépressif également mais de manière moins forte.
Il est donc clair que les tempéraments influencent le stress professionnel, en agissant surtout sur la qualité des relations interpersonnelles et moins sur le stress liés à la surcharge de travail. Ces résultats confirment des formulations théoriques antérieures qui défendent lʼidée que les tempéraments « stables », hyperthymique et dépressif, sont les plus « hyper adaptés » au milieu professionnel.

Resistance et cyclothymie ou dépression immature


Tominaga et al (2012) reprennent cette étude avec des analyses supplémentaires montrant lʼimpact des tempéraments, notamment le >cyclothymique sur la prévalence de la dépression au sein des employés de lʼentreprise japonaise. Le risque relatif est estimé à 11,4 (ce qui signifie que la présence du tempérament cyclothymique multiplie par 11 fois le risque de développer une dépression). La pression au travail, les exigences et les contraintes ainsi que lʼengagement, sont des facteurs de risque de développer des symptômes dépressifs. Mais in fine, cʼest le tempérament qui module la réactivité à ces stress et par conséquent lʼadaptation aux conditions de travail. Cette dépression associée à la cyclothymie renvoie au trouble bipolaire type II- ½ (selon Akiskal et Pinto) avec ses formes cliniques mixtes (anxieuse – agitée – impulsive) et les traits de personnalité dépendante – agressive vis-à-vis des figures dʼautorité dans lʼentreprise.
Les auteurs japonais lui confèrent une autre désignation « Dépression type Immature » dont la prévalence est en augmentation constante au Japon. Ces personnes sont décrites comme assez sensibles et réactives aux stress professionnels avec des sentiments profonds et chroniques de frustration. Les auteurs font la distinction entre la dépression immature et une dépression plus classique qui est en rapport avec le Typus Melancolicus (ou la personnalité japonaise type A) marqué par des traits obsessionnels et perfectionnistes avec la poursuite dʼune identification avec les normes sociales. Cette dépression semble bien réagir aux antidépresseurs permettant une meilleure adaptation au travail et une protection contre les rechutes après reprise du travail. En revanche, la dépression « type immature » réagit assez mal aux antidépresseurs, car plus proche de la dépression cyclothymique. Cette forme de dépression nécessite un dépistage précoce (avant la survenue des complications et des arrêts de travail) et un traitement adapté (en évitant les antidépresseurs et surtout en offrant à ces personnes sensibles un climat de soutien et de sécurité interpersonnelle).


Lʼhyperthymie chez les managers


Maremanni et al (2010) ont exploré les rôles adaptatifs et modulateurs des tempéraments au niveau des orientations (comme être candidat pour lʼarmée de lʼair ou navale) et des succès de recrutement.
Lʼétude a comparé un groupe de 1548 candidats postulant pour devenir officier-cadet dans lʼarmée de lʼair italienne avec des groupes de pairs déviants et non déviants. De plus, la comparaison a porté sur des groupes de candidats qui ont échoué aux tests dʼadmission ou aux tests psychologiques spécifiques.
Les analyses sur les tempéraments convergent vers un résultat flagrant : la combinaison de scores élevés sur le tempérament hyperthymique avec des scores les plus bas sur le tempérament cyclothymique correspond au profil des candidats ayant réussi leur application pour devenir des officiers de lʼarmée de lʼair. La spécificité de cette corrélation avec le tempérament hyperthymique est confirmée chez les candidats qui tentent une deuxième application après avoir échoué aux tests dʼadmission. Le profil tempéramental opposé (ou cyclothymique) est plus prévalent chez les contrôles (non appliquant à ce poste), chez les candidats qui postulent pour la première fois et surtout chez ceux qui ont été exclus en raison des résultats négatifs aux tests psychologiques. De plus, le tempérament hyperthymique se révèle à lʼopposé du cyclothymique et dépressif à travers les analyses de correspondances avec lʼéchelle EAS (Emotional-Affective State Rating Scale) qui évalue les réponses émotionnelles liées à des situations stressantes. Des états émotionnels « désirables » caractérisent les hyperthymiques et les opposent aux autres tempéraments.
Une autre étude italienne (Rovai et al, 2013) réalisée chez les candidats pour lʼarmée navale (921 candidats) a montré des correspondances entre les tempéraments et le questionnaire OPQ32 (Questionnaire de personnalité et travail) : chez les hyperthymiques, on observe une élévation de lʼintensité émotionnelle et la capacité dʼêtre avec les autres ; chez les irritables, un niveau dʼénergie élevé mais associé à un niveau faible dʼempathie ; chez les dépressifs, une faible capacité de rapports avec les autres ; et chez les cyclothymiques, plus de créativité mais faibles niveau de rapports avec les autres.

En France


En France, on manque dʼétudes incluant les tempéraments affectifs et le stress professionnel. Dans mon expérience clinique, je constate leur impact sur lʼéquilibre des patients dans leur vie professionnelle, notamment à travers une « bonne » harmonie entre le tempérament et le choix du travail et également à travers une sécurité relationnelle (reconnaissance des capacités et respect de la personne).

Références

  • Furukawa T, Yamada A, Tabuse H et al. Typus melancholicus in light of the five-factor model of personality. European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience 1998; 248(2): 64–9.
  • Kikuchi Y, Nakaya M, Ikeda M et al. Job stress and temperaments in female nurses. Occup Med (Lond). 2013 Mar;63(2):123-8.
  • Maremmani I, DellʼOsso L, Rovai L et al. TEMPS-A[p] temperament profile related to professional choice A study in1548 applicants to become a cadet officer in the Italian air force. J Affect Disord 2010; 124: 314-8.
  • Rovai L, Maremmani AGI, Leonardi A et al. TEMPS-A[P] Temperament Profile Related to Professional Choice. Differences between Applicants to Become a Cadet Officer in the Italian Air Force or Navy. J Affect Disord 2013, 145(1): 106-10.
  • Sakai Y, Akiyama T, Miyake Y et al., Temperament and job stress in Japanese company employees. Journal of Affective Disorders 2005; 85 (1-2): 101–12.
  • Tominaga MT, Tsuyoshi A, Sakai Y. Effect of affective temperaments assessed by the TEMPS-A on the relationship between work-related stressors and depressive symptoms among workers in their twenties to forties in Japan. Depression Research and Treatment 2012; Article ID 469384, 10 p.
  • Tsutsumi A, Kawakami N. A review of empirical studies on the model of effort-reward imbalance at work: reducing occupational stress by implementing a new theory,” Social Science and Medicine, 2004, 59, 11: 2335-59.
  • Tsutsumi A, Kayaba K, Theorell T et al. Association between job stress and depression among Japanese employees threatened by job loss in a comparison between two complementary job-stress models. Scand J Work, Environment and Health, 2001 27, 2: 146–53.

  • juin 2015


    Tempéraments affectifs et personnalités
    Evaluez votre hyperthymie