Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Dépression pure ou bipolaire : débusquer les hypomanies

16/10/2010
Auteur : M Trybou

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Hypomanie / Manie

Il est toujours difficile de savoir bien repérer une dépression appartenant aux troubles bipolaires. La recherche des hypomanies est essentielle.
Le plus souvent, les patients ont été suivis pour "troubles dépressifs" ou "dépression passagère". Et au final, cette dépression passagère dure des années, et ne passe pas, s’enchaine sur des attaques de panique ou un alcoolisme. Et si c’était une dépression bipolaire mal diagnostiquée ?

La clé, pour nous experts des troubles bipolaires, est de rechercher la cyclothymie (oscillations permanentes de l’humeur, montagnes russes) et les hypomanies (phase d’excitation tranchant distinctement avec l’humeur normale).

Voici deux exemples de patients diagnostiqués NON BIPOLAIRES et qui se révèlent l’être. Dans les deux cas, l’hypomanie n’a pas été explorée par les médecins précédents. Nous avons souligné les éléments importants pour le diagnostic de troubles bipolaires. Dans les deux cas, on remarquera les antécédents dans la famille.

Premier cas


Les antidépresseurs provoquent des hypomanies claires, ou des hypomanies cachées (excitation de la pensée uniquement), ainsi que l’arrêt des antidépresseurs. En dépression, il y a une tension volcanique dans le corps (états mixtes) contrairement aux dépressions non bipolaires qui sont surtout des dépressions "vides".

Monsieur xxx décrit deux Episodes Dépressifs Majeurs (EDM).

Le premier serait survenu à l’âge de 30 ans : quand j’ai quitté l’Allemagne et suis arrivé en France, avec des problèmes affectifs, avec de fortes attaques de panique.
Cet EDM aurait duré 3 semaines et se serait résorbé avec un traitement antidépresseur et du Temesta, mais les attaques de panique ont continué.

Le second EDM serait survenu à l’âge de 37 ans, à l’arrêt des antidépresseurs : "J’ai arrêté mon traitement et j’ai eu une phase d’excitation pendant 3 mois sous Seresta seul, puis une rechute en dépression avec les attaques de panique qui ont suivi".
Monsieur xxxx est alors hospitalisé et on lui donne de l’Anafranil.

A l’âge de 45 ans, les crises d’angoisse reprennent, ce qui provoque une Dysthymie : "On m’a donné du Deroxat qui a permis que cet état ne dérape pas en dépression totale, cela a calmé les crises d’angoisse mais ce n’est pas satisfaisant sur le moral et cela traine depuis des années". Un essai de Prozac aurait rendu Monsieur xxxx "pile électrique pendant 24 heures". Un test de Depakote avec diminution du Deroxat n’aurait pas été satisfaisant.

Monsieur xxxx décrit dans chaque EDM une grande tristesse, de l’anhédonie, un mauvais appétit, une hypersomnie, un ralentissement, de la fatigue, des difficultés de concentration, une forte auto-dévalorisation, des idées noires, des états mixtes par phases. Les EDM sont accompagnés d’irritabilité, de crises d’angoisse, d’isolement, de violence verbale, et de dépenses d’argent. Aucune tentative de suicide n’est trouvée.

Une phase d’hypomanie sans Seresta aurait duré 3 mois à 37 ans avec euphorie, diminution du besoin de sommeil, tachypsychie, augmentation du débit de parole, plus grande confiance en soi, hyperactivité, augmentation des projets, perte de poids et suractivité sportive, prise d’alcool, augmentation de la libido, baisse de l’appétit.

Monsieur xxxxx sent que d’autres hypomanies seraient présentes depuis l’âge de 45 ans "comme si elles étaient là mais étaient cadrées ou empêchées sous le Deroxat". Monsieur xxxx décrit en effet une accélération de la pensée: "Je suis mélancolique, fatigué et j’ai néanmoins fait un double cursus universitaire entre ces dernières années ans, alors que mon corps est paradoxalement fatigué et éteint".

Aucun élément de cyclothymie n’est trouvé en entretien, ce qui est opposé au score au questionnaire.

Des Attaques de Panique sont trouvées depuis l’âge de 30 ans, surtout dans les EDM à 30 et 37 ans, mais aussi entre ces deux EDM : "Cela me prenait tous les jours, avec une sensation d’étouffement, de l’angoisse, sans aucune pensée ni scénario. A 45 ans, le Deroxat a diminué ces crises d’angoisse mais j’ai comme l’impression qu’elles ont été remplacées par une excitation de la pensée". Une peur de la foule et de ne pouvoir s’enfuir est décrite.

L’arbre généalogique de la famille montre une mère instable et impulsive, divorcée deux fois, et deux cousines maternelles instables. Un frère du patient est instable, et son autre frère est caractériel.

Deuxième cas


Mélancolie pour l’humeur et hypomanie uniquement au niveau de l’hyperactivité (absence d’euphorie) à l’intérieur des phases de dépression, et hypomanies entre les dépressions avec cyclothymie.

Monsieur xxx décrit 4 Episodes Dépressifs Majeurs (EDM) par an, de 3 à 4 semaines chacun, depuis l’âge de 35 ans, sans aucun déclencheur : "J’ai à peu près 4 dépressions par an, avec une forte prise d’alcool pour tenter de ne pas ressentir les émotions dépressives. Entre chaque dépression, je suis en zigzag, plutôt mélancolique, je ne reviens jamais vraiment complètement à zéro niveau moral, mais je suis hyperactif, j’ai beaucoup d’énergie, et entre deux dépressions l’alcool s’arrête".

Monsieur xxx décrit dans chaque EDM non pas de la tristesse mais une impression de fadeur, de l’anhédonie, un ralentissement, de la fatigue, une forte auto-dévalorisation, des idées noires, et des éléments hypomaniaques en dépression. Les EDM sont accompagnés d’irritabilité, d’isolement et de prises d’alcool. Monsieur xxxxx a toujours été un petit dormeur et a des soucis constants de concentration. Prozac, Deroxat, Anafranil, Effexor, Norset, Depamide et Depakote auraient été sans effet.

Des phases d’hypomanie provoquées par le travail et durant quelques heures à quelques jours, sont trouvées depuis l’âge de 20 ans, avec euphorie, tachypsychie, augmentation du débit de parole, plus grande confiance en soi, hyperactivité, augmentation des projets, impulsivité, prise d’alcool (par le passé pour maintenir les hypomanies, actuellement pour tester s’il arrive à se contrôler, ce qui ne marche pas car l’hypomanie entraine une perte des limites), conduite dangereuse en voiture, augmentation de la libido. Aucune fréquence claire n’est décrite. Après chaque hypomanie, Monsieur xxxx a une phase de dépression.

Un trouble cyclothymique est trouvé avec hypersensibilité, hyperréactivité émotionnelle, hypersensorialité (bruits), hypersensibilité à la critique et au rejet, changements d’humeur brusques et immotivés (même en EDM), incapacité à maintenir de l’enthousiasme pour des projets, impact sur les sphères professionnelles, relationnelles et motivationnelles. Monsieur xxxx sent des variations au sein de la semaine, principalement vers le bas. Des colères sont trouvées par le passé. Monsieur xxxx a toujours dormi 6 heures par nuit. "Je ne sais pas si je suis un grand travailleur, mais j’ai préparé des concours importants en quelques années alors que j’étais mélancolique". Une hypothèse de tempérament hyperthymique est à approfondir.

Une consommation d’alcool est trouvée depuis l’âge de 16 ans : "au début les week-end, de façon festive et déjà à l’époque j’avais du mal à trouver une limite et à m’arrêter. A 35 ans, c’est passé du festif à boire seul, pour apaiser la déprime ou provoquer des excitations. Cà peut être du vin, de la bière, whisky ou vodka".

Monsieur xxxx décrit des problèmes au travail et à la maison, une augmentation des doses prévues au départ et des échecs d’arrêt ou de réduction. 10 hospitalisations sont trouvées depuis 1996.

L’arbre généalogique de la famille montre une mère dépressive et mélancolique, un oncle maternel mélancolique, un père extraverti, colérique, un grand père paternel alcoolique. La soeur du patient est divorcée, consomme de la cocaïne et de l’héroïne, serait dépressive et aurait été hospitalisée pour désintoxication. Le patient est divorcé.
BP-II nʼest pas une bipolarité atténuée
BIPOLACT : Hypomanie dans les dépressions récurrentes ou résistantes
La dichotomie au sein même de la bipolarité : aperçu historique
Rappel des définitions du spectre bipolaire