Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Plus de précisions sur la dichotomie intra-bipolaire

20/10/2010
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Concepts / Classification

Réponse du Dr Hantouche au commentaire dʼAmélie sur le post -Dichotomie au sein de la bipolarité-.
Plusieurs choses mʼinterpellent dans cette analyse :
(en italique les commentaires dʼAmélie)

1. Les personnalités types qui seraient un trait de la cyclothymie semble entretenir une confusion entre cause et conséquence. La personnalité se construit sur un tempérament. Si celui-ci est instable, cela me parait une cause suffisante pour produire des évitements, du narcissisme...etc. Dʼautre part ces traits de personnalités semblent sʼestomper avec la prise en charge de la cyclo (cf nombreux témoignages sur les forums)


EH : Dans ce post sur la dichotomie intra-bipolaire : la question des personnalités n’a pas lieu dʼêtre : le but de ce travail est de mettre en question la dichotomie faite au sein de la PMD dans les années 60 entre "unipolaires" et "bipolaires" (qui a porté beaucoup de tort à la connaissance de la bipolarité), l’EBF propose de situer la dichotomie au sein de la bipolarité

2.Lien qui persiste encore avec trauma dʼenfance, et notamment abus sexuel.
Ce point est particulièrement épineux, car quand nous parents nous présentons avec un enfant cyclo, cʼest ce point quʼon nous renvoie systématiquement ! Je vous passe les détails des situations ubuesques que cela peut produire. Là encore, ce sont des déclencheurs, et faire un amalgame entre cause et conséquence me parait dangereux, d?autant quʼil existe plein de contre-exemple


EH : L’abus sexuel existe comme tous les stress. Il est impossible que ce stress traumatique soit responsable de la cyclothymie ; mais c’est un facteur déterminant de l’âge de début et de la sévérité de l’évolution du trouble cyclothymique ; donc, ni cause ni conséquence

3. Vouloir séparer BP et Cyclo :

Cette approche sʼéloigne de lʼhumain.
La caractéristique de ce qu?est un humain est globale, et on a passé le cap de se demander si tel type (méditerranéen, asiatique, africain....) était humain ou pas. Il nʼy a pas un oeil pareil que lʼautre, pas une emprunte digitale identique...Pourtant nous faisons tous parti du genre humain. Pour moi il en va de même avec la bipolarité. Ce nʼest pas parce que la cyclo a des caractéristiques propres, quʼelle nʼest pas profondément bipolaire.

EH: L’EBF et moi-même, défenseurs de la place importante de la cyclothymie, n’ont jamais suggéré la séparation entre bipolarité et cyclothymie : la dichotomie intra-bipolaire stipule 2 formes majeures de bipolarité selon le mode évolutif et la dominance du tempérament affectif. Donc, c’est clair, la cyclothymie est un trouble bipolaire.

4. Lʼinstabilité déstabilise.

Jʼai envie de prendre une image : et si la cyclo cʼétait comme le sable... instable, difficilement saisissable... Mais constant dans ses caractéristiques. Cʼest du sable, il prend les formes du contenant, mais il reste du sable. Il se fait balayer, mais reste là. Cʼest lʼenvironnement, récemment instable qui provoque un éparpillement du sable que nous sommes. La seule caractéristique spécifique à la cyclothymie par rapport à la bipolarité classique, c?est lʼinstabilité de base.


EH: L’EBF soutient ce point, comme d’ailleurs Falret qui parlait de "Folie circulaire" et de Hecker, Deny et Kahn qui insistaient sur la notion de ?"constitution spéciale instable avec hypersensibilité morale et affective avec des hypomanies et dépressions intermittentes".

5.Pourquoi vouloir un stéréotype, un genre gravé dans le marbre telle que la BP1.
C?est une approche qui mʼétonne toujours de la part de la médecine, science humaine parait-il. Quoi de moins stéréotypé que lʼhumain ?


EH: On parle de "BP-I" tout simplement parce que lʼentité "BP-II" a été décrite 10 ans plus tard par rapport à la forme clinique avec des accès maniaques. Ce n’est pas un stéréotype mais une évolution historique de la définition moderne de cette maladie à partir des années 60 - qui a été respectée dans les manuels de classification - cʼest un détail de nomenclature - Ce qui est important est de savoir de quoi on parle quand on utilise les termes ˮBP-Iˮ, ˮBP-IIˮ et autres.

Enfin si lʼon met en perspective le soin, et la nécessité de classifier pour activer tel ou tel soin : Nʼest ce pas suffisant la classification actuelle ? Où se situent les échecs de soin, pour avoir besoin de changer la classification ?
Il mʼavait semblé que l’échec était plus sur le diagnostic que sur les thérapies.



EH: Ce point est complexe car il mélange l’essence- même des classifications, la reconnaissance diagnostique puis les thérapies (qui sont plus complexe que la classification de la maladie).
donc en premier, ne pas confondre les 3 niveaux de l’approche clinique ;
En second, établir le diagnostic le plus complet et affiné : là rentre en jeu l’utilité d’une classification qui ne doit jamais être purement nosologique ou théorique mais censée capter la complexité de la maladie bipolaire.
En troisième lieu, une bonne classification doit comporter des implications pratiques comme faciliter la reconnaissance précoce du trouble (notamment dans les formes atypiques ou atténuées), estimer sa sévérité et son potentiel de récurrence, élaborer des soins adaptés à chaque forme (en commençant par la psychoéducation, le choix des molécules, la sélection des doses et des combinaisons entre médicaments et thérapies psychologiques).
Enfin, l’échec ou la réussite d’un traitement ou d’une thérapie ne dépendent jamais de la classification. Le seul mérite d’une classification comme celle de l’EBF est d’insister sur les formes radicalement instables et atypiques qui ne sont pas correctement diagnostiquées et par conséquent très mal soignées par les antidépresseurs ! si l’EBF arrive à faire passer ce message, çà sera une grande victoire !!

Dr Hantouche, CTAH

20 Oct 2010
La dichotomie au sein même de la bipolarité : approche de l’EBF