Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Les troubles apparentés aux TOC : lien avec la bipolarité ?

1/01/2010
Auteur : Dr Hantouche

Anxiété / TOC > Diagnostic

Certains troubles ont en commun avec le TOC, l’intrusion, la répétition, l’absurdité, l’absence de plaisir, la lutte, les sentiments de honte et le besoin de dissimulation.
C’est le cas pour l’anorexie mentale, la dysmorphophobie (obsession de l’apparence), l’hypocondrie, la kleptomanie, les achats compulsifs pathologiques, la trichotillomanie, le syndrome de Gilles de la Tourette (tics complexes), la boulimie, le workaholisme (addiction au travail), le jeu pathologique, la pyromanie, les paraphilies ou conduites sexuelles compulsives (exhibitionnisme, fétichisme, frotteurisme, pédophilie, voyeurisme, transvestisme fétichiste?) et la personnalité borderline (état limite).

Prenons en détail deux exemples, le trouble dysmorphie corporelle et les addictions.

Trouble Dysmorphie Corporelle


Dans le spectre des troubles apparentés au TOC, le Trouble Dysmorphie Corporelle (en anglais "BDD") est certainement le plus proche du TOC. Ce trouble est défini par des préoccupations répétitives et intenses concernant un défaut imaginaire de l’apparence physique qui sont responsables d’une souffrance cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, professionnel. Pour l’instant, on connaît peu de choses sur ce trouble. Les sujets qui en souffrent dissimulent cette souffrance autant que leur défaut physique. Une des caractéristiques du BDD est les rituels du camouflage et les achats excessifs de produits pour les soins corporels. Pour observer le BDD, il convient de recruter les patients dans les services de chirurgie plastique, de dermatologie, les instituts de beauté et les parapharmacies? Selon Katharina Phillips, l’experte internationale de ce sujet et auteur d’un ouvrage sublime, "Broken Mirror" (ou Miroir Brisé), le BDD est un trouble plus dépressogène et suicidaire que le TOC. C’est comme le TOC cyclothymique qui se démarque par rapport au TOC classique par plus de récurrence dépressive et un risque suicidaire plus élevé. Une autre différence se retrouve au niveau des phénomènes du doute qui sont moins évidents dans le BDD et remplacés par des idées surestimées et dans certains cas par des convictions sub-délirantes.


Julie, une jeune adolescente de 16 ans, est reconnue par son psychiatre comme étant obsessionnelle et dysmorphophobique, car obsédée par son apparence. Pour appuyer son diagnostic, le psychiatre retient le fait que Julie peut passer 5 heures par jour ou plus pour se maquiller. Elle s’habille de manière provocante et se regarde trop. Curieusement, aucune mention d’Hystérie ! En fonction de ce diagnostic, le traitement instauré a été, comme il se doit, un ISRS, le Prozac?. Malgré les renseignements rapportés par la mère sur les nombreux cas de suicide dans la famille (arrière grand-mère, grand oncle, deux oncles maternels et une tante maternelle), la décision d’instaurer l’ISRS est maintenue. Juste après quelques prises de l’ISRS, Julie fait une tentative de suicide. La mère a signalé cette tentative, mais le psychiatre décide d’augmenter les doses en argumentant que la dose initiale était faible. Il a finalement changé l’ISRS par un autre, réputé être plus sédatif. Julie est encore plus provocante que d’habitude. Dans son histoire, on retrouve une enfant décrite par la mère comme ? une nature plutôt triste et hyperémotive ? (deux critères de cyclothymie). La mère indique qu’elle-même est totalement hyperémotive, â fleur de peau. Julie a tendance à tomber très facilement amoureuse (autre critère de cyclothymie). Vu la résistance au traitement ambulatoire, le psychiatre propose â la famille d’envoyer Julie dans un centre, spécialisé dans la prise en charge de l’anorexie mentale. Quelle incohérence ? En attendant, elle est toujours sous antidépresseur sans aucune couverture de stabilisateur de l’humeur. La mère est convaincue que sa fille est bipolaire. Elle admet le diagnostic de cyclothymie et cherche désespérément un expert dans sa ville pour sauver sa fille.

Voilà un autre cas dont le destin s’annonce d’emblée assez hasardeux, en l’absence de diagnostic correct et d’un traitement potentiellement inducteur de complications, une tentative de suicide suite à quelques prises d’un ISRS et l’aggravation de l’irritabilité avec un autre ISRS. Dans mon expérience clinique, la majorité des cas de TOC avec BDD se révèlent de nature cyclothymique.

TOC et Addictions : quelles similitudes ?


L’addiction vient du vieux Français signifiant "contrainte par corps". Elle reste pour l’instant une entité mal définie bien qu’elle regroupe un ensemble de troubles et de conduites divers dont l’unité clinique se caractérise par une évolution du désir vers le besoin compulsif, de l’usage vers le "mésusage" et la perte de contrôle. L’addiction rime ainsi avec abus et dépendance. Actuellement, l’entité "addiction" concerne autant les addictions chimiques impliquant l’abus de substance psycho-active, alcool et autres, et les addictions comportementales ou "sans drogue". Parmi celles ci on trouve :
  • le jeu , "Trouble Jeu Pathologique",
  • les achats, "Trouble Achats Compulsifs"

  • la nourriture "Boulimie" et "Frénésies Alimentaires",
  • la sexualité "Paraphilies" qui incluent les conduites sexuelles compulsives ainsi que les conduites déviantes comme la pédophilie, le voyeurisme, le fétichisme et l’exhibitionnisme,
  • le travail, "Workaholisme"

  • le corps, "trichotillomanie" ou arrachage compulsif des cheveux, "onychophagie" ou rongement compulsif des ongles, grattage compulsif du corps,...

  • récemment l’Internet, les "Web Addicts".


  • Classiquement on approchait les addictions comme des équivalents dépressifs. Tout processus de régulation de l’estime de soi induit un phénomène addictif (compulsions sexuelles, jeu pathologique, dépenses excessives, exercices physiques?). Dans les addictions physiologiques, on retrouve la dimension du plaisir, tandis que dans la dépression, les addictions pathologiques représentent une lutte permanente contre la douleur psychique et la tristesse, une sorte de besoin obsédant de se déconnecter du vécu dépressif douloureux. Dans ce sens, les addictions se caractérisent plutôt par un aspect obsédant et une contrainte compulsive. Ainsi dans la définition moderne de l’addiction, on s’intéresse aux aspects psychologiques, notamment le "craving" ou désir compulsif et incontrôlable d’une substance ou d’un comportement. Donc, les dimensions de contrainte, du besoin irrésistible et compulsif et de perte de contrôle (impulsivité) sont à la base de l’addiction. Ces dimensions persistent même dans les phases d’abstinence prolongée et sont désignés comme un facteur principal de vulnérabilité aux rechutes.
    Les phénomènes d’attirance vers une substance ou un comportement sont souvent couplés alternativement ou simultanément à des phénomènes de répulsion et d’évitement compulsifs. Ainsi, beaucoup de sujets victimes des addictions vont être en abstinence "apparente" chronique mais avec un état dysphorique persistant avec un niveau élevé de résistance et de lutte anxieuse contre la rechute. Là se pose un piège : considérer le "craving" comme un TOC ou une dysphorie chronique sans rechercher une connexion bipolaire associée aux addictions. En effet, le mélange de contrainte et d’impulsivité évoque la cyclothymie et les dépressions mixtes. Des études récentes consacrées aux addictions chimiques et "sans drogue" suggèrent leur appartenance au spectre bipolaire. Cette nouvelle approche des addictions est importante, car elle transforme radicalement les critères de jugement des traitements des addictions.
    Certaines addictions comportementales (sans drogue), comme le jeu pathologique, la boulimie, la trichotillomanie, la kleptomanie, les achats compulsifs, montrent des similitudes avec les phénomènes Obesionnels compulsifs (contrainte compulsive) et bipolaires (colère impulsive et prise de risque). Parmi ces addictions, la boulimie est sans doute la plus connue.

    Le regroupement des troubles en super-familles


    La tendance actuelle va vers la classification spectrale des troubles, comme si on rangeait différentes catégories diagnostiques dans des super-familles ou méga-familles. Par exemple, en ce qui concerne les troubles connectés â la dépression et â un dysfonctionnement de l’activité de la sérotonine, le regroupement spectral peut se faire selon deux pôles :

  • un pôle marqué par un "excès de sérotonine" et corrélé à la dominance de la compulsivité avec un vécu de contrainte, un niveau élevé de résistance, un évitement régulier du risque, une minimisation de la menace, et trop de conventionalité. Dans ce pôle, on peut ranger l’anorexie mentale, l’hypocondrie et la dysmorphophobie

  • un autre pôle lié au "déficit en sérotonine" avec dominance de l’impulsivité, la recherche permanente de l’action, la prise de risque et l’expérience du plaisir et des sensations fortes. Dans ce pôle, on peut inclure la personnalité borderline, les paraphilies, le jeu pathologique et la pyromanie

  • un groupe intermédiaire regroupant la boulimie, la kleptomanie, les achats pathologiques, le syndrome de Gilles de la Tourette, la trichotillomanie,...

  • Dans les deux dimensions compulsives et impulsives, on retrouve quand même en commun : les sensations d’urgence, le sens de non contrôle, l’hostilité et l’inadaptation du comportement par rapport au contexte. Cependant ce spectre à double polarité "impulsive et compulsive" reste quand même incomplet si l’on ne tient pas compte de la double polarité thymique (tableau).

    Référence


    Hantouche E "Troubles Bipolaires, Obsessions et Compulsions", Odile Jacob, 2006





    mars 2012


    L’erreur diagnostique entre TOC et dépression mixte
    Le BDD ou l‘obsession de l‘apparence : TOC, cyclothymie ou autre ?