Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

L’Hypomanie selon Marine

1/01/2008

Témoignages > Cyclothymie

septembre 2011

Une explosion.


Une détonation puis un florilège de lumières qui ne veulent pas retomber. Un feu d’artifice continuel. Mon corps ne peut plus contenir ces bulles joyeuses qui montent â ma tête. C’est l’ivresse. Et puis je déborde. Le flot s’écoule toujours plus vite, mes mots se pressent dans ma bouche et sautent en dehors comme des sauterelles. J’essaye de les calmer, mais mon esprit s’emballe et ne contrôle plus l’euphorie. Les sonorités me paraissent nouvelles et je fais â chaque instant des découvertes sur le sens des mots et leur double sens. C’est comme si un monde invisible c’était ouvert â mon esprit. Je jongle avec les sons, les syllabes que j’entremêle et entrecroise. Devant mes yeux c’est un ballet fou qui prend forme. Les mots en arabesques, les musiques en grand jeté et les sens enmportés.


Dans mon corps, la lave bouillonne,


Le mouvement me prend frénétiquement. Mes membres recherchent l’extrême, la torsion, la tension et l’extension. Je suis comme une pythie droguée qui danse pour Apollon. Mais je n’ai pas pris de drogue et je danse pour moi car je me sens pleine, trop pleine. Pleine d’énergie, de joie, de violence même et de chaleur. Je vais vers le brûlant, je suis une fournaise et j’exècre la tiédeur. Je veux vivre plus vite, plus fort, plus haut. Mon esprit n’a pas sommeil, je pousse mon corps jusqu’â l’extrême. Je le contrôle, je le maltraite, je veux me détacher de lui. Je n’écoute pas ces besoins et j’en suis fière. Je me trouve belle, forte et capable de tout. Je soulèverais des montagnes, je gravirais les sommets, je toucherais le soleil pour brûler. Plus rien ne me fais peur, je danse, je ris, je hurle, je flotte.


Je veux qu’on m’aime, je manque d’amour.


Dites-moi que je suis une fille super, que mon existence importe pour vous. Je donnerais tout ce que j’ai pour qu’on m’aime. Vous voulez que je vous trouve drôle ? Je vous trouve drôle. Vous voulez que je vous trouve intelligent ? Je vous trouve intelligent, vous voulez coucher avec moi ? J’accepte si vous m’aimez. Mentez si vous voulez, mais faites-moi croire que vous m’aimez.

Je vous énerve quand je suis en l’air ? Je parle trop vite, vous ne comprenez pas ? Accélérez, je ne veux pas redescendre pour vous, je suis trop bien. Vous dites que je suis excessive, que je suis étouffante, que je suis euphorique, que je suis folle. Laissez-moi tranquille dans l’ivresse. J’ai trop peur de la chute, ne me forcez pas â descendre, ne me dites pas de ralentir, de me calmer, d’aller me coucher.


Je ne voulais pas être agressive envers vous, mais j’ai peur.


Pour une fois que je suis bien, pourquoi ne me laissez-vous pas profiter de ce moment ? Pourquoi n’êtes-vous pas heureux de me voir danser ? Je sais je vous fatigue, mais ne vous inquiétez pas, je sais que la fatigue s’abattra bientôt sur moi. Je serais terrassée comme d’habitude, et ce moment en l’air ne sera plus qu’un lointain rêve. Je me demanderais même alors si je l’ai vraiment vécu. Alors je vous en prie laissez-moi voler. Je sais bien que je n’ai pas de parachute, et que plus je prends de l’altitude plus la chute sera violente. Je m’écraserais lourdement au sol, mes membres endoloris, mes espoirs fracassés. Et je mettrais des jours â ouvrir les yeux, puis â lever une jambe et puis l’autre, â rassembler mes forces pour me mettre debout sur des membres fracturés. Je m’en voudrais aussi d’être montée si haut, mais comme â chaque fois dans les airs, je suis remplie d’espoir, je ne peux pas croire que je vais encore tomber. Je pense que c’est la bonne, que cette fois-ci je vais contrôler et rester dans cet état. Il n’y aura pas de rechute. Tout le long de ma chute j’y crois encore, je me dis que je vais y arriver, mais je sens que je me rapproche du sol, de plus en plus vite. Je me rends â l’évidence de mon nouvel échec lorsque j’ai mal.


Là-haut c’est le paradis,


Je sais bien que vous voulez me rattraper pour ne pas me perdre. Je suis un ballon gonflé â l’hélium sans attache. Vous, vous aimez ce ballon, je le sais, et vous essayez de me ramener â terre, mais c’est trop tard je suis partie. Vous savez que là-haut je vais croiser des oiseaux, et voir le monde plus beau, me laisser porter, me sentir libre. Mais vous savez aussi que ce ballon, dans sa fragile enveloppe de plastique ne résistera pas aux courants d’air chaud puis froid, aux tourbillons qui me chatouillent puis me font mal. Que le ballon finira par se percer et par se vider de son air, ou exploser sous la pression atmosphérique. Qu’il faudra ramasser par terre, tout déchiqueté et malmené par les airs et la terre, les restes de ce pauvre ballon, tout fripé et aplati.



Vous le savez tout ça, vous avez l’habitude de cette histoire du ballon qui veut s’envoler. Vous connaissez la chute. Mais le ballon lui voudra toujours s’envoler après avoir été regonflé et réparé comme on peut pendant des semaines.



Le ballon croit qu’on lui refuse le bonheur et insulte celui qui veut l’attacher au sol pour son bien.