Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement

1/01/2008

Témoignages > Bipolarité > La vie bipolaire de Melle M


Mardi 1er Mars 2005

09h00



J’ai enfin pu dormir correctement avec l’aide d’une moitié de zyprexa. Je suis pas bien. Depuis plusieurs semaines je fais de plus en plus le yoyo dans les humeurs et les phases (manie/dépression). J’arrive â gérer assez bien dans le sens où ça ne m’angoisse pas et j’arrive â m’auto calmer en faisant des efforts du neurone. Mais lâ , j’espère ne pas tomber trop bas et vite remonter car je commence â avoir pas mal de difficultés au quotidien quand je suis dépressive. Je ressens un véritable besoin d’un arrêt maladie, je ne vois pas d’autre moyen que celui ci pour faire une pause pour souffler un peu car â la longue, faire des efforts par la volonté, ça bouffe beaucoup d’énergie sachant que la fatigue a toujours été présente chez moi. J’en ai marre de tout, vraiment marre, j’ai envie de démissionner de moi. Je tiens plus la route, je sombre du côté obscur. C’est trop dur de vivre, de se laver, de manger, de parler. J’ai plus envie de vivre au sens concret mais pas suicidaire. Je voudrais m’oublier et oublier tout. En fait j’ai même pas envie de remonter â la surface. J’ai envie de me laisser aller jusqu’au bout, j’en suis même â espérer avoir des pensées morbides â profusion.

Je n’ai plus la force ni l’envie décrire, de plus il faut que je me concentre pour faire bonne figure au travail, éviter de pleurer, éviter d’aller me planquer dans une salle vide pour conjurer la souffrance, celle qui n’a pas de nom, qu’on appelle par défaut la souffrance psychique et que j’ai déjâ décrite en long et en large.





Samedi 12 mars 2005

09h30




Je suis très sincèrement navrée de vous avoir envoyé un Email méchant la dernière fois. J’étais dans une telle détresse !!! De l’hypomanie mixte avec dysphorie, comme le mois dernier sauf que cette fois-ci, la crise fut d’une intensité sans précédent. Je vous assure que je ne vous mens jamais (sauf mon aveu â retardement sur les pensées d’imitation d’automutilation) et je n’exagère pas du tout.



D’ailleurs je suis très étonnée car sur le forum, beaucoup de personnes se font arrêter ou vont trois jours â l’hôpital pour bien moins que ça. Sur ce plan, j’estime que je résiste mieux. Qui plus est, la crise était telle que pour soulager la souffrance psychique, le seul réflexe que j’ai eu fut de me faire mal. Je crois que j’ai déjâ expliqué clairement que la souffrance physique est pour moi un recours pour échapper â l’enfer de mon neurone mais sachant que c’est un moyen pour provoquer un pic de dopamine, je ne vais pas loin. J’ai eu tout de même très peur d’un gros pic suicidaire (suicide de façon violente car les médicaments ça marche très rarement), comme une envie d’uriner quand la vessie déborde, Y. m’a surveillée de près car il sentait que je perdais vraiment les pédales.



A part ça, je fume comme un pompier, je dois être â 30 cigarettes par jour, je fais des efforts mais j’arrive pas du tout â me contrôler, c’est trop dur pour moi en ce moment d’y résister. J’ai conscience que c’est mal pourtant. En revanche, pour le café, je maîtrise très bien. Je déborde un petit peu sur l’alcool, enfin c’est beaucoup dire, disons que je bois un verre de whisky deux fois par semaine environ, mais je ne bois pas pour le plaisir, je bois pour me sentir grisée.

Côté médicaments :

- les 800mg de lithium, je ne les supporte pas alors que je suis habituée â faire très attention au sel dans mon alimentation. Je suis redescendue â 600mg. Pour le moment, je supporte très bien et je sais que si je déraille, je remonte â 800mg.

- L’Abilify : ben? euh? je ne sais pas quoi dire. Aucun effet secondaire. Mais pour ce qui est de son impact sur la maladie, je ne peux pas me prononcer, c’est beaucoup trop tôt encore.


Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement



Si l’on part du principe que nos maux viennent d’un fonctionnement différent de notre cerveau (je simplifie évidemment), on peut considérer que changer notre vision, nos conceptions, façon de penser... c’est aussi influer sur le fonctionnement de notre neurone. Regarder la réalité autrement, se percevoir sous un autre angle jusqu’â ce que ca devienne intrinsèque, est source certaine d’influence sur le fonctionnement de notre corps.

La chimie est incontournable. Esprit de recherche/vie : médicament â long terme.

Je suis intimement convaincue qu’une démarche personnelle remplie de sagesse peut nous amener â vivre un jour avec très peu de chimie, et qui sait, plus du tout sauf par prévention ?

Je ne parle pas de religion, je ne parle pas de foi, je parle du fait qu’il est naturel d’interagir sur notre corps grâce â une modification de nos pensées. On en a des exemples â profusion, une foultitude dont on ne se rend pas compte sur le coup ou du tout. C’est un processus naturel et je m’y emploie avec assiduité.