Association CTAH-Recherche

Anxiété / TOC

Bipo / Cyclo

Dictionnaire

Témoignages

Catégories

Anxiété : études

Attaques de panique

Burnout

Diagnostic

Mots du TOC (MOTOC)

Techniques pour lutter contre les TOC

Thérapie de groupe pour le TOC

Thérapie individuelle pour le TOC

La phobie scolaire

Bipolarité adulte

Bipolarité et Sida

Bipolarité infanto-juvénile

Personnalité borderline

Dico de l’Humeur

MOTOC

PEDIA - MOTOC

Psychiatrie générale

Amour, sexe, couples

Bipolarité

Borderline

Comorbidité

Cyclothymie

Femmes bipolaires

Information-Psychoéducation-Découverte du diagnostic

La cyclothymie juvénile

Réaction dʼactu

Scènettes de vécu bipolaire

Se soigner

Vécu sous traitement

Bipolaire et suicidaire

Sous-catégories

Amour, sexe, couple

Avis des cyclothymiques

Bipo/Cyclo et Créativité - Célébrités

Concepts / Classification

Cyclothymie

Evolution / Risques

Frontières / masques trompeurs

Hypomanie / Manie

Rythmes

Spectre bipolaire : dépistage

Tempéraments

Traitements

Un peu d’histoire

Adolescents bipolaires

Adolescents et dépression

Colère : crises et émotions fortes

Diagnostic

Je suis un parent dépassé par les crises de mon enfant bipolaire

Scolarité des cyclothymiques

Soigner et comprendre les jeunes bipolaires

Troubles alimentaires

Cérémonial - Comptage

Colère - Dépression

Collection

Compulsivité - Contrôle

Consommation

Contamination

Contrainte - Conscience

Contrat - Possession

Croyance - Religion

Culpabilité

MOTOC divers

Documents

Un self-management spécifique pour la cyclothymieUn exercice utile pour sonder son espritUn Bon traitement pour la cyclothymieSurconsommation des antidépresseurs chez les patients bipolairesStress et charge allostatiqueSe soigner sans que la vie devienne ennuyeuseQuels sont les risques des anti-dépresseurs dans la bipolarité ?Prise en charge psychologique de la dépression bipolairePremiers traitements des nouveaux bipolairesPeut-on se passer dʼantidépresseurPeut-on considérer le Trouble bipolaire comme une maladie organique ?Oméga3 et troubles de l’humeurN-AcétylCystéine (NAC) dans les troubles bipolaires et les troubles associésManie, acide urique et goutte : quels rapports ?Lithium augmentation dans les dépressions résistantesLes cyclothymiques sont-ils à ce point difficiles à soigner ?Les bonnes séquences pour soigner la cyclothymieLe bonheur et lʼApprentissage de lʼÉchec selon Tal Ben ShaharLa TCC est-elle efficace contre la dépression ? La remédiation cognitive chez les patients souffrant de troubles anxieux et de lʼhumeurKetamine et bipolarité résistanteIntroduction à la thérapie des schémasIntolérance à LamotrigineImpossibilité de changer le tempéramentImpact des tempéraments sur la santé physiqueHygièene de vie pour les bipolairesEMDREfficacité du Xeroquel® dans le spectre bipolaireDépression, bipolarité et inflammation chroniqueChoix des thymorégulateursCharge allostatique, cortex préfrontal et amygdaleBonheur et Optimisme selon SeligmanBipolarité Résistante : Quel espoir peut-on attendre ?Avoir une bonne santé mentaleAutour d‘AbilifyAntidépresseurs dans les troubles bipolaires : que disent les études ?Antidépresseurs dans la Dépression avec Hypomanie Sub-SyndromiqueAller vers une psychopharmacologie hippocratique
37 : Lʼangoisse ! Quelle soeur jumelle !36 : Quelques moments de sérénité dans un monde35 : une vie vraiment difficile34 : Maudite hypersensibilité33 : La MDPH me refuse encore un emploi protégé32 : J’écris sous le coup de la peur. 31 : Moi, les autres, le boulot30 : Une souffrance qui n’a pas de nom29 : Prescrivez moi une autre personnalité28 : mes conseils sur la prise des médicaments27 : Je reprends mon journal26 : j’ai besoin de mon day-dreaming25 : L’angle de vue de ma maladie évolue avec le temps24 : Un fond d’angoisse et d’insatisfaction23 bis : guérir au dépend d’une partie de mon imagination23 : patient partenaire22 : Je relis ce que j’ai écrit il y a des années21 : Besoin de construire un présent, penser au futur20 : Je suis stable, mais...19 : Ecrire, çà me déprime18 : Ma réactivité aux psychotropes17 : La question de la dysphorie me tarabuste encore16 : La maladie est une expérience de ma vie15 : rechutes, TOC, délire, insécurité, détresse14 : Chauffarde de la vie13 : La maladie bipolaire serait-elle fatalement le malheur de l’autre ou la déchirure du couple ?12 : Un peu de sagesse pour réduire la chimie de mon traitement11 : Je participe à un forum10 : L’art d’être la seule personne â me comprendre09 : J’en ai marrrrrreeeeeeeuuuuuuu !!08 : couple atypique ?07 : suis-je en dehors des conventions d’une maladie normale ?06 : une journée typique qui se répète05 : Je donnerais n’importe quoi pour sortir de ce puits sans fond04 : Aujourd’hui c’est la tristesse qui me fait écrire03 : Pourquoi autant de plaintes sans fins ?02 : Des petits matins où le café n‘a pas le même goût 01 : Comment être bipolaire aujourdʼhui

Vers une clinique globale des tempéraments

1/01/2010
Auteur : Dr Hantouche

Bipo / Cyclo > Bipolarité adulte > Tempéraments

Retour vers la prophétie de Galien : besoin de ré-intégrer les tempéraments dans la clinique des troubles de lʼhumeur

Description d’un Tempérament


Un tempérament au sein du comportement humain peut être conçu comme un mode spécifique et relativement constant qui régit et traduit les émotions, les expressions, les interactions avec autrui ainsi que la réactivité à l’environnement.

Selon Warson, 2000, le tempérament émerge comme une prédisposition générale qui détermine des traits émotionnels et affectifs variés à côté d’autres caractéristiques cognitives et comportementales associées. Il est par ailleurs admis que les tempéraments soient en grande partie héritables ou l’expression la plus proche des gènes.

Pour Akiskal, le tempérament est défini par les dispositions basiques liées aux caractéristiques biologiques des émotions, des affects, des motivations et des niveaux d’énergie, dʼactivité.

L’idée des tempéraments remonte à l’Antiquité, à Hippocrate qui décrivait les styles émotionnels et affectifs selon la nature des fluides et des vomissures. L’approche constitutionnelle dérive de l’ancienne théorie "humorale". A l’époque, on pensait que le caractère dépendait surtout du type de fluide prédominant dans l’organisme.

  • Le Mélancolique = Bile noire = Sombre, pessimiste = tempérament Dépressif

  • Le Lymphatique = Lymphe = Lent, froid = actuellement non représenté (Tempérament absent dans les études contemporaines, probablement du fait que ce tempérament est rarement lié aux troubles psychiatriques, donc peu étudié)

  • Le Bilieux = Bile jaune = Coléreux, amer = Tempérament Irritable

  • Le Sanguin = Sang Vif, émotif = tempérament Hyperthymique

  • = Mélange des 4 fluides = Instable = Tempérament Cyclothymique (pas de correspondance dans la théorie humorale ancienne.

    Le tempérament cyclothymique


    Le tempérament cyclothymique correspond à un mélange des traits mélancoliques, sanguins et bilieux ou à un mélange de traits émotionnels et énergétiques instables et faibles. Selon moi, ce tempérament est déjà un trouble en soi, assez particulier qu’il détermine une bipolarité à part.

    Comment utiliser les tempéraments en psychiatrie ?


    Depuis la Révolution française et l’esprit des Lumières, la théorie des tempéraments a été délaissée au moment où se répandait la théorie inverse selon laquelle tout le monde naît à égalité, mais c’est l’éducation et le milieu qui détermine notre avenir et notre personnalité.

    Ce débat entre l’inné (tempérament) et l’acquis (milieu) est éternel. Toutefois, la psychanalyse a adopté la théorie de l’acquis et rejeté massivement celle des tempéraments. Est-ce une explication logique au sujet de la négligence de la cyclothymie depuis le début et tout au long du 20ème siècle ?

    D’autres pensent que la théorie des tempéraments a conduit à l’atavisme, à savoir que les qualités d’un enfant proviennent de sa lignée (ou son lignage). Les suites de la deuxième guerre mondiale a certainement influencé le rejet massif de l’hypothèse des tempéraments ou la psychologie liée à l’atavisme !

    A l’époque où dominait la psychanalyse dominait la pensée nord-américaine (année 70/80), certains chercheurs ont adopté une attitude à contre-courant et développé la théorie moderne des tempéraments.

    On peut citer Michael Posner, Mary Rothbart, Jerome Kagan, Thomas et Chess... L’idée défendue à travers les tempéraments, c’est que nous ne sommes pas tous identiques. Dans ces travaux, Rothbarth a classé les comportements des bébés en 4 catégories :
  • Affects négatifs (angoisse, détresse, capacité d’apaisement)

  • Niveau d’activité

  • Éveil et l’attention orientée

  • Approche / retrait


  • Rothbart a pu donc observé des différences individuelles originelles (ou basiques), c’est-à-dire les enfants naissent avec des caractéristiques comportementales et émotionnelles propres.

    De même, Thomas et Chess (1977) ont développé neuf catégories de tempérament reconnaissables chez les nourrissons et les très jeunes enfants.
    Ce sont :
  • Niveau d’activité: La part d’activité motrice dans le comportement de l’enfant, par exemple attraper, ramper, marcher.

  • Rythmicité(régularité) : La prévisibilité de n’importe quelle fonction.

  • Approche: Les réactions positives à des stimuli nouveaux (Pour Thomas et Chess, le retrait et les réponses négatives représentent l’autre extrémité du même continuum).

  • Adaptabilité: La facilité avec laquelle les réactions sont modifiées dans une direction désirée.

  • Seuil de réactivité: Le niveau d’intensité nécessaire pour qu’une stimulation provoque une réponse perceptible ou, en d’autres mots, le niveau de sensibilité.

  • Intensité de réaction: Le niveau d’énergie d’une réaction, indépendamment de sa qualité ou sa direction.

  • Qualité d’humeur: La quantité de réaction émotionnelle positive ou négative.

  • Distractivité : La sensibilité aux stimuli environnementaux accessoires conduisant à modifier la direction du comportement en cours.

  • Durée d’attention/Persistance: La capacité à maintenir son attention dans la durée et à continuer à s’occuper de ce qui est en cours même face à des obstacles (vigilance).


  • On peut considérer chaque tempérament quand il est fortement présent comme un moyen prédominant d’organiser l’attention (par exemple, pour "niveau d’activité", une activité importante, beaucoup d’efforts pour faire).

    Les mêmes auteurs ont introduit le concept de "Goodness of fit" pour souligner l’importance des tempéraments et les ajustements réciproques entre les tempéraments et l’environnement du sujet. La maladie naît de la "Poorness of fit". Nous verrons dans le chapitre "implications thérapeutiques", l’importance de cette théorie.

    Retour donc vers Hippocrate, Galien, Theophrastus


    Une époque où l’on pensait que la personnalité est déterminée par une mélange tempérée d’humeurs et de fluides.

    C’est la théorie des quatre fluides : "Une théorie qui expliquait les grandes différences des comportements chez les jeunes enfants".

    Donc besoin d’une sémiologie qui englobe les symptômes, les épisodes ainsi que le tempérament basique du sujet, pour mieux comprendre et classer les troubles de l’humeur.

    Nous verrons que pour la Cyclothymie, la clinique des tempéraments est fondamentale et sans elle, la définition de la cyclothymie est incomplète et confuse comme dans le DSM-IV.

    Kraepelin (1921) tout comme Kretschmer (1936) ont insisté sur la nécessité de tenir compte des tempéraments affectifs (ou prédispositions émotionnelles basiques) comme une diathèse de la maladie maniaco-dépressive. Ce lien sert d’une importance pivotale dans la longue chaîne des dispositions à la maladie (Goodwin & Jamison, 1990). Ce lien est représenté par 4 types de tempéraments selon Kraepelin (1921) :
  • 1)un tempérament dépressif caractérisé par une tendance au stress émotionnel, à être sombre et lugubre,

  • 2)un tempérament maniaque ou Hyperthymique illustré comme superficiel, desultory, incohérent associé à une humeur en permanence joviale, exaltée, confiant et imprudent,
  • 3)un tempérament irritable marquée par une mauvaise humeur et une forme fruste du tempérament maniaque,

  • 4)un tempérament cyclothymique défini par des fluctuations régulières et fréquentes de l’état psychique entre le pôle maniaque et le pôle dépressif. Il est possible que ce tempérament soit aussi le résultat d’un mélange des trois premiers.


  • C’est à Kraepelin que l’on doit l’hypothèse selon laquelle les épisodes maniaques et dépressifs naissent ou se développent à partir d’un tempérament basique déjà existant et qui fournit l’évolution cyclique du trouble (Goodwin & Jamison, 1990).

    Dans la même optique, Akiskal (1981 & 1994) a soutenu les conceptions classiques de Kraepelin, à savoir que les 4 tempéraments servent de fondations basiques pour le développement des troubles affectifs. Depuis que le tempérament cyclothymique est considéré comme un facteur de risque pour le trouble BP-II, cette opinion sera défendue tout au long de cet essai.

    Il est aussi logique de parler de sujets "à risque de cyclothymie".

    Quand il n’y a aucune demande de soins ni d’épisodes repérables. Cette configuration clinique existe mais elle est rare chez les patients consultant en psychiatrie. C’est avec cette configuration que l’on se pose la question "faut-il traiter ou pas ?". Traiter, c’est dans le sens de prévenir les complications de la cyclothymie.

    Tempéraments affectifs et personnalités
    Tempéraments, personnalités et couleurs
    Contexte et modèles pour vivre avec un tempérament cyclothymique
    Le tempérament selon Kagan
    Aristote et lʼhumeur noire, premier théoricien du tempérament